Culture et mémoire républicaine

 

Recherche

A propos du site

8 septembre 2007 6 08 /09 /septembre /2007 00:39
659.jpg

 

En déplacement en Alsace, Nicolas Sarkozy a annoncé ce jeudi qu'il souhaitait lancer un « gigantesque plan » contre la fraude au chômage. Gigantesque a-t-il déclaré. A l'entendre, il semble donc que la société française toute entière est gangrénée par ce grand mal, ce mal absolue qu'est la fraude au chômage ! Il est pourtant avéré que les chômeurs qui abusent du système n'ont jamais dépassé les 2%, mais qu'importe pour notre cher Président ! Les chômeurs, ces dits profiteurs, ces dits privilégiés, devraient être ainsi surveillés de près, de très près. Il ne faudrait plus les lâcher d'une semelle. Il faudrait être, à la moindre erreur, impitoyable avec eux. Impitoyable.

Qu'il faille être vigilant face à la fraude, qu'il faille revaloriser le travail, il n'y a à vrai dire aucun souci. Qui pourrait vouloir le contraire ? Mais l'emploi coutumier d'une telle rhétorique démesurée, voire guerrière, à l'encontre de pauvres gens qui sont avant tout des victimes d'un système libéral-capitaliste, devient de plus en plus proprement nauséabond, surtout quand la même personne dégaine à quelques jours d'intervalle des propos pour le moins complaisant vis-à-vis des patrons voyous. Deux poids, deux mesures donc...

En effet, Nicolas Sarkozy avait déclaré il y a quelques jours, devant le congrès du MEDEF, que la pénalisation du droit des affaires était « une grave erreur » et qu’il allait « y mettre un terme ». « Comment avoir le goût d’entreprendre si au risque financier s’ajoute systématiquement le risque pénal, et si la moindre erreur de gestion peut vous conduire en prison » s’est-il justifié.

Ce qui signifie que, pour Mr Sarkozy, n'importe quel patron responsable d'infraction contre les intérêts de sa société ou de fraudes fiscales (comme la présentation de bilans financiers truqués, les détournements de fonds, les abus de biens sociaux et les emplois fictifs, etc.), ne devrait absolument plus rien à craindre de la justice pénale.

Etre un patron « indélicat » (puisque c'est le terme employé qui, paraît-il, prévaut) serait donc, au vue de la phraséologie employée, moins grave qu'être un chômeur « assisté »... Drôles de valeurs que celles propagées ici !

Plus concrètement, au pays des droits de l'Homme donc, la loi ne serait plus ainsi commune à tous. Certains pourront se comporter en voyou, en toute impunité. Pour tous les autres, la justice continuera, bien évidemment, à être impitoyable, d'autant plus que la législation s'est encore aggravée contre les récidivistes et les mineurs. Impitoyable, elle sera encore, n'ayons crainte, pour le SDF affamé qui aura volé un bifteck ou encore pour celui qui piratera de la musique sur Internet. Pas pour le patron voyou.

Le summum de l'immoralité a donc une nouvelle fois été atteint par notre cher Président qui, pourtant, il n'y a encore pas très longtemps - dans ses discours de campagne - prônait la « tolérance zéro », la « moralisation du capitalisme »  et fustigeait... les « patrons voyous » !! Voilà des belles paroles qui, comme bien d'autres, n'auront servi qu'à attirer des électeurs.

Les milieux d'affaires avaient déjà, par nature, un pouvoir immense. Avec la bénédiction de Sarkozy, ils auront maintenant un pouvoir absolu...

Dur avec les faibles, faible avec les durs. Telle semble donc être la « République irréprochable » que nous promettait Nicolas Sarkozy dans ses discours de campagne... Effarant.



Partager cet article

Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Editoriaux
commenter cet article

commentaires

Corinne 24/09/2007 16:50

Bonjour félicitation pour tes articles!!! ...  gouverné par des imposteurs minables  "que font t-ils de bien de bon et de juste ??? GRRR ... à bientôt ... Corinne

E.M. 09/09/2007 00:01

Eh oui, pas de surprise, Sarko se comporte bien comme nous l'avions imaginé !
Ton article est très agréable à lire !
Félicitations.

Killcow 08/09/2007 16:40

Il l'avait dit pendant la campagne (en off, paraît-il pour rigoler) : "je serai un président comme de Funès dans Le grand restaurant, servile avec les puissants, intraitable avec les faibles".

le Citoyen Thimèle 10/09/2007 16:13

Et pourtant il ne rigolait pas ! ;-)

Emmanuel 08/09/2007 01:15

Y a-t-il un problème avec le site marianne-en-ligne.fr?Parce qu'en voulant m'y rendre je n'ai vu que de la pub pour avoir une poitrine plus forte!

le Citoyen Thimèle 08/09/2007 02:44

Apparement oui, mais ça rentrera surement en ordre, ne nous faisons pas de souci ! ;-)

Alain 07/09/2007 18:46

Bel edito...vous devriez lancer un journal!

le Citoyen Thimèle 08/09/2007 02:45

C'est mon rêve ! ;-)