Culture et mémoire républicaine

 

Recherche

A propos du site

21 octobre 2007 7 21 /10 /octobre /2007 16:56

moquet.jpgLa presse parisienne a souligné le « cynisme inouï » avec lequel les officiels français ont voulu instrumentaliser la lettre de Guy Môquet comme mise en train émotionnelle des joueurs avant le match de rugby France-Argentine. Rendre sa lecture obligatoire dans les classes le 22 octobre prochain n’est pas sans risque de malentendu ni de manipulation de l’histoire.

En reprenant un rituel communiste en perte de vitesse, Monsieur Sarkozy entend une fois de plus brouiller les cartes, au moment où son gouvernement s’emploie paradoxalement à effacer l’héritage social et démocratique de l’oeuvre de la Résistance et de la Libération.

Mais la mémoire de Guy Môquet vaut mieux que cela.

Les professeurs n’ont pas attendu Monsieur Sarkozy pour lire dans leurs classes l’émouvante lettre d’adieu de Guy Môquet, ce jeune lycéen fusillé par les nazis, choisi par le ministre de l’Intérieur pétainiste parmi les otages communistes de Châteaubriant. Mort pour la France à l’âge de 17 ans, mort pour un idéal, mort pour notre liberté et notre dignité.

Aujourd’hui, Guy Môquet, s’il était encore avec nous, aurait environ 83 ans. Que dirait-il face au spectacle de la misère organisée par les puissants, du mensonge médiatique qui s’auto-célèbre, du cynisme financier triomphant, des persécutions contre les jeunes enfants sans-papiers ?

Mais on voit bien le parti pris idéologique, le pari de l’amnésie collective, d’un pouvoir gouvernemental s’apprêtant à démolir méthodiquement les conquêtes sociales et démocratiques de la Libération, programme voulu et préparé par l’ensemble des familles de pensée de la Résistance antifasciste clandestine, au sein du Conseil national de Résistance (CNR) présidé par Jean Moulin, et dûment appliqué à Libération. Est-il honnête de feindre de célébrer la Résistance sans la faire connaître et la comprendre véritablement, pour mieux tromper la mémoire collective ? “Mais d’où vient donc la sécurité sociale ?”

Ne présenter de la Résistance qu’une iconographie héroïque et sainte, mais dépolitisée, sortie artificiellement de son contexte, ce n’est pas rendre hommage aux espoirs de Guy Môquet et de tous les combattants antifascistes qui ont péri à cette époque, ni de ceux qui ont prolongé leurs combats après la Libération. Au contraire, c’est trahir leur message encore actuel.

Ainsi, il faut lire, relire et faire lire la lettre de Guy, mais il convient nécessairement d’associer ce moment à une brève mise en perspective de l’immense oeuvre démocratique, économique, culturelle et sociale de la Résistance, si l’on ne veut pas tromper la jeunesse d’aujourd’hui.

A cet égard, il semble plus que jamais indispensable d’accompagner le souvenir de Guy Môquet par la lecture de l’ « Appel aux jeunes générations » de plusieurs grands anciens parmi les plus hautes figures de la Résistance française, rendu public le 8 mars 2004 parmi lesquels Lucie et Raymond Aubrac, Germaine Tillion, Stéphane Hessel, Daniel Cordier, Jean-Pierre Vernant, Maurice Kriegel-Valrimont.

couv_cnr.gifCe testament admirable exprime trois attentes exigeantes et affectueuses à l’intention des générations d’aujourd’hui. Ce petit document (voir ici) a beaucoup circulé depuis 2004. Il a échappé au contexte de sa publication en mars 2004 pour appartenir désormais au domaine public et atteindre la dimension d’un grand texte de référence, fédérateur et mobilisateur. 

C’est cet Appel qu’il faut lire avec la lettre de Guy Môquet, car les deux textes se répondent admirablement et se complètent à plus de soixante ans de distance.

Bonnes lectures, à l’école, à la maison, au travail, dans les associations, dans les courriers de lecteurs de journaux, dans les débats publics et les forums de rue !

 


(Communiqué de presse, - à l’occasion de la venue à Chateaubriant et à Nantes de monsieur Sarkozy, mercredi 12 septembre - , diffusé par l’association culturelle et citoyenne “Nantes Est Une Fête” (N.e.u.f.) qui a organisé ces dernières années plusieurs parcours de mémoire de la Résistance à Nantes.)

Partager cet article

Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Combat Républicain
commenter cet article

commentaires

Emmanuel 21/10/2007 23:47

Ca passe aussi à la télévisions apparemment

Emmanuel 21/10/2007 18:06

Il y a même un très court-métrage de 3minutes projeté avant les films au cinéma.Ce serait louable si ce n'était pas calculé politiquement... Ce qui rend la manoeuvre dégoûtante!(à noter que la séquence passe entre 2 publicités...)