Culture et mémoire républicaine

 

Recherche

A propos du site

4 février 2008 1 04 /02 /février /2008 23:32
undefined
Ce 4 février 2008, jour qui fera à n'en pas douter date dans notre histoire, les députés et sénateurs, réunis en Congrès, ont adoptés par 560 voix contre 181 la révision constitutionnelle préalable à la ratification du Traité de Lisbonne. Ce vote avait un enjeu simple : les parlementaires pouvaient-ils OUI ou NON renier de leur propre chef la volonté des français exprimée le 29 mai 2005 à propos de la Constitution européenne, et dont le Traité de Lisbonne est une copie ? Sans aucun scrupule, ils ont répondu à l'affirmative à une écrasante majorité.

Du côté de l'Assemblée Nationale, le groupe UMP a massivement voté pour (306), trois ont voté contre dont le souverainiste Jacques Myard, trois se sont abstenus et six n'ont pas pris part au vote. Au groupe "socialiste, radical et citoyen", il y a eu 17 votes pour, dont celui de l'ineffable Jack Lang, 91 contre, dont ceux de Laurent Fabius et d'Henri Emmanuelli, et 93 abstentions dont celles de Jean-Marc Ayrault, président du groupe, et de François Hollande, premier secrétaire du PS. Il y a eu également trois non-votants dont Jean Glavany. Au sein du groupe de la "gauche démocrate et républicaine", il y a eu 21 votes contre et trois abstentions - celles de trois députés Verts (Yves Cochet, Noël Mamère et François de Rugy). Au groupe du Nouveau centre, il y a eu 20 votes pour et deux contre (Philippe Folliot et Jean-Christophe Lagarde). Parmi les non-inscrits, il y a eu quatre pour dont François Bayrou - qui s'étaient pourtant prononcés pour un référendum pendant sa campagne présidentielle -, quatre contre dont ceux de Jean Lassalle (Modem) et Nicolas Dupont-Aignan et une abstention.

Du côté du Sénat, 149 UMP ont voté pour, quatre contre dont Charles Pasqua, trois se sont abstenus et trois n'ont pas pris part au vote. Au groupe socialiste, il y a eu 15 votes pour, 30 contre dont Jean-Luc Melenchon, 49 abstentions dont celle de Jean-Pierre Bel, président du groupe, et de Pierre Mauroy. Il y a eu deux non-votants. Les 30 membres du groupe Union centriste-UDF ont tous voté pour. A l'inverse des 23 membres du groupe "communiste, républicain et citoyen" qui ont tous voté contre. Au groupe du Rassemblement démocratique et social (RDSE), groupe de radicaux des deux rives, il y a eu 15 votes pour et un contre.

Reste désormais aux deux chambres de se prononcer sur le Traité de Lisbonne lui-même, dont l'issue ne laisse guère de doute. Présenté ce mercredi en conseil des ministres, le projet de loi autorisant la ratification du Traité sera examiné dans la soirée par les députés, qui se prononceront le lendemain par un vote solennel. Le Sénat l'examinera enfin dans la foulée en séance de nuit, pour une adoption définitive du Traité par le Parlement.

Seulement 181 parlementaires auront ainsi respecté la parole du peuple français. Qu'ils soient honorés et remerciés. Les autres, qu'ils aient votés pour ou qu'ils se soient abstenus, l'ont ni plus ni moins trahi. Qu'ils sachent que la lourde faute
contre la démocratie dont ils se sont rendus coupable - véritable coup d'Etat -  ne restera pas impunie, bien au contraire. Nombre de ces individus sans foi ni loi se présenteront aux élections de mars prochain. L'honneur et le bon sens des citoyens que nous sommes doivent nous amener, dans les urnes, à les sanctionner - et à les faire sanctionner - avec la plus grande sévérité. Plus un seul suffrage ne doit aller à ces traîtres, ainsi qu'à l'ensemble de leurs complices, élus et partis.

undefined
Ce coup de force européiste, que nous devons considérer comme une déclaration de guerre faite à la démocratie, à la République et à la France, ne doit pas signifier le début du découragement, du renoncement, de la soumission à l'Empire. Il doit signifier au contraire l'amplification de notre lutte que l'on finira tôt ou tard par reconnaître comme juste. L'européisme totalitaire triomphe aujourd'hui, mais ce n'est que passager. En révélant sa vraie nature, dictatoriale, l'Europe telle qu'elle existe aujourd'hui a signé son arrêt de mort. Comme tous les empires basés sur la contrainte et la violence, cette Europe sombrera, tôt ou tard...

Pour une Europe de nations libres et soeurs, plus que jamais, la lutte continue !

Partager cet article

Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Editoriaux
commenter cet article

commentaires

Instit 07/02/2008 19:52

Jeudi 7 février 2008, l’Assemblée Nationale a ratifié le traité de Lisbonne. Pour savoir qui a voté quoi, c’est à cette adresse : http://www.assemblee-nationale.fr/13/scrutins/jo0083.asp Il y a eu 388 suffrages exprimés.336 députés ont voté OUI.52 députés ont voté NON. Je remercie les 52 députés qui ont voté NON : - 5 députés UMP : MM. Georges Ginesta, Patrick Labaune, Mme Geneviève Levy, M. Jacques Myard et Mme Josette Pons. - 25 députés socialistes et MRC (Chevènement) : MM. Thierry Carcenac, Marc Dolez, Jean‑Pierre Dufau, Jean‑Paul Dupré, Christian Eckert, Henri Emmanuelli, Albert Facon, Michel Françaix, Joël Giraud, Christian Hutin, Serge Janquin, Jean‑Pierre Kucheida, Patrick Lebreton, Jean Mallot, Mme Marie‑Lou Marcel, MM. Gilbert Mathon, Jean Michel, Germinal Peiro, Jean‑Claude Perez, Mmes Marie‑Line Reynaud, Christiane Taubira, MM. Jacques Valax, Michel Vauzelle, Michel Vergnier et Alain Vidalies. - 18 députés communistes : Mme Marie‑Hélène Amiable, M. François Asensi, Mme Huguette Bello, MM. Alain Bocquet, Patrick Braouezec, Jean‑Pierre Brard, Mme Marie‑George Buffet, MM. Jean‑Jacques Candelier, André Chassaigne, Jacques Desallangre, Mme Jacqueline Fraysse, MM. André Gerin, Maxime Gremetz, Jean‑Paul Lecoq, Roland Muzeau, Daniel Paul, Jean‑Claude Sandrier et Michel Vaxès. - 4 députés non-inscrits : Mme Véronique Besse, MM. Nicolas Dupont‑Aignan, Jean Lassalle et François‑Xavier Villain. Pour finir, je précise qu’aujourd’hui, 121 députés socialistes ont voté pour le traité de Lisbonne. Vous avez bien lu : 121 députés socialistes ont voté pour le traité de Lisbonne.

Instit 07/02/2008 07:23

Le 4 février, il y a eu deux manifestations contre le coup d'Etat parlementaire : - une manifestation de gauche - une manifestation de droite. Concernant la manifestation de gauche, voici une video très intéressante : http://www.e-torpedo.net/article.php3?id_article=2487&titre=La-forfaiture-du-4-fevrier-2008-a

Instit 05/02/2008 21:55

Lundi 4 février, 741 parlementaires ont voté. Il y a eu 741 suffrages exprimés. Pour empêcher la révision constitutionnelle, il aurait fallu 2/5 des suffrages exprimés. Pour empêcher la révision constitutionnelle, il aurait donc fallu 297 suffrages exprimés pour le NON. Malheureusement, il n’y a eu que 181 suffrages exprimés pour le NON. 180 parlementaires du PS n’ont pas voté NON. -         17 députés PS ont voté OUI.-         94 députés PS se sont abstenus.-         3 députés PS n’ont pas voté.-         15 sénateurs PS ont voté OUI.-         49 sénateurs PS se sont abstenus.-         2 sénateurs PS n’ont pas voté. Maintenant, imaginons. IMAGINONS QUE TOUS LES PARLEMENTAIRES SOCIALISTES AIENT VOTE POUR LE NON HIER A VERSAILLES. Le score du NON aurait été de :181 + 17 + 94 + 3 + 15 + 49 + 2 = 361. Le score du NON aurait été de 361.Le score du OUI aurait été de 380. La révision de la constitution française n’aurait pas eu lieu. Si le traité de Lisbonne est ratifié, les 180 parlementaires du PS qui n’ont pas voté NON seront responsables.

le Citoyen Thimèle 05/02/2008 22:57

Ces 180 parlementaires du PS sont en effet responsables de cette situation... comme tous les autres parlementaires traîtres. Ne nous acharnons pas plus sur certains que d'autres, ils sont tous autant responsables d'avoir trahi la parole du peuple français.

Instit 05/02/2008 18:27

Excellent éditorial sur le site " Demain la Gauche " :http://www.demainlagauche.fr/index.php?action=article&numero=52&PHPSESSID=4ea9811d50f4e20d5c838c70d6841b17