Culture et mémoire républicaine

 

Recherche

A propos du site

2 avril 2008 3 02 /04 /avril /2008 22:00
...si la réponse était "non", bien entendu. Doit-on s'en étonner, puisqu'ils n'ont déjà pas respecté le résultat négatif du référendum français ? Au cours de la séance de vote qui s'est déroulée le 13 février 2008 à Strasbourg au Parlement européen sur le Rapport Corbett-Mendez de Vigo relatif au traité de Lisbonne, un amendement (n°32) était sobrement rédigé : le Parlement européen "s'engage à respecter le résultat du référendum irlandais". Qui oserait voter contre, franchement, l'affirmation du respect du résultat futur des urnes, donc de la démocratie ? Réponse, s'agissant des eurodéputés Français : 46, de l'UMP, des Socialistes et du Modem. Voici en effet dans le détail le résultat du vote par appel nominal sur cet amendement n°32 (source : Parlement européen) 


1. Ont voté contre l'amendement : 46 députés français

Libéraux (Modem et nouveau centre) : Beaupuy, Cornillet, Fourtou, Gibault, Griesbeck, Laperrouze, Lehideux, Morillon (Sarnez et Cavada absents) 
Démocrates Chrétiens (UMP & autres divers droite) : Audy, Daul, Descamps, Fontaine, Fouré, Gaubert, Gauzès, Grossetête, Lamassoure, Mathieu, Morin, Sudre, Toubon
PSE, (Socialistes) : Arif, Berès, Bourzai, Carlotti, Désir, Douay,Guy-Quint, Hazan, Le Foll, Lefrançois, Navarro, Neris, Patrie, Peillon, Poignant, Pribetich, Savary, Schapira, Vaugrenard, Vergnaud, Trautmann, Weber
Verts (Ecologistes) : Aubert, Bennahmias, Libietz

2. Se sont abstenus : 3 députés français

PPE : de Veyrac
Verts : Flautre, Onesta

3. Ont voté pour : 17 députés français

Groupe IND/DEM (souverainistes) : Couteaux, Louis, de Villiers 
GUE (PCF) : Hénin, Jouye de Grandmaison, Wurtz
Non Inscrits (FN) : Golnisch, Lang, Le Pen, Marine Le Pen, Le Rachinel. 
PSE : Laignel
Gageons que si la réponse des Irlandais est un "oui" au traité de Lisbonne, UMP, Modem et PS seront les premiers à s'en féliciter et à célébrer la "démocratie"... Si c'est un "non", comme d'habitude on leur reposera la question jusqu'à ce qu'ils donnent la réponse qu'on attend d'eux,
bis repetita placent...



Partager cet article

Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans International
commenter cet article

commentaires

E.M. 13/04/2008 23:43

Oui, c'est assez incroyable, comment ont-ils pu voter contre ?Ce manque de respect pour la démocratie et ce "au grand jour",  commence à devenir très inquiétant ! 

Instit 03/04/2008 21:39

« Dans la version écrite d'un discours distribuée à la presse, Nicolas Sarkozy précisait qu'il souhaitait "prendre les décisions nécessaires pour que la France prenne toute sa place dans les structures de l'Otan" en 2009, "à l'issue de la présidence française de l'Union européenne" (UE) qui s'achève le 31 décembre 2008.
Le président français n'a pas lu cette phrase devant ses partenaires, mais l'Elysée a confirmé qu'une décision de réintégration pourrait être annoncée à Strasbourg et Kehl, sur la frontière franco-allemande.
"N'anticipons pas les résultats des discussions sur l'Europe de la défense (...) ce n'est pas une certitude, c'est une possibilité", a-t-on toutefois insisté côté français, réfutant les critiques adressées ces derniers jours par l'opposition sur un "alignement" de Paris sur Washington.
Devant la presse, Nicolas Sarkozy a pour sa part insisté à Bucarest sur le changement d'attitude des Etats-Unis qui, comme la Grande-Bretagne, se sont montrés dans le passé très réticents à la relance de l'Europe de la défense par crainte qu'elle ne vienne concurrencer l'Alliance atlantique. "Le président des Etats-Unis (George W. Bush) a fait ce matin une déclaration sur la nécessité de l'Europe de la défense en complément de l'Alliance qui était, à mon avis, un tournant historique dans la politique des Etats-Unis d'Amérique", s'est-il félicité. »
http://fr.news.yahoo.com/afp/20080403/twl-otan-sommet-france-afghanistan-ue-pr-3caf257.html
 
L’Alliance atlantique est, dans les faits, dirigée par Washington. George W. Bush veut donc que l’Europe de la défense ne soit qu’un simple complément de l’Alliance atlantique. George W. Bush veut que les forces de l’Europe de la défense soient simplement complémentaires de l’Alliance atlantique. Nicolas Sarkozy est sur la même longueur d’onde.
 
Cette phrase de Nicolas Sarkozy finit de détruire les dernières illusions des naïfs qui rêvaient à une Europe indépendante: « Le président des Etats-Unis (George W. Bush) a fait ce matin une déclaration sur la nécessité de l'Europe de la défense en complément de l'Alliance qui était, à mon avis, un tournant historique dans la politique des Etats-Unis d'Amérique", s'est-il félicité. »
 
Les militaires ont un mot pour désigner les forces complémentaires d’une armée : ils les appellent des supplétifs. Les soldats de l’armée française vont devenir les simples supplétifs de l’armée états-unienne.