Culture et mémoire républicaine

 

Recherche

A propos du site

21 juillet 2008 1 21 /07 /juillet /2008 22:20

Le Parlement réuni en Congrès a approuvé, à une voix près, la "réforme" des institutions voulue par le Président Sarkozy. Ce dernier s'en est réjoui, sans la moindre retenue. Non pas d'apprendre que Jack Lang et une grande partie des "radicaux de gauche" avaient tourné le dos à leur ambition de "Sixième République" et avaient officiellement rejoint la clique véreuse et anti-républicaine. Mais parce que c'est "la démocratie qui a gagné" a-t-il proclamé, fier comme jamais. Il a ajouté, qu'avec celle-ci, la France pourra enfin être une "démocratie irréprochable", telle qu'il l'avait promis durant sa campagne ! Rachida Dati s'est même enthousiasmé du fait que les citoyens auront plus de pouvoir. Trop mignons. On en oublierait presque ce qui s'est passé
début février dans ce même château de Versailles.

Que du bonheur donc. Mais que du bonheur. Grâce à la volonté de notre Roi et de nos parlementaires éclairés, une démocratie pleine et véritable, enviée de part le monde, est sur les rails. J'en aurai presque les larmes aux yeux. C'est tellement beau. Chapeau les artistes...


Chapeau, messieurs, mesdames, de faire passer pour réforme démocratique une "réforme" dont les contours ont été décidé et voté en haut lieu, sans le moindre débat public, sans consultation populaire ! Sans compter les magouilles qui ont été opérées pour rallier les votes de parlementaires récalcitrants...

Chapeau, messieurs, mesdames, de faire passer pour réforme démocratique une "réforme" qui n'apporte aucune solution à la grave crise démocratique que subit notre pays ! Rien pour que le Parlement échappe à la dictature des deux partis uniques, et puisse être représentative de l'ensemble des Français et des courants d'opinions. Rien pour mettre fin au diktat bruxellois qui condamne les dirigeants et parlementaires français à n'être que exécutants, et les Français des sujets dociles. Rien non plus pour garantir le pluralisme des médias, nécessaire à toute démocratie digne de ce nom. Ensemble de mesures salutaires qui devraient être prises et sans lesquelles aujourd'hui les apports un tant soit peu positifs de la révision actuelle n'auront jamais aucune réalité... Pensons à ce soi-disant référendum "d'initiative populaire" qui est en fait un référendum d'initiative strictement PARLEMENTAIRE !

Chapeau, messieurs, mesdames, de faire passer pour réforme démocratique une "réforme" dont des dispositions désastreuses visent à attenter gravement à la séparation des pouvoirs (possibilité pour le Président de venir s'exprimer devant le Congrès, sans le moindre vote derrière - véritable lit de justice des temps modernes), à l'unité de la République (intrusion des langues régionales) et à la démocratie tout court (abandon du référendum obligatoire pour toute nouvelle adhésion à l'Union Européenne).

Chapeau les artistes pour avoir réussi à faire avaler ça aux Français !

Partager cet article

Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Démocratie & Institutions
commenter cet article

commentaires

lewalis 28/07/2008 10:59

J'ai lu avec attention ton article, je déplore seulement que tu as tendance à un peu tout mélanger notamment la notion de l'Union européenne et des médias. Ces notions n'avaient rien à faire dans un article dédié aux institutions enfin à mon sens! J'ai également fait un article dédié à la réforme des institutions. Mais ceci dit tes articles sont sympa à lire et plutôt bien fait ;)A bientôt et bonne continuation

le Citoyen Thimèle 28/07/2008 23:51


Merci !

L'UE et les médias n'ont a priori rien à faire dans un article sur les institutions françaises. Mais à quoi bon vouloir "démocratiser" nos institutions (parait-il, le but de cette révision) si dans
le même temps on ne s'interroge pas sur ces deux "problèmes" essentiels ? Le fait est qu'actuellement l'UE de Bruxelles et l'absence de véritable pluralisme des médias réduit à apparence notre
démocratie. Parler de cela est donc, à mon sens, central !



BA 23/07/2008 22:43

Le dossier Tapie met en lumière les pratiques d'arbitrage.
 
L'arbitrage est-il, comme certains l'ont affirmé avec l'affaire Tapie, un « détournement de la justice » ?
 
Le 11 juillet, les trois arbitres saisis par le Consortium de réalisation (CDR), chargé de gérer pour l'Etat le passif du Crédit lyonnais – Pierre Mazeaud, ex-président du Conseil constitutionnel, Jean-Denis Bredin, avocat, et Pierre Estoup, ancien président de la cour d'appel de Versailles – ont accordé 285 millions d'euros à M. Tapie, après plus de dix ans de procédures judiciaires.
 
« On a voulu mettre en place des arbitres pour éviter la décision de justice dont on savait qu'elle serait défavorable à Bernard Tapie », a accusé le président du MoDem, François Bayrou.
 
Le  Monde.fr : Les 300 000 euros d'honoraires accordés à chacun des trois arbitres de l'affaire Tapie se situent-ils dans la norme ?
 
Thomas Clay : Si ce montant est avéré, on peut dire qu'il est rarement atteint dans les cas d'arbitrages internes, surtout pour une affaire qui n'apparaît, de prime abord, ni extraordinairement longue, ni extraordinairement complexe. On trouve en revanche de telles rémunérations dans les arbitrages internationaux.
 
http://www.lemonde.fr/societe/article/2008/07/23/le-dossier-tapie-met-en-lumiere-les-pratiques-d-arbitrage_1076231_3224.html#ens_id=1072762
 
En clair :
 
Trois arbitres ont décidé que les contribuables français devraient verser 285 millions d’euros à Bernard Tapie.
 
Ces trois arbitres sont :
1-     Pierre Estoup, ancien président de la Cour d’Appel de Versailles.
2-     Pierre Mazeaud, ancien ministre et ancien député, proche de Jacques Chirac.
3-     Jean-Denis Bredin, ancien vice-président du Mouvement des Radicaux de Gauche, le parti politique auquel appartenait Bernard Tapie !
 
Ces trois arbitres seront payés 300 000 euros chacun.
 
Coût total pour les contribuables français : 286 millions d’euros.
 
C’est le scandale politique de l’année 2008.

mcbob 23/07/2008 15:12

Que Lang soit alle au bout est son probleme et ne me derange pas. Ce qui me derange c'est qu'il squatte une poste de depute de gauche car cet homme n'est plus a gauche depuis plus de 25ans. Q'il passe a droite et n'en parlons plus.

le Citoyen Thimèle 23/07/2008 16:02


Jack Lang est cohérent avec sa participation au Comité Balladur. Cela ne me dérange pas non plus. Ce qui est drôle, ce sont ces "socialistes" qui jouent les indignés, et sont prêts à prendre des
mesures d'ostracisme à son encontre. On n'a pourtant pas vu ces gens s'indigner du tournant libéral et mondialiste pris par le PS depuis 25 ans. On n'a pas vu ces gens s'indigner que le PS a
approuvé le Traité de Lisbonne, contre l'avis des français. Les voilà qu'il s'indigne d'un vote purement lié aux questions institutionnelles. Jack Lang ne serait plus socialiste ! Une nouveauté ?
Un cas isolé ? Loin de là !! Pathétique Parti Socialiste...


Christophe 23/07/2008 13:44

Nous sommes bien d'accord que ces gesticulations de réforme de la constitution n'apportent pas la démocratie à laquelle nous tous, Français, aspirons.C'est que tout est parti sur de mauvaises bases.Nous proposons la démocratie équitable : étudiez la, commentez-la.La France n'est pas née du Big Bang en '89. Elle a (presque) toujours été un exemple, voyons ce que nous pouvons faire pour qu'elle le reste.

Delaire 23/07/2008 11:09

Hier, je prédisais sur ce blog, que d'ici au congrès du PS, il y aurait des fissures, il n'y aura fallu qu'une journée pour qu'elles apparaissent ! En effet si un discipline de fer fut imposée aux parlementaires du PS pour s'opposer à cette révision constitutionnelle, un certain nombre repprochent la stratégie systématique ANTI SARKOSISTE, qui ne mène à rien de positif !En effet, les électeurs repprochent aux socialistes de ne pas avoir d'idées et de passer leur temps en "chicayas, pour être vizir à la place du vizir chez les présidentiables" et quand une de leur vieille revendication de faire une réforme sur le parlement arrive, tout faire pour ne pas la voter ! Ils sont un peu fous ces romains (socialistes) !Un élu de gauche de ma commune, me disait cela hier ! Si sur le plan local (Haute Garonne), les élus socialistes n'ont pas trop de difficultés (ils monopolisent tout dans cette région, ce qui les mets en danger d'obligation de résultats, ce qui est moins sur, par exemple la nouvelle gestion toulousaine aux dépenses exponentielles), sur le plan national ils sont très critiqués par le manque de lisibilité stratégique !Pour revenir à Jack Lang, je crois en sa sincérité et je déplore qu'il n'est été le seul à aller au bout de ce qu'il croyait positif pour nos institutions, chapeau bas Monsieur le Député ! Et venant de moi...!