Culture et mémoire républicaine

 

Recherche

A propos du site

30 octobre 2008 4 30 /10 /octobre /2008 00:00

en réponse à "Daucir" sur l'affaire de l'amende de 1000 € pour "insulte à qui vous savez" (« Post » du 24/10/2008)


Ma vie difficile m'a appris des choses très simples, et surtout à aller à l’essentiel, dont entre autres, "je respecte ce qui est respectable".
Et pour moi on n'est pas respectable, parce que l'on a atteint à une fonction, un titre ou une situation. On le devient....... après coup et selon les résultats obtenus.

On n'est (j'allais dire "ne naît") pas respectable parce qu'une minorité de 43% de Français vous a élu Président (les fameux 53% du second tour ne concernent que les exprimés), ce qui veut dire que 57% des Français, et dont la majorité, vous rejette !
Ou on a déjà l’étoffe de la respectabilité et on l’applique dès le départ, mais on ne l’acquiert pas à la suite d’une élection….. C’est dans l‘éducation de base. Mais quand on a passé sa vie à se jouer de tout, pitié que l’on ne s’insurge pas parce qu’un quidam a osé vous renvoyer ce que vous avez initié. Cela est aussi le respect.

On devient respectable, dans le cours de la fonction, lorsque l'on a fait ses preuves de respectabilité, au travers de ses actes et comportements successifs.
On ne peut prétendre à la respectabilité que dans la mesure où nos actes de président vont eux-mêmes dans le sens du respect et non dans celui des "trahisons"  et du mépris à autrui (surtout s’il est « petit »):

C'est trahir la fonction que de commencer, à dire soi-même, en premier, à un mec "casse-toi, pauv'con". (les exemples et modèles viennent de plus « haut » que nous) et ensuite traduire en justice ceux qui retournent le compliment à son auteur initial. Quels dommages pourrait réclamer celui qui a reçu de « qui vous savez » cette apostrophe ? (Rappelons que la loi permet d’obtenir jusqu’à 7 500 € et 6 mois de prison pour « insulte à Président » combien pour « insulte à Citoyen » par personne ayant autorité ?)

C'est trahir la fonction que de revenir en 2008, par le biais parlementaire, sur le choix des Français de 2005 (traité de Lisbonne : Février 2008).

C'est trahir la fonction que d'envoyer de façon arbitraire des troupes en renfort en Afghanistan (Juin 2008) sans avoir eu l'aval du parlement (il ne l'a eu qu'après coup et surtout en appliquant avant, la modification de la Constitution qui n'a eu lieu qu'en Juillet 2008).

C'est trahir la fonction que de faire voter le parlement, chambre par chambre (et non le congrès) l'envoi de renforts en Afghanistan (22 Septembre 2008) et surtout en faisant voter malhonnêtement les Sénateurs qui venaient d'être éliminés la veille (21 Septembre 2008), alors que ceux qui venaient d'être élus n'ont pas pris par au débat et au vote. Et pourquoi avoir convoqué le Sénat en session extraordinaire le 22 Septembre 2008, alors que la session ordinaire (donc avec les nouveaux Sénateurs) débutait le 01 Octobre 2008, soit 8 jours après.
La raison est simple, c'est qu'avec le nouveau Sénat (modifié dans sa composition, mais aussi dans le nombre de Sénateurs) et en Congrès, "qui vous savez" n'aurait pas atteint le seuil des 60% pour valider l’envoi de renforts. Il le savait et à donc manœuvré pour « plier » les parlementaires et les Français à ses vues.

Si un quidam est condamnable pour son « insulte » qui l’honore (il faut quand même avoir le courage de le faire, comme d’autres eurent le courage de dire non au Maréchal et à sa dictature, au péril de leur vie dans des temps pas si lointains, même si on a oublié, alors que l’immense majorité des Français se taisait) à payer 1000 €, à combien doit être condamné un bon père de famille qui utilise lui-même cette apostrophe ?
« Qui vous savez » en exigeant le Pouvoir, comme il l’a et le fait, se doit de montrer l’exemple !
Si un père de famille, fut-il père « putatif », élève ses « enfants » dans l’esprit de la « voyoucratie », il est normal que ses « enfants » deviennent « voyous ». (« Bon sang ne saurait mentir » dit le proverbe).
Les « enfants » ne font que reproduire les schémas qu’on leur présente.
Elevez les en leur inculquant la « racaillerie », ils deviendront, à quelques exceptions près, « racailles » (avec ou sans carcher). Par contre élevez les dans l’esprit du respect et ils respectent.

Je respecte sœur Emmanuelle, je respecte l’abbé Pierre, je respecte Gandhi, je respecte de Gaulle, je respecte Robert Badinter, non en tant que ….  mais parce que leurs actes ont été en adéquation avec leurs obligations (imposées par un mandat, une fonction ou librement définies et consenties par eux-mêmes).
Je respecte « Daucir » (cf « le Post » du 24/10/2008) parce que, comme moi, il fait partie du petit Peuple et qu’il ne veut pas se hisser dans la peau d’un « Grand » parmi les grands….. Et que comme moi il a droit à l’erreur alors qu’un « Grand » qui se veut conduire le Peuple n’a pas ce droit (et s’il n’a pas l’étoffe innée de ses prétentions, alors effectivement « casse-toi, pauv’con » a sa raison d’être vis à vis de lui)

Je respecterai « qui vous savez », quand il me prouvera qu’il met en pratique le respect qu’il doit au Peuple Français (je suis obligé de reconnaître qu’il en est loin, très loin….).
Et pour prouver que le respect et donc la respectabilité ne sont pas qu’obligation de grands, je prends la liberté de signer mes interventions sur les blogs et site de mon véritable nom et non sous pseudo – anonyme (les blogs et sites ne sont pas les nouvelles « Kommandantur » de la future dictature), ne serait-ce qu’eu égard au respect dû aux internautes.

Kelly-Eric Guillon
« sous-Pupille de la Nation de 4ème Catégorie de 39/45 »

Partager cet article

Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Vie politique
commenter cet article

commentaires

BA 30/10/2008 15:13

Jeudi 30 octobre 2008, dans le Nouvel Observateur, page 14, la journaliste Doan Bui interroge un spéculateur anglais, Simon Cawkwell. Simon Cawkwell accueille la journaliste en lui offrant le champagne.
 
« Au désespoir ! A la ruine ! A ces marchés stupides qui me permettent de m’enrichir ! » Simon Cawkwell nous reçoit dans son grand appartement dans le quartier chic de South Kensington, à Londres, et, en hôte attentionné, il insiste pour sabrer le champagne et lever un toast en l’honneur du krach. Ce n’est pas tous les jours qu’on trinque avec le diable ! Avec ses 150 kilos débordant de sa chaise, ses chaussettes rouge vif, ses quatre écrans d’ordinateur où défilent non-stop les cours de la Bourse, le personnage rayonne d’une aura falstaffienne. D’ailleurs, son surnom à la City, c’est « Evil Knievel », alias le chevalier du Mal, ou quelque chose d’approchant.
 
« Les krachs, j’adore, il n’y a pas de périodes plus excitantes. J’ai connu celui de 1987, mais j’étais moins riche à l’époque, je ne pouvais pas miser de grosses sommes. Cette crise-là est bonne, très bonne, pour mes affaires. Evidemment, il va y avoir beaucoup de chômage, des années de récession. Mais moi, je vais gagner beaucoup d’argent. »
 
Se sent-il coupable ?
 
« Mais pourquoi, ma chère ? Je serais bien stupide de ne pas en profiter. »
 
Au total, Evil Knievil pense que la crise actuelle lui rapportera 4,5 millions d’euros.
 
« Une broutille. Si vous saviez combien certains ont raflé ! »
 
C’est peut-être le refrain le plus entonné dans le monde de la finance. Il y a toujours un plus coupable que vous. David Freud, petit-fils de Sigmund Freud et ex-banquier d’affaires, a l’explication de ce déni collectif : « Il n’y a pas de sens de la responsabilité. C’est un secteur très individualiste, perverti par la culture du bonus. Et le bonus, c’est gagnant-gagnant. Quand vous êtes performant, vous gagnez. Quand vous perdez, vous gagnez toujours, mais moins. »
 
David Freud a lui aussi joué au jeu des bonus, ces mégaprimes qui font passer les salaires des footballeurs pour de vulgaires pourboires : « Si les gens savaient ce qu’on gagne, on rétablirait la guillotine et des têtes valseraient sur des piques. »

BA 30/10/2008 14:31

http://secretdefense.blogs.liberation.fr/defense/2008/10/air-force-one-2.html?xtor=RSS-450

BA 30/10/2008 11:12

Quelles sont les dernières nouvelles de notre bon roi Louis XVI ?
Notre bon roi Louis XVI était jaloux de George W. Bush et de son avion personnel " Air Force One ". Notre bon roi Louis XVI a donc demandé aux contribuables 280 millions d’euros pour avoir son " Air Force One ", ainsi que deux avions d’affaires Falcon 7X. Pourquoi se gêner ?
Lisez cet article ahurissant :
Air Force One : 280 millions d’euros pour les avions gouvernementaux.
La loi de programmation militaire 2009-2014, qui sera adoptée mercredi 29 octobre en Conseil des ministres, prévoit l’acquisition d’un nouvel Airbus A330-200 pour les déplacements du président de la République et des autorités gouvernementales.
A plusieurs reprises, Nicolas Sarkozy a exprimé le souhait d’avoir son propre Air Force One. L’armée de l’air va donc acheter d’occasion un Airbus qui vole actuellement sous les couleurs d’Air Caraïbes. Deux avions d’affaires Falcon 7X, le dernier né de Dassault, seront également commandés. Avec la modernisation des moyens de transmissions à bord, l’installation de systèmes d’autoprotection contre les missiles sol-air, et les équipements d’évacuation sanitaire, la facture globale atteindra 280 millions d’euros.

nostalgie1789 30/10/2008 09:35

Ce n'est pas parce que vous traîterez un âne d'"Ane" qu'il cessera de braire et qu'il éprouvera de la honte pour sa condition !Ce n'est pas parce qeu vous traîterez une vipère de "serpent venimeux" qu' elle cessera d'être dangereuse et qu'elle se suicidera de honte !!!Votre réquisitoire sarkozien est impeccable, mais il va bien faire rire le président (si jamais il le lit) et ses fidèles adeptes !!!Cet amoncellement de forfaitures constitue en effet pour lui sa fierté ! Il est ainsi, fait pour manipuler le petit peuple et hâter l'avènement du libéralisme total et  la dilution de la France dans un salmigondis américano mondial.la CIA en a fait son cheval de Troie , et force est de constater que ce Président s'acquitte fort bien de sa mission, ce dont il se glorifie en proclamant urbi et orbi "l'américain" et en arborant fièrement son maillot de corps  "NYPD".Il est de l'autre monde, celui dans lequel prime l'argent et les pouvoirs qu'ilo confert.Nous sommes ailleurs, parce que Républicains, Humanistes , Libertaires, Libres-Penseurs , issus de la longue tradition des proscrits, persécutés, martyrs de tous les totalitarismes, religieux, politiques et économiques !Rien à voir avec le nain des beaux quartiers, marionette des affairistes fauteurs de guerres et maffieux!