Culture et mémoire républicaine

 

Recherche

A propos du site

18 novembre 2008 2 18 /11 /novembre /2008 00:33

"Les signataires, de la présente pétition estiment que le repos dominical, au-delà du temps de repos, juste et nécessaire, est un élément fondamental de la vie familiale, sportive, culturelle, associative, spirituelle. Il permet également de préserver les marchés traditionnels et le commerce de proximité qui seront écrasés par l'ouverture des grandes surfaces le dimanche.

La loi de 1906 a réussi à établir un équilibre juste entre les nécessités légitimes d’ouverture le dimanche (les services de santé, les commerces alimentaires, les marchés, etc.) et l’organisation de la société.

C'est cet équilibre que nous voulons maintenir. Celui de la France qui travaille et qui gagne, mais aussi de la France des bénévoles, des balades en forêts, des rires en famille, des parties de rugby entre copains, des chorales lyriques ou jazzy, du verre de blanc sur le comptoir, de la diversité des couleurs et des senteurs sur les marchés.

Face aux tenants d'un monde transformé en une immense galerie marchande aseptisée, où la culture est en tête de gondole, la nourriture en fast-food, la pensée code barrée, le salarié aux horaires décalés, la caissière sous-payée, la famille explosée, c'est sur une certaine idée de la France au travail que nous nous prononçons !"


Partager cet article

Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Economie & Social
commenter cet article

commentaires

BA 22/11/2008 09:52


L’indécence des Big Three (Ford, General Motors, Chrysler).
 
Extraordinaire moment hier au Congrès.
Les représentants ont été ulcérés d’apprendre que les PDG de Ford, General Motors et Chrysler, qui venaient mendier 25 milliards de dollars, étaient venus comme d’hab avec leurs jets privés.
Chacun le sien.
Alors qu’il y a 24 vols par jour entre Detroit et Washington.
C’est comme si un type débarquait à la soupe populaire en chapeau haut-de-forme et en smoking, a dit le représentant démocrate Gary  Ackerman.
 « Vous n’auriez pas pu vous contenter d’une première classe ou partager votre jet ?, a-t-il demandé. (It’s almost like seeing a guy show up at the soup kitchen in high-hat and tuxedo. . . . I mean, couldn’t you all have downgraded to first class or jet-pooled or something to get here ?)
Un autre représentant a demandé à ceux qui étaient venus en avion de ligne de lever la main.
Personne.
A ceux qui comptaient vendre leur jet privé et rentrer en avion de ligne.
Personne.
 
Les Big Three sont repartis sans rien.
 

http://clesnes.blog.lemonde.fr/2008/11/20/lindecence-des-big-three/