Culture et mémoire républicaine

 

Recherche

A propos du site

25 avril 2006 2 25 /04 /avril /2006 22:38
Beaucoup de ceux qui ont luttés contre le CPE se sont dit, lors de son retrait, que nous avions gagné et qu'il est était inutile de continuer. Pour beaucoup le CPE était un danger immédiat, qu'il fallait écarter au plus vite. Pour cela il était légitime de lutter! Beaucoup pensent que l'on ne peut pas non plus lutter en permanence, les élections sont beaucoup plus utiles. Je veux bien comprendre que le retrait du CPE est donc apparue à beaucoup comme la victoire sur un danger immédiat et que dès lors  les autres mesures n'étaient pas si diaboliques pour devoir s'en occuper tout de suite. "Attendons l'année prochaine" entend-t-on souvent!

Cette attitude de croire à l'efficacité des élections est tout à fait légitime et tout à fait respectueuse, bien que tout le monde a pu constater que le pays, en l'état actuel des choses, n'est pas défavorable à l'élection d'un tyran antisocial comme Sarkozy. Selon les derniers sondages en effet ce dernier, qui n'est autre que l'un des pères du CPE (contrairement à ce qu'il veut nous faire croire), receuillerai la faveur de 47 à 49% de votants au second tour de l'élection présidentielle... avec une marge d'erreur de 2% tout de même!. On ne peut pas se permettre d'attendre l'élection présidentielle tranquillement devant notre télé, en pensant naïvement que les français provoqueront un raz-de-marée humaniste dans les urnes. Sarkozy, avec son puissant appareil de propagande, fera absolument tout pour se faire élire. Souvenez-vous en 2001, à un an de l'élection présidentielle, Jospin était donné vainqueur et pourtant les manipulations de la droite consistant à rendre puissante la droite mais aussi l'extrême-droite avec le thème omniprésent de l'insécurité (qui a d'ailleurs augmenté depuis 2002) et l'ordre donné de ne pas donner de parrainnages à De Villiers et Pasqua (afin que ceux qui auraient votés pour eux votent pour Le Pen), conjuguées également à la multiplication débile de candidatures issues de l'ex-gauche plurielle, ont permit l'élection en forme de plébiscite du délinquant Chirac, que le peuple français paie depuis. Il est donc important de ne pas baisser la garde et de mettre en pression permanente l'opinion sur les dangers qui guettent le peuple français en cas de victoire de Sarkozy ou autres aristocrates, à défaut de ne pouvoir mener une lutte efficace. La lutte est donc à poursuivre, sous quelques formes que ce soit! Ne soyons pas attentistes, nous devons toujours être à l'offensive!

Je veux donc bien comprendre que certains ne voulurent pas continuer la lutte. Seulement il y a un gros problème: le CPE n'est plus là, mais son grand frère, le CNE, lui, est toujours là! Et personne ne pourra dire que ces deux contrats n'ont rien à voir, que le combat serai déplacé! Comment en effet accepter le maintien d'un contrat de travail présentant très exactement les mêmes tares (période d'essai de deux ans, licenciement sans motivation) que le CPE? Seule différence, le public concerné: alors que le CPE visait les moins de 26 ans, le CNE s'applique aux entreprises de moins de 20 salariés. Ce qui veut dire que les vieux comme les jeunes sont concernés et que ceux qui pensaient avoir échappé au CPE se sont naïvement trompés! Tout jeune peut être embauché en CNE! La jeunesse est toujours autant visé et il ne faut donc pas dire aux jeunes que le CNE ne les concerne plus et qu'ils peuvent aller reprendre leur cours l'esprit rassuré!

Il faut donc que tous ceux qui ont luttés contre le CPE, rejoignent les rangs de ceux qui luttent contre le CNE! Les revendications ne s'arrêtent pas là non plus au CNE, rappelons aussi et surtout la loi de l"'égalité des chances"!

Le 1er Mai manifestons notre hostilité au système!

Partager cet article

Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Editoriaux
commenter cet article

commentaires

Pierre 27/04/2006 21:51

Mais les examens approchent, et l'individualisme prend le dessus...