Culture et mémoire républicaine

 

Recherche

A propos du site

5 mars 2009 4 05 /03 /mars /2009 16:04

(deuxième partie)

Le 27 février dernier, Régis Debray était l'invité de Nicolas Demorand dans le 7/10 de France Inter. Il y a évoqué la sortie de son dernier livre, "Le Moment fraternité", ouvrage dans lequel il revient sur la notion de "fraternité", son sens, et sa pertinence, à l'heure de l'individualisme triomphant. Il en a profité, au passage, pour fustiger une "diversité" qu'il assimile à l'"apartheid", tout le contraire d'une "fraternité" qui cherche quant à elle à "transcender les différences de fait", à faire une famille avec ceux qui a priori n'en formaient pas une.

Partager cet article

Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Vidéothèque
commenter cet article

commentaires

BA 08/03/2009 11:44

Dans la masse des commentaires suscités par la crise, on entend des remarques ou analyses qui devraient nous faire sauter au plafond. Non point parce qu'elles sont fausses mais, au contraire, parce que leur cohérence nous fait mesurer, par contraste, combien était contestable - et très idéologique - le discours hier encore dominant.
On nous dit aujourd'hui que les Français souffriront peut-être moins durement de la crise que les Britanniques, les Américains ou même les Espagnols. Pourquoi ? Parce que subsistent chez nous des garde-fous, des protections, des garanties particulières. Comparativement, dit-on, les Français sont moins endettés que les Américains. (Je parle ici de la dette privée et non pas de la dette de l'État.) En d'autres termes, les habitants de l'Hexagone ont des habitudes d'épargne de précaution qui contrastent avec le surendettement des ménages américains. Certes, il existe chez nous des drames liés au surendettement, mais, en termes statistiques, ils sont moins nombreux.
De la même façon, les Français ont peu cédé aux mirages de la Bourse, même si pendant des années on les a encouragés à devenir actionnaires. Une vieille prudence, une prudence « archaïque » (disait-on) a prévalu. Tant mieux pour nous. Ce n'est pas tout. Dans l'ensemble, sur le terrain social, les filets de protection liés à l'État providence - le fameux « modèle français » - ont encore un effet positif. Plus nettement positif qu'ailleurs, notamment dans le monde anglo-saxon. Les divers mécanismes de redistribution ont permis que le pouvoir d'achat des classes moyennes soit moins négativement affecté que, par exemple, en Allemagne. Outre-Rhin, le sait-on, les salaires évalués en termes constants n'ont pas augmenté d'un iota depuis une dizaine d'années. Ce n'est pas le cas chez nous.
Ajoutons que, même s'ils sont en crise et réclament d'être modernisés, nos services publics sont encore en état de marche, ce qui n'est pas toujours le cas ailleurs. Je pense aussi bien au système de santé, à l'école qu'aux crèches publiques, aux transports ferroviaires, etc. Disons que chez nous, en dépit des privatisations et dérégulations de toutes sortes, l'État a moins reculé qu'ailleurs. Il est donc mieux placé aujourd'hui pour intervenir. Signe emblématique de cette protection relative dont continuent à bénéficier les Français : notre taux de croissance démographique qui est - de loin - le meilleur d'Europe. Faire des enfants est un signe de confiance. C'est plutôt notre cas.
Toutes ces remarques sont maintenant présentées comme des évidences. Alors, pourquoi devrions-nous « sauter au plafond » comme je l'écrivais plus haut ? Parce que, hier encore, avant la crise, ces spécificités françaises étaient présentées jour après jour comme autant de retards, d'archaïsmes, de jacobinisme, etc.
 
Nous gardons tout de même en mémoire les sarcasmes dont était l'objet le « modèle social français », dont tous les commentateurs attitrés répétaient qu'il était une vieillerie contraire à l'esprit du temps, voire comme une « machine » à fabriquer de l'immobilisme.
On nous incitait à consommer, à emprunter plutôt qu'à épargner. On nous recommandait à cor et à cri d'investir nos économies en Bourse plutôt que de les placer sur un compte épargne. On fulminait contre l'omniprésence de l'État qu'on entendait faire reculer. On ironisait sur les « services publics » et il n'était question que de les privatiser. Bref, le discours néolibéral dominant désignait volontiers la France comme un pays retardataire. Elle devait se dépêcher de rejoindre la modernité qui misait, elle, à l'américaine, sur la flexibilité, la privatisation, la déréglementation.
Et puis, patatras, voilà que tous ces défauts français redeviennent subitement des qualités. On s'en félicite avec autant d'énergie qu'on les avait stigmatisés. Le noir est devenu blanc.
Rions un peu...
Jean-Claude Guillebaud, 8 mars 2009.
http://www.sudouest.com/accueil/actualite/france/article/523233/mil/4255633.html

mcbob 07/03/2009 16:48

Absolument passionnant.