Culture et mémoire républicaine

 

Recherche

A propos du site

7 juin 2006 3 07 /06 /juin /2006 22:16
L'Europe libérale n'est plus à ça près. Après avoir acheté notre liberté, voilà maintenant qu'elle nous la vend aux américains.

En effet, le Parlement européen a adopté il y a une semaine, mercredi 31 mai, le rapport Mann qui préconise la création d’un marché commun avec les Etats-Unis et ce avec les voix de la droite européenne et de la large majorité du groupe PSE (sociaux-démocrates européens).

Préparé par Erika Mann, députée SPD, ce rapport préconise la création d'"un grand marché sans entraves" . Ignorant totalement les débats sur l’Europe sociale, comme sur les Non français et néerlandais, ce rapport commence carrément par présenter l’UE et les USA comme des "modèles économiques similaires" (!). Ceux qui rêvaient donc de promouvoir un modèle social européen comme alternative à la mondialisation libérale (Hollande et compagnie) en ont pour leurs frais. Ce rapport invite ensuite à s’appuyer sur l’intégration de fait des firmes commerciales et des institutions financières des deux ensembles pour bâtir une zone de libre échange et un marché commun. Les objectifs de celui-ci seraient entièrement tournés vers les besoins des firmes et des marchés : "droits de douane, règles de concurrence, gouvernement d’entreprise, harmonisation comptable et réglementaire concernant les échanges ". Dans ce "processus d’alignement progressif des réglementations ", ce sont les réglementations nationales et souveraines qui laisseraient place à celles anglo-saxonnes, adepte de la casse sociale. Le rapport fixe même des échéances puisqu’il recommande que dès son "prochain sommet" avec les USA à l’été 2006, l’UE élabore un " nouvel accord de partenariat" s’engageant à "instaurer un marché transatlantique sans entraves d’ici 2015". Le rapport propose aussi d’anticiper les choses à "2010 en matière de services financiers et de marchés de capitaux ", ainsi promus au rang de priorité économique du futur édifice transatlantique, dont les autres développements dépendront ainsi de ces bases exclusivement financières. Le texte dit même carrément que cette intégration doit permettre "aux acteurs économiques d’intervenir à des coûts moindres et avec une plus grande liberté ". C'est-à-dire permettre aux actionnaires d’augmenter leurs profits sur le dos du travail. Car si les intérêts des consommateurs dans cette construction sont vaguement abordés, pas un mot n’est dit des travailleurs, dans un rapport qui décrit caricaturalement une économie sans travail. (pourlarepubliquesociale.org)

Si ce rapport a pu voir le jour, c'est notamment grâce à la complicité entre la commission européenne de Barroso et le gouvernement Bush. On savait déjà les liens passés entre Barroso et Bush (le premier ayant soutenu le second lors de la guerre d'Irak), mais les liaisons entre ces deux guignols lors de ces deux dernières années, qui dépassent celles d'une diplomatie normale, montrent bien leurs affinités et ont bien présagées de ce rapport qui met encore davantage l'Europe sous la coupe des américains.

Dans le même temps on apprend la prochaine fusion d'Euronext (la bourse européenne, qui contrôle déjà celles de Paris, Amsterdam, Londres, Bruxelles et Londres) avec la NYSE, la bourse de New York. Mais le terme fusion masque plutôt celui de mise sous tutelle d'Euronext, étant donné son état d'infériorité par rapport à celle de la NYSE. Les principales bourses européennes ne seront plus alors que des annexes de la bourse de New York, pour le plus grand plaisir des grands patrons et actionnaires américains.

Le peuple et les travailleurs, ça on s'en fout complètement!

Et après on devrait avoir honte de s'être opposé à cette Europe libérale le 29 mai 2005?!
Cette Union Européenne n'a aucune âme, aucun projet pour les peuples européens et il faudrait l'aimer? Certains ont quand même du culot!

Photo: José Manuel Barroso, Président de la Commission européenne et son grand ami, Georges W. Bush.

Partager cet article

Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Editoriaux
commenter cet article

commentaires