Culture et mémoire républicaine

 

Recherche

A propos du site

17 avril 2009 5 17 /04 /avril /2009 16:09

Par Nicolas Voisin


Il y a quelques jours, dans tous les établissements de l'enseignement secondaire, les professeurs d'histoire et géographie ont reçu dans leur casier une grosse enveloppe. A l'intérieur, d'étonnants documents pédagogiques élaborés par le Ministère de l'Education Nationale et deux associations, « Les Euronautes » et « Toute l'Europe ».
 
Dans l'enveloppe : une carte de l'Union Européenne et une frise historique de la construction européenne depuis 1945. Curieusement, aucune circulaire d'accompagnement... donc aucune explication sur ce qui justifie - à deux mois des élections européennes - l'envoi de ce matériel. Le professeur - confiant dans son Institution - en déduit donc qu'il s'agit d'une initiative s'inscrivant dans une pure démarche d'instruction civique, l'incitant à afficher sur les murs de sa classe ces documents pour provoquer auprès des jeunes citoyens en formation une séance de sensibilisation sur les enjeux européens. Quoi de plus louable ?

Sauf qu'à y regarder de plus près, on s'aperçoit qu'il s'agit en fait d'une stupéfiante campagne de propagande.

Un matériel « pédagogique » très orienté

Sur la carte, pas grand-chose à dire : on y retrouve les 27 pays membres de l'UE, leur date d'adhésion et quelques informations géographiques... En revanche, c'est en découvrant la frise chronologique que n'importe quel professeur un tant soit peu attentif en réalise rapidement le caractère très orienté.

Dès le premier coup d'œil, on peut facilement discerner la tonalité très atlantiste de l'ensemble du document qui présente la construction européenne, depuis la conférence de La Haye en 1948, dans le cadre d'une alliance avec les Etats-Unis face à l'Union Soviétique, et en constant parallèle avec l'Otan. Malheureusement, on retrouve cette tonalité générale dans la quasi-totalité des manuels d'histoire...

Ensuite, on s'aperçoit que pour les concepteurs de cette chronologie, les professeurs d'histoire et géographie n'ont certainement pas la mission de sensibiliser leurs élèves sur l'éventuelle implication du peuple européen dans ce processus de construction : là encore, on retrouve le penchant assez habituel des documents réduisant l'Histoire à l'action des grands hommes (et de quelques femmes tout de même...) et la démocratie au fonctionnement de grandes Institutions totalement désincarnées.

Bref, un document tendancieux, mais finalement rien de très nouveau... Mais c'est à la fin de la frise chronologique que le scandale se révèle.

Eh, M'sieur Darcos, y s'est passé quoi en 2005 ? Rien mon petit... rien du tout...

Entre les portraits de Jacques Santer (ex premier ministre Luxembourgeois, ex président de la Commission Européenne et co-rédacteur en 2003-2004 du Traité établissant une Constitution pour l'Europe) et de Nicolas Sarkozy, il y a l'année 2005... vide !

Dans une chronologie sur la construction de l'Union Européenne dont les concepteurs ont jugé indispensable de rappeler la victoire de l'Allemagne à la coupe du Monde de football le 4 juillet 1954, celle de la France le 12 juillet 1998, la naissance de la brebis Dolly le 5 juillet 1996, il est stupéfiant de découvrir qu'en 2005... rien. Il ne s'est rien passé.

Il est pourtant bien signalé que le 29 octobre 2004, le Traité établissant une Constitution pour l'Europe a été signé. Et que le 13 décembre 2007, ça a été le tour du Traité de Lisbonne. Deux traités en 3 ans, ça mériterait une explication, non ? Mais non : en 2005, il ne s'est rien passé... pas plus qu'en 2008 du reste !

Ainsi, pour la propagande euro-béate organisée le vote des peules français et hollandais des mois de mai et juin 2005 repoussant par référendum le Traité établissant une Constitution pour l'Europe, et celui du peuple irlandais refusant de ratifier en juin 2008 le Traité de Lisbonne, sont des événements indignes de figurer dans des documents pédagogiques diffusés par le Ministère de l'Education Nationale et ne sauraient être enseignés par les professeurs d'Histoire et Géographie. Ces derniers sont appelés à claquer des talons et à diffuser auprès des élèves cette présentation édifiante de la construction parfaitement linéaire d'une Union Européenne consensuelle... c'est-à-dire conforme aux conceptions libérales et atlantistes de ses actuels dirigeants.

Alors voici une suggestion : comme il n'est pas question de gaspiller les considérables moyens investis par le Ministère de l'Education Nationale pour faire tirer et distribuer à tous les collèges et lycées ce beau support pédagogique (en couleur et sur papier glacé), et comme les professeurs sont tous des serviteurs zélés de la fonction publique enseignante, on ne peut que recommanderl'affichage de ces documents dans toutes les classes... Toutefois, au nom de l'exigence scientifique, et utilisant leur liberté pédagogique reconnue par leur statut, les professeurs qui liront ces lignes sont aussi invités à apporter toutes les modifications nécessaires à la main ! Aussi proprement que possible, mais qu'on se rassure : il y a de la place sur les années 2005 et 2008 laissées entièrement libres ! Merci donc au concepteur pour cet encouragement à une pédagogie active et transdisciplinaire.

Ainsi, Monsieur le Ministre aura la satisfaction d'avoir effectivement été à l'origine d'une belle campagne participative d'instruction civique...

Partager cet article

Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Elections européennes 2009
commenter cet article

commentaires

le Citoyen Thimèle 21/04/2009 20:32

De rien... C'est avant tout l'auteur de ces lignes qu'il faut remercier. En tout cas c'est une affaire qui est absolument révélatrice du tournant profondément atlantiste qu'a pris la France ces dernières années. Un atlantisme qui, naturellement, il faudrait donc inculquer à nos enfants. Et non pas comme étant une simple opinion, mais comme une évidence, comme une réalité inaltérable face à laquelle nous devrions tous nous coucher.

Jacques Pagnoux 19/04/2009 12:53

Cette dérive atlantiste pro-européenne, est à rapprocher d'une autre, pro américaine, qui est en cours dans l'éducation nationale, et particulièrement dans l'académie de Rennes.Tous les enseignants d'anglais de l'académie ont reçu une invitation formelle pour une grande conférence franco-américaine le mardi 28 avril, en présence du recteur et du consul des États-Unis à Rennes. Un autre participant d'honneur sera le conseiller économique du même consulat, très connu pour ses activités de lobbyiste pro-américain dans la région, ce qui lui vaut une attention particulière de la part des services de contre-espionnage français !.Il faut se rappeler aussi qu'une grande réforme concernant l'enseignement des langues vivantes en France, est en chantier actuellement, sous l'impulsion d'une directive européenne, et suite à des travaux financés largement par.... les États-Unisl'enseignement des langues vivantes en France prend donc une allure résolument atlantiste, selon des concepts anglo-saxons basés sur l'utilitarisme et la performance, complètement à l'opposé de la tradition humaniste et républicaine de l'enseignement en France.Je me bats depuis maintenant deux ans en tirant une sonnette d'alarme, mes courriers auprès des autorités de l'éducation nationale sont restés sans réponse, et de toutes façons pour la majorité des gens il semblerait que le rapprochement avec les Américains, ça ne pose absolument aucun problème. Je pense le contraire.Je suis entièrement à votre disposition pour vous fournir tout autre détail éventuel.Jacques Pagnoux. Brest.

Hopfrog 19/04/2009 12:14

Excellent billet ! Merci à vous — et à Marianne, grâce à qui j'ai découvert votre site.

Made 19/04/2009 10:10

C'est édifiant. Merci pour votre article.

BA 18/04/2009 21:39

Le Parlement européen aime l'OTAN. Le Parlement européen adore l'OTAN. Le Parlement européen veut toujours plus d'OTAN. Lisez cet article :
 « Mardi 14 avril 2009 - Le Parlement Européen veut renforcer le partenariat transatlantique.
Les hommes politiques font souvent la promesse de « rapprocher l'Europe du citoyen ». Ils affirment que le resserrement de l'unité européenne sera synonyme de démocratisation. Ils espèrent, lors des prochaines élections européennes, inverser la tendance selon laquelle la participation électorale est plus faible à chaque nouvelle élection au Parlement européen. Et bien, qu'on en juge.
Le 26 mars 2009, le Parlement Européen a voté par 503 voix contre 51 (et 10 abstentions) sa résolution A6-0114/2009, vouée au renforcement du lien transatlantique. On y lit que l'OTAN et l'Union Européenne ont vocation à se rapprocher toujours plus ; que l'Union Européenne doit soutenir la guerre contre le terrorisme, en particulier en Afghanistan ; qu'il faut une intégration plus forte des marchés transatlantiques.
Ce texte a été rédigé par le groupe PPE (partis européens de droite) et voté sans une hésitation par la gauche social-démocrate et écologiste. Les élus allemands ont joué un rôle majeur dans l'élaboration de cette résolution, comme dans l'élaboration des précédentes du même acabit (1er juin 2006; 25 avril 2007; 5 juin 2008) Autant dire que le Parlement européen a choisi d'exprimer des objectifs tout à fait contraires à l'émergence d'une union des démocraties européennes. Alors même que les méfaits de la mondialisation centrée sur l'étalon-dollar apparaissent toujours plus évidents, ceux qui sont élus pour être les représentants des peuples européens délibérant ensemble sont entrés dans la logique d'oligarchisation des relations internationales qu'incarne toujours plus le partenariat transatlantique.
On ajoutera qu'à quelques semaines, peut-être, d'un effondrement de la monnaie américaine, il y a de quoi frémir à lire que le Parlement européen souhaite un renforcement de la coopération transatlantique en matière monétaire.
 
http://www.marianne2.fr/Ma-semaine-allemande-Die-Linke,-un-parti-comme-les-autres_a178099.html