Culture et mémoire républicaine

 

Recherche

A propos du site

18 août 2006 5 18 /08 /août /2006 22:19

La Commission européenne ne voit pas de raison de s'opposer à ce qu'une entreprise refuse d'embaucher quelqu'un au motif qu'il est fumeur.

Une représentante de la Commission européenne, Katharina von Schnurbein, porte-parole du commissaire européen à l'Emploi et aux Affaires sociales a affirmé qu'une entreprise peut tout à fait refuser d'employer une personne parce qu'elle fume sans s'exposer à des poursuites pour discrimination. Selon cette source officielle, ce motif de refus d'emploi "n'est pas couvert par la législation européenne contre les discriminations".

Cette clarification intervient à la suite d'une question soulevée par le Parlement européen au sujet d'une offre d'emploi émise par une entreprise irlandaise qui précisait que les candidats fumeurs n'avaient "pas besoin de postuler".

"La législation anti-discrimination européenne interdit la discrimination sur la base d'origines raciale, ethnique, d'un handicap, de l'âge, de l'orientation sexuelle, de la religion et des croyances"
a répondu le commissaire européen concerné en précisant qu'une"annonce d'emploi disant que les fumeurs n'ont pas besoin de postuler ne semble tomber dans aucune des justifications d'interdiction mentionnées".

On savait déjà que le corpus de règles dites "anti-discrimination" importées en Europe en se fondant sur le modèle américain reposait sur une logique absurde de tri de la population en fonction d'un drôle de mélange entre caractéristiques ethniques, convictions religieuses et pratiques sexuelles. Et voici qu'elles sont désormais invoquées pour justifier des mesures d'ostracisme en fonction de la vie privée. En France, même l'Alliance contre le tabac s'est insurgée contre la position de la Commission européenne : "Nous n'avons jamais demandé ça, c'est aberrant, tout à fait inutile dans la lutte contre le tabagisme. Les fumeurs sont victimes d'une dépendance et ils faut les aider. (...) Cela n'a jamais été proposé par aucune organisation sérieuse même au niveau international. (...) C'est la porte ouverte à d'autres discriminations - obésité, diabète, hypertension artérielle etc. - et pourquoi pas la (sélection) génétique" a ainsi déclaré son président, le professeur Dubois.

Un fumeur maltraité par une entreprise avec la bénédiction de la Commission européenne aura peut-être une chance de voir sa situation reconsidérée s'il est par ailleurs noir, musulman ou homosexuel. Pour les autres... C'est le patch ou la porte !
 

Partager cet article

Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Economie & Social
commenter cet article

commentaires