Culture et mémoire républicaine

 

Recherche

A propos du site

21 septembre 2006 4 21 /09 /septembre /2006 22:02

Par Stéphane Arlen


Le journal La Croix vient de donner la parole à Nicolas Sarkozy afin qu’il puisse continuer son travail de sape sur la laïcité (article lisible sur communautarisme.net).

Dans cette prose qui semble oublier complètement pourquoi des humains se sont battus pour obtenir, en France une loi de Séparation des Églises et de l’État, Sarkozy y révèle qu’à la lecture de deux rapports (écrits pour en arriver là), il avait décidé de faire des propositions quant au financement des religions.

Pour lui, l’État doit être neutre, donc il doit financer tous les délires ; il doit y avoir séparation, c’est pourquoi il faut financer ; il faut rappeler les valeurs de la laïcité, et par conséquent financer. Comprenne qui pourra.

Nous avons compris : Nicolas Sarkozy sait qu’affirmer une laïcité forte et une vraie séparation entre Églises et État non seulement lui mettrait l’Église catholique à dos, elle qui bénéficie en France de tant d’avantages, mais aussi le priverait du soutien électoral des autres communautés de croyants. Lui l’arriviste a dû peser le pour et le contre pendant au moins trois secondes et est arrivé (c’est normal) à la conclusion qu’il fallait liquider la laïcité, quitte à s’attirer le mécontentement des quelques tarés qui y sont encore attachés.

Mais en France, on ne peut pas dire qu’on va détruire la laïcité, alors Nicolas a trouvé une solution : il va prétendre se donner « les moyens de garantir concrètement l’égalité entre les cultes » (il serait très simple pour y parvenir de décider que chaque culte doit se débrouiller avec l’argent de ses adeptes, mais bon, ce serait trop simple). Pour cela, « l’enseignement du fait religieux doit être encouragé à l’école publique » (eh oui, autant parler de religion à des enfants qui ne savent plus lire, on en fera des électeurs pour l’UMP), et il faut « autoriser les communes à subventionner directement la construction de lieux de culte » (c’est vrai que les communes débordent de ressources et n’ont aucun besoin de financer les écoles, le logement social, les crèches).

Nicolas Sarkozy, on ne cessera de le dire, est un danger pour la France. Après des siècles de lutte, nous, Français, avons enfin obtenu une laïcité qui permet à chacun de croire ou non, et de se débrouiller avec ses options philosophiques ou religieuses sans intervention de l’État. C’est tout ce patrimoine que Sarkozy entend détruire en favorisant le financement de tous les délires mystiques.

Mais d’autres questions se posent : pourquoi Nicolas Sarkozy a-t-il décidé de remettre les rapports précités aux représentants des religions (et lesquelles ?) et aux représentants d’élus, en « oubliant » les associations laïques et les associations de contribuables ? Comment Nicolas, chantre de la baisse d’impôt, fera-t-il pour trouver de l’argent pour les religions alors qu’il prétend qu’il n’y en a plus pour l’Éducation Nationale, pour la Santé ou pour les retraites ?

Nicolas Sarkozy est un malin (on peut au moins lui reconnaître cela), car il sait que flatter les croyances et lutter contre la connaissance est le meilleur moyen de parvenir au pouvoir et de s’y maintenir, quand le peuple, ignorant, endoctriné et crédule, ne peut plus voir ce qu’on fait contre lui.

Partager cet article

Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans République & Laïcité
commenter cet article

commentaires

fabien 22/09/2006 14:45

C'est bien le problème ça qu'il est malin!! Il fera tout et n'importe quoi pour accéder au pouvoir, on a intérêt de tout mettre en oeuvre pour l'en empêcher... Notre tâche est énorme, notre responsabilité est énorme!!! L'avenir de la République est en jeu!