Culture et mémoire républicaine

 

Recherche

A propos du site

22 octobre 2006 7 22 /10 /octobre /2006 22:06

Des étudiants mis à pied pour des sifflets anti-Sarkozy à l’Assemblée


Des étudiants de Belfort ont été mis à pied vendredi par leur direction pour avoir lancé des sifflets à l’encontre du ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy lors d’une visite à l’Assemblée nationale le 17 octobre, rapporte le journal franc-comtois Le Pays.

Le quotidien, qui évoque l’affaire dans son édition de samedi, précise que "d’autres sanctions pourraient suivre". "Je tiens à vous informer que j’ai pris la décision de mettre à pied l’ensemble de la classe de BTS management des unités commerciales première année" vendredi, pour une journée, annonce la directrice du cours Notre-Dame des anges, Patricia Horny, dans un courrier adressé aux parents et dont l’AFP a obtenu copie. "Je condamne avec la plus grande fermeté le comportement irresponsable et inqualifiable des étudiants de cette classe devant l’Assemblée nationale", poursuit-elle.

Le 17 octobre, lors d’une visite à Paris, une quarantaine d’élèves franc-comtois ont été reçus par Damien Meslot, un député UMP de Belfort. Au terme de la visite, plusieurs élèves, pensant apercevoir Nicolas Sarkozy dans un véhicule à la sortie du Palais Bourbon, se sont mis à le conspuer, rapporte Le Pays, sur la foi de témoignages d’étudiants. Il aurait toutefois pu y avoir méprise, selon Damien Meslot. "Les vitres des voitures ministérielles sont teintées, il leur était impossible de le distinguer. Toute cette histoire est montée en épingle car il s’agit de Nicolas Sarkozy", a expliqué à l’AFP le député du Territoire de Belfort.

Les étudiants ont en tout cas fait l’objet d’un contrôle d’identité par les forces de l’ordre avant de pouvoir repartir sur Belfort, où ils ont été accueillis par leur directrice, avertie de l’incident et très remontée. "La déception apportée par votre attitude est immense", note dans son courrier, et à l’adresse des élèves cette fois, Mme Horny. Au sein de la classe, trois ont reconnu avoir sifflé, ce qui montre "que la gravité des faits a été mesurée" par certains, relève la directrice de l’établissement catholique, qui évoque "l’exclusion définitive" d’étudiants pour "toute autre dérive". Elle a prévu de rencontrer M. Meslot afin de lui présenter ses excuses, a fait savoir le député belfortain.

AFP

Partager cet article

Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Libertés - Sécurité & Justice
commenter cet article

commentaires

E.M. 24/10/2006 09:41

D'accord, supprimons donc tous les lycées privés ! Nous aurons ainsi davantage de moyens pour les "publics" ! ;-)

le Citoyen ThimÚle 24/10/2006 20:31

Absolument d'accord! La même école pour tout le monde, gratuite et laïque!

E.M. 23/10/2006 20:42

Bien fait pour eux !
Quelle idée d'aller étudier dans un lycée catholique !??! ;-)

le Citoyen ThimÚle 24/10/2006 01:02

Tant qu'il y aura toujours des lycées catholiques, il y aura toujours des gens pour y aller...