Culture et mémoire républicaine

 

Recherche

A propos du site

24 octobre 2006 2 24 /10 /octobre /2006 22:28
Par Simon Archipenko

Il n'y a pas de vérité sacrée, c'est à dire interdite à la pleine investigation de l'Homme. Ce qu'il y a de plus grand au monde, c'est la liberté souveraine de l'esprit.

Jean Jaurès. Discours sur l'enseignement laïque, 11 février 1895.

Trois faits importants dans leur gravité et leur conséquence viennent de se produire dans notre pays. Ils se rejoignent quant à leur socle commun et doivent interpeller les tenants de l'esprit des Lumières pour un combat en faveur de la liberté de conscience.

Le premier fait, et de loin le plus emblématique, est la fatwa prononcée à l'encontre de notre ami, de notre frère Redeker. J'écris ami et frère car, tant que durera l'épreuve que subit Robert Redeker de la part des tenants de l'obscurantisme le plus crasse et le plus lâche, les hommes[1] libres doivent s'honorer du titre d'ami et frère. Ils souligneront de la sorte, une fraternité de combat que rien au monde et surtout pas la fatwa d'un clerc autoproclamé, ne saurait entraver. La liberté de conscience ne souffre d'aucune fatwa, à commencer par celles que nous instillons dans notre propre tête.

Des citoyens pensent-ils que la laïcité et les fondements de la République sont des acquis irréversibles ? A moins, mais je n'ose le croire, que les susdits pensent qu'il faut introduire un peu de spiritualité dans le champ du politique. Quant aux benêts compassionnels, il suffit de lire leur prose sur les sites du MRAP, voire sur les sites officiels de l'extrême gauche, pour savoir qu'ils sont passés avec armes et bagages du côté des tenants des fatwas.

Voici ce qu'on peut lire sur un site dit progressiste :

...Avant eux (les nouveaux intellectuels) la Laïcité se contentait d'être la garante de la séparation de l'Eglise et de l'Etat mais, moderne démocratie oblige, elle est devenue un instrument de propagande aux mains de ceux qui savent racler au fond des peurs ancestrales pour obtenir le pouvoir ou la notoriété. Désormais être laïque c'est aller à l'encontre des valeurs de tolérance et de mesure transmises par les Lumières et être polémiste c'est blesser A DESSEIN une communauté en se fondant sur sa propre xénophobie, c'est valoriser la culture judéo-chrétienne au détriment de la culture musulmane, c'est devenir le chantre d'une morale édictée à coups de chandelier à 7 branches et de goupillon, ô paradoxe !

Nous pouvons constater que ce benêt là a tout compris de la laïcité. Afin d'être objectif, ce même site, dit progressiste, héberge le discours intégral d'Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah.

Le deuxième fait récent, est la venue à Lyon d'Hani Ramadan, en qualité d'enseignant dans une madrassa, école coranique, appelée centre de formation et qui, plus prosaïquement est une SARL dont le nom commercial est la librairie Tawhid.[2]

Le centre islamique Tawhid fait ainsi sa promotion sur le site www.ujm.fr.

Le centre Islamique Tawhid a été fondé en 1986, attenant à la librairie Tawhid, se veut un pôle d'enseignement de la spiritualité et un lieu d'échanges pour tous notamment par la mise à disposition d'activités culturelles et éducatives. Le centre Tawhid est composé : d'une salle polyvalente (salle de prière et de conférence avec un espace de rencontre convivial), d'un espace lecture, d'une salle de cours.

Hani Ramadan, quant à lui, dirige le Centre islamique de Genève et donne régulièrement des conférences en France, est le frère aîné de Tariq Ramadan et le petit-fils du fondateur des Frères musulmans égyptiens Hassan al-Banna.

En septembre 2002, Hani Ramadan avait effectivement défrayé la chronique intolérance en défendant dans une tribune publiée dans Le Monde l'application de la charia et la lapidation des femmes adultères. Il avait été ensuite licencié de son poste d'enseignant de Français par le gouvernement genevois pour propos contraires aux valeurs démocratiques et aux objectifs de l'école publique.

Il doit intervenir dès le 14 octobre à Lyon pour donner des cours en sciences islamiques au sein de ce centre de formation fondé par l'Union des Jeunes musulmans (UJM). Selon le site Internet de l'UJM, il doit encadrer cinq séances de travaux dirigés, dont la première, consacrée à la foi musulmane et aux noms divins, aura lieu le 14 octobre.

L'association Regards de femmes a adressé une lettre à Nicolas Sarkozy, pour lui demander d'interdire l'accès au territoire d'Hani Ramadan.

Pour Regards de Femmes, les propos d'Hani Ramadan légitiment les violences envers les femmes et diffusent l'homophobie. L'association a transmis à M. Sarkozy une pétition, signée par mille personnes au 11 octobre 2006), parmi lesquelles les anciennes ministres Yvette Roudy et Corinne Lepage, pour demander son interdiction d'entrée en France. Concomitamment, l'association organise un rassemblement devant la madrassa Tawhid, le jour du premier travail dirigé d'Hani Ramadan...

Dans sa lettre-pétition, Regards de femmes, présidée par Michèle Vianès, demande également l'interdiction d'entrée sur le territoire ou l'expulsion des savants en religion, qui transmettent l'idéologie totalitaire de la charia.

Le troisième fait est la lapidation d'une adolescente dans un collège de Lyon, pour cause de rupture du ramadan.

Les faits ont eu lieu mercredi 4 octobre à la récréation de 10h00 dans un collège de Lyon. Des garçons ont jeté des pierres sur une adolescente de l'établissement, sous prétexte qu'elle n'observait pas le jeûne du ramadan. La collégienne a été blessée et très choquée. Le principal a signalé cet acte à l'inspection académique. Il a incité les familles à porter plainte, ce qui a été fait. Les deux élèves ont été exclus pour une semaine.

Le principal a rassemblé tous les enseignants et tous les élèves fait un rappel à la loi. Pour lui, il s'agit de violences de collégiens. Il a rappelé aux enseignants leur devoir de réserve. La thèse de non-respect du ramadan est cependant confirmée par le Parquet de LYON.

On peut légitimement s'interroger sur la notion de violences de collégiens. A partir du moment où l'Ecole de la République doit transmettre les savoirs en faisant des élèves des citoyens en devenir, on dépasse largement l'aspect chahut que l'on trouve communément au moment de chaque récré. Mais la frilosité de l'inspection académique du Rhône, lors d'affaires similaires, en dit long sur le fait républicain dans l'administration, quand bien même elle est l'Education nationale, sans évoquer également la lamentable prise de position du ministre Robien.

Pour Azzedine Gaci, président du conseil régional du culte musulman et UOIF, le ramadan est une obligation pour tout musulman. En sont exemptées les personnes âgées, les femmes enceintes et les femmes indisposées.

Azzedine Gaci continue ainsi :

Je rappelle que nous sommes dans un pays laïque. Certains jeunes n'ont aucune connaissance de l'Islam. Il faut revoir IMPERATIVEMENT la façon dont l'islam est enseigné à l'école.

On relèvera la duplicité du président du conseil régional du culte musulman qui avance fort heureusement tel l'éléphant dans un jeu de quilles en voulant faire entrer l'islam dans les salles de classe. Je note au passage, que ce monsieur a oublié, dans son antienne sur les exemptions au ramadan, le fait que dans notre pays chacun est libre de croire en un dieu en plusieurs dieux, à la soupe à l'oignon et au filet mignon ou de ne pas croire. Mais, sans doute, est-ce beaucoup pour cet esprit étréci.

Contre l'esprit de Munich : la liberté de conscience.

Aujourd'hui, une impérieuse nécessité : ALLER PLUS LOIN.

Il est symptomatique de dire que nos sociétés sont entraînées dans un vertigineux tourbillon moyenâgeux. Je ne sais pas si le 21ème siècle sera ou ne sera pas religieux. Ce que je sais, en revanche, c'est que si l'on ne promeut pas la liberté de conscience, dans notre pays mais aussi dans le monde, on s'engage rapidement vers un 21ème siècle obscurantiste pour TOUS, du Nord au Sud et de l'Occident à l'Orient. Car, loin s'en faut, les intellectuels éclairés d'Orient, comme d'Amérique ou d'Europe, si nous ni prenons garde, sont appelés à être happés par les tenants des fascismes religieux.

La liberté de conscience, au-delà de la liberté d'expression.

La base du pacte Républicain en France, c'est le passage pour l'individu de l'état de sujet dépendant en totalité de son roi, lequel détient lui son pouvoir de Dieu (sphère publique), à l'individu maître de sa propre pensée, acteur de sa destinée qui pousse Dieu dans la sphère privée. Sortir de ce principe c'est donner raison aux spiritualistes qui rêvent de réintroduire un peu (beaucoup ? passionnément ?) de religion dans l'espace public. C'est donner raison aux islamistes et intégristes de tout poil (je pense là aux créationnistes états-uniens)[3].

Ce serait un extraordinaire recul de nos montres qui nous ramènerait au 13 juillet 1789. et, comme Arx tarpeia Capitoli proxima, la roche tarpéienne n'est pas loin du Capitole, on ne serait plus loin de 1231[4].

La liberté de conscience est universelle.

Promouvoir la liberté de pensée dans le monde, c'est à dire la liberté de conscience, c'est remettre l'Homme au centre et maintenir Dieu là où il n'aurait jamais dû cesser d'être depuis 217 ans, dans la sphère privée, n'en déplaise aux sieurs Ramadan frères et autre Gaci. C'est proclamer que chacun a son libre arbitre, à commencer par tous les laïques et ceux qui dans leur religion sont les captifs des auteurs de fatäwa, d'excommunications, de lapidations ou de discours psalmodiés dans des madrassas, comme aujourd'hui à Lyon par notre savant en religion, Hani Ramadan. C'est dire, qu'en conservant son libre arbitre, l'Homo laïcus a la possibilité, à tout moment, de l'introspection spirituelle à son bon vouloir non à celui des clercs et chamans de toutes sortes.

La liberté de conscience est un acte anti-raciste.

C'est parce que l'Homme conserve sa liberté de conscience, son libre arbitre, le respect des autres, rejette aux poubelles les fascismes religieux qui laissent accroire par une rhétorique de bas art, que les tenants de la liberté de conscience sont des racistes, islamophobes voire arabophobes (2). C'est un acte anti-raciste car, la liberté de conscience subsume la liberté d'expression.

Ce que je veux signifier ici, c'est que les intégristes de tous horizons et leurs affidés, les benêts compassionnels, ne veulent qu'avancer sur le concept de liberté d'expression et ses limites. Il est vrai que, pour raison de liberté d'expression, nous ne pourrions tolérer le racisme, l'antisémitisme. Les islamistes jouent sur ce concept de limite de la liberté d'expression pour faire accroire que poser le problème de l'islamisme est un acte raciste.

Comme l'écrit Robert Redeker :

{{Est-il raciste de se poser la question: un Islam à visage humain est-il possible, comme on se demandait naguère si un socialisme à visage humain est possible? (2)

Les individus du monde veulent adorer Dieu, Allah, Yahvé, Vishnu, Bouddha, Manitou, la Pacha Mama, les esprits de la forêt, ou Brocéliande. D'autres ne le veulent pas mais y sont contraints. Aujourd'hui nous avons l'ardente obligation d'être tous solidaires dans leur droit d'inventaire, d'introspection, le droit d'adorer ou de ne pas adorer pour tout individu, de l'Afghanistan au Zimbabwe, des Etats-Unis à la Chine.

Nous devons promouvoir la liberté de conscience.

Dernière minute. Un rassemblement Républicain devant la madrassa Tawhid a eu lieu le samedi 14 octobre à 11h00 à l'appel de l'association Regard de femmes. Ce rassemblement a été d'une dignité exempte de tous reproches, particulièrement par l'intervention de Michèle Vianès. Il en fût autrement des vociférations de quelques, savants en gesticulation qui s'en sont notamment pris aux élus présents, Christian Philip et André Gérin, députés du Rhône qui ont eu un comportement républicain. André Gérin a notamment rappelé, suite à une question d'un journaliste lui demandant si nous étions présents pour mettre de l'huile sur le feu, que le feu était bien allumé, non pas par nous mais bien par les islamistes.


Notes

[1] N.B. J'ai ici écrit Homme dans son acception la plus large.

[2] Les informations relatives à la venue d'Hani Ramadan en France sont extraites du livre de Michèle Vianès, Les islamistes en manoeuvre, éditions Hors de moi pages 154 et suivantes.

[3] Voir à ce propos l'article de Robert Redeker, publié dans le numéro 475 de Respublica.

[4] Année de fondation de l'Inquisition

 

ReSPUBLICA

Partager cet article

Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans République & Laïcité
commenter cet article

commentaires