Culture et mémoire républicaine

 

Recherche

A propos du site

15 décembre 2006 5 15 /12 /décembre /2006 15:13

Par Jackie Guigo


Cher Jean-Pierre,

Depuis le 21 Avril 2002 vous vous êtes époumoné à faire entendre que votre candidature d'alors ne fût pour rien dans l'éviction de L Jospin. Aujourd'hui vous cherchez à nous convaincre que votre soudain ralliement à S Royal est destiné à éviter une nouvelle déconvenue en 2007. Ce qui revient à nous raconter, dans une totale contradiction, la fable selon laquelle votre présence au premier tour en 2007 pourrait provoquer le retour d'un événement pour lequel vous n'avez cessé de clamer ( à juste titre) ne porter aucune responsabilité. Comprenne qui pourra !

Vous récusez le terme de ralliement, vous préférez celui d'union, je vous épargne celui de reniement, pourtant :

Déjà, vous, l'ardent promoteur de l'école laïque et républicaine acceptez l'idée d'un démentèlement de la carte scolaire au lieu d'exiger les moyens de son non-contournement et la disparition des collèges ghettos.

Désormais, l'intransigeant défenseur que vous fûtes de la prééminence de la langue française, fera cause commune avec Jack Lang, fervent soutien du développement des écoles ethniques type Diwan en Bretagne. Vive le grand écart !

De même, pourtant expert de la géo-politique moyen orientale, vous résolvez-vous à défendre maladroitement la position intenable de Segolène Royal sur l'accès de l'Iran au nucléaire civil et vous taisez-vous pudiquement sur sa quasi approbation de la construction par Israël de son mur pseudo défensif.

Quand allez-vous demander comme elle l'interdiction des OGM (et pourquoi pas un moratoire sur le nucléaire ?) et laisser le boulevard de la recherche aux Anglo-Saxons ?

Vous voir aujourd'hui aux côtés de celle qui défend le bilan de Tony Blair - le plus grand trafiquant de statistiques sur le chômage et le plus fidèle supporter du fanatique Bush - provoque une terrible désillusion chez ceux (dont je suis) qui vous ont suivi, y compris dans le mauvais temps politique.

Je me souviens qu'on vous reprochait une langue trop châtiée assortie d'un vocabulaire accessible seulement aux bac + 5, vous voici descendu au niveau d'une sémantique moins exigeante qui recommande d'utiliser l'expression "vie chère" au prétexte que les français ne comprendraient pas le sens de "pouvoir d'achat" !

Vous qui étiez un éclaireur - sur l'Irak, sur la montée des communautarismes, sur la dérive de la construction européenne, sur l'effacement des états-nations, sur les dangers d'une immigration libre, sur la menace d'une décentralisation effrenée etc...- vous voici suiveur derrière celle qui, elle-même, suit "les gens", ces fameux nouveaux experts.

Où est le Chevènement qui m'a enthousiasmé jadis lors de son discours de Vincennes et m'a conduit à adhérer à un parti politique pour la première fois de ma vie à 53 ans ?

Le chiffon de papier que vous agitez en le nommant accord politique avec le PS ne peut faire illusion. Vous qui alliez contre les vents dominants, contre la pensée unique, contre le verrouillage de la vie politique, avez choisi la mer calme du consensus mou et, comme vous l'avez avoué ce matin sur France Inter : vous n'avez plus rien contre le bi-partisme à l'Anglo-saxonne ! J'ai cru rêver en entendant cela dans votre bouche autrefois si virulente contre les deux grands partis qui, selon vous à l'époque, "tentaient d'étouffer la différence".

Vos efforts pour faire comprendre votre volte-face seront vains car pour qui vous connaît, vous a écouté, vous a lu, vous a suivi, vous a admiré (j'ose le verbe !) vous êtes l'anti-thèse de Ségolène Royal !

Votre calcul est bon : vous survivrez politiquement, vous y avez mis le prix.

Celui du PS est mauvais : vos électeurs passés, dans leur grande majorité, ne voteront pas pour Ségolène Royal : ils n'ont rien à perdre, eux...

Croyez, cher Jean-Pierre, à ma très grande et très douloureuse déception.


ReSPUBLICA

Partager cet article

Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Elections 2007
commenter cet article

commentaires

E.M. 19/12/2006 00:21

Bienvenu au club des "déçus" !