Culture et mémoire républicaine

 

Recherche

A propos du site

9 avril 2007 1 09 /04 /avril /2007 23:32

Par Christian Gaudray


Je n'ai jamais traité Sarkozy de facho. Je n'ai jamais confondu Sarkozy et Le Pen. Quand est parue l'affiche "votez Le Pen" avec la photo de Sarkozy, j'ai pesté contre cette nouvelle crétinerie de l'ultragauche autoproclamée "anti-Le Pen", qui ne lui a jamais fait perdre une seule voix en plus de 20 ans.

Si je combats Sarkozy, c'est parce qu'il incarne une droite ultralibérale et atlantiste, prête à renier les héritages de la troisième République et du Conseil National de la Résistance, ce dont les français ne veulent pas, comme ils l'ont largement exprimé dans la rue et dans les urnes ces dernières années.

La déclaration de Sarkozy sur le déterminisme génétique de la pédophilie et du suicide des jeunes (dans un entretien avec Michel Onfray dans Philosophie Magazine) est un tournant qui change la donne. C'est en effet la première fois qu'il reprend à son compte un thème cher à l'extrême droite, non pas pour draguer son électorat (c'est une phrase glissée en fin d'entretien dans un magazine que bien peu d'électeurs de Le Pen doivent lire), mais certainement parce qu'il le pense vraiment. Affirmer que les comportements sexuels et suicidaires sont innés, cela relève de l'idéologie, de la conviction, pas de la propagande. Aucune donnée scientifique ne vient conforter cette position, et tous les spécialistes s'accordent pour dire que le vécu et l'environnement déterminent principalement les comportements, même si bien entendu les réponses individuelles peuvent varier en fonction de l'hérédité de chacun. Dire que la destinée de chacun est déterminée à la naissance, c'est tourner le dos a priori à tout projet humaniste basé sur l'éducation et l'émancipation. C'est aussi " disculper " notre société de toute responsabilité dans les comportements déviants. C'est enfin sous-entendre que l'on fait partie de l'élite de par sa naissance et que notre organisation sociale n'a pas à s'appesantir pour ceux qui n'en feraient pas partie ; d'ailleurs on n'y peut rien, ils sont nés comme cela...

Plus que jamais donc, cet homme ne doit pas devenir le prochain Président.

Je fais partie de ceux qui dénoncent comme une trahison démocratique l'élection du Président de la République au suffrage universel direct. C'est un piège qui pour la première fois risque de faire élire un président qui aura une bonne partie du pays viscéralement braquée contre lui. Non pas contre son projet, mais contre la philosophie qui le sou tend. Démagogie, mensonge, populisme et appareil médiatique aux ordres, voila ce qui risque de permettre à Sarkozy d'accéder à l'Elysée. Atlantisme, libre-échangisme, communautarisme et eugénisme, voila ce qui nous attend si cela se réalise.

Pour empêcher cela, les blablas moralisants de ceux qui se complaisent dans le moule des deux tours du scrutin présidentiel ne sont plus d'actualité. La seule question qui vaille pour voter au premier tour le 22 avril, c'est de savoir qui sera capable de battre Sarkozy au deuxième tour.

ReSPUBLICA

Partager cet article

Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Elections 2007
commenter cet article

commentaires

brigetoun ou brigitte celerier 11/04/2007 12:42

ah la bienheureuse "modernité" qui consiste en une magnifique régression badigeonée

olivier 11/04/2007 10:40

Je ne sais pas l'age que vous avez, mais votre vision me semble bien éculée.C'est domage.Ps:  le programe de Sarkozy n'a rien d'ultra liberal, bien au contraire.

le Citoyen ThimÚle 11/04/2007 14:22

Ma vision est tout à fait claire et objective. Il y a d'un côté le vrai Sarko, le libéral, communautariste et atlantiste. Et il y a de l'autre côté le Sarko "nouveau" qui tente, avec des discours écrit par Henri Guaino, de nous faire croire qu'il est le plus grand des républicains. PS: J'ai l'âge de comprendre quand un homme politique me prend pour un con ou non. Il n'y a vraiment que les ignorants, les naïfs et les doux rêveurs pour croire à la sincérité de Sarkozy...