Culture et mémoire républicaine

 

Recherche

A propos du site

25 avril 2007 3 25 /04 /avril /2007 22:18
Le 20 juin 2005, à l’occasion d’une réunion interreligieuse organisée par l’association la Bible au théâtre de Neuilly, devant ses banlieusards à lui, il ne mâche pas ses mots : « Les religions sont un plus pour la République… ce sont les sectaires qui ont fait de la laïcité une laïcité de combat. » Le thème du débat ? « Dieu peut-il se passer de la République ? » Nicolas Sarkozy voit plutôt les choses dans l’autre sens. À l’entendre, la République ne peut pas se passer de Dieu. Surtout dans les quartiers populaires, où le manque de spiritualité semble expliquer tous les maux. « Nos quartiers sont devenus des déserts spirituels, je ne pense pas que nous ayons quoi que ce soit à y gagner […] Si personne n'explique que la vie n'est pas un produit de consommation, il ne faut pas s'étonner que le sens de la vie ne soit pas le même à La Courneuve qu'à Neuilly », lance-t-il à son public. Le ministre revient de la cité des « 4 000 » à La Courneuve (Seine-Saint-Denis), où un enfant de onze ans, Sidi Ahmed Hammache, vient d’être tué par balles lors d’un règlement de comptes entre bandes. « Quand on voit des choses pareilles, on comprend que choisir l'espérance soit une nécessité. »

« chrétien et homme politique »

Car chez le ministre, qui s’affirme fièrement « chrétien et homme politique », la religion n’est jamais présentée autrement que comme un « espoir ». Après quoi, il lui suffit de s’interroger sur un air faussement naïf : «En quoi le fait d'espérer serait-il un danger pour la République ?» Son public est aux anges. «Je regrette la frilosité d'un certain nombre d'hommes d'Église : vous n'avez pas à vous excuser de croire en ce que vous croyez», poursuit-il sous les applaudissements de ses troupes… prêtes à partir en mission dans la banlieue d’à côté ? Le capitaine Sarkozy, en tout cas, les galvanise : « Il faut que les hommes et les femmes qui croient puissent prendre part au débat public. » Quitte à faire de la religion une idéologie et à s’exposer à d’éventuelles réactions citoyennes ? Sarkozy sera là pour les protéger. Faisant allusion à l’intrusion de militants d’Act-Up au sein de Notre-Dame, où ils ont parodié une cérémonie de mariage gay pour dénoncer l’homophobie de l’Église, le ministre de l’Intérieur hausse le ton et prévient : « Je n'accepte pas qu'on vienne bafouer un prêtre dans une église, ni qu'on n'ait pas le droit, parce qu'on est musulman, de vivre sa foi et de la transmettre. » Idéologues de toutes les religions, ayez confiance !


Caroline Fourest & Fiammetta Venner, ProChoix

Partager cet article

Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans République & Laïcité
commenter cet article

commentaires

Champion maurice 04/05/2007 20:47

La laïcité a encore de beaux jours devant-elle.
 

Halte à la schizo religieuse.
 

Psychose hallucinatoire, délires mystiques, croyances, religions.
 


 

Ni Dieu, ni Diable, seulement et totalement une maladie psychiatrique.
 

Après les primates, il y a eu des hommes dont certains souffrent d'une maladie nommée «schizophrénie»; lesquels dans leurs perceptions hallucinatoires croient entendre le Divin - et voient ses envoyés - leur donnant des ordres. Ils sont alors en certitude d’être désignés pour une mission divine.
 


 

D’un autre âge, ceux qui se disaient en communication avec Dieu étaient et sont encore appelés «prophètes» avec leurs écrits indiscutables.
 

De nos jours, ceux qui entendent des voix ont pour certitude que Dieu leur parle ; ce sont nos jeunes en psychose hallucinatoire paranoïde (schizophrénie) dont le traitement relève de la psychiatrie.
 


 

Ce qui est inscrit sur la notice pharmaceutique d’un antipsychotique de dernière génération : «... est utilisé pour traiter une maladie qui s’accompagne de symptômes tels que entendre, voir et sentir des choses qui n’existent pas, avoir des croyances erronées...».
 


 

Cette relation vous semble inadmissible, alors je vous mets au défi de citer une seule autre manifestation qui soit à la fois l’œuvre présumée de l’Au-delà et également les symptômes d’une maladie.
 

Il est temps de ne plus vénérer cette maladie extrémiste. Que diriez-vous si l’on vénérait le cancer, le sida... toutes ces maladies qui rongent le malade, sa famille et la société.
 


 

En terminer avec la schizo : même si l’on n’a pas encore le vaccin, lorsque l’on a la clé, va-t-on rester dans cette irréalité encore des milliers d’années ?
 

Si l’on vous a fait croire qu’un Saint-Esprit et une vierge ont pu créer un enfant qui va sauver le monde, alors, il est temps de ne plus vous faire manipuler ; c’est un délire mystique psychotique. Jésus-Christ, comme tous les enfants, le fils de ses parents et certainement, après l’adolescence, en perception hallucinatoire comme tous les jeunes pris dans cette « maladie ».
 

Le plus grand danger qui menace le monde, c’est la schizophrénie des croyances.
 


 

Un père en prise avec cette « maladie de la croyance totalement mystique».
 

Maurice Champion - http://monsite.orange.fr/champion20.
 

(Si Jeanne d’Arc avait compris que la psychose parlait, Elle ne serait pas allée à Reims.)
 

marc d HERE 27/04/2007 13:55

Rassurez-vous, ni la laïcité ni la République, ni la démocratie ne seront menacées si Sarkozy l'emporte et sans doute pas davantage si c'est Royal.....
Votre combat est très confortable, vous vous battez pour la défense de valeurs que personne ne menace.......Continuez, la victoire est certaine!

le Citoyen ThimÚle 27/04/2007 18:44

Personne ne les menace ?! Cela est sans doute dû à un certain relativisme de votre part, pour ne pas dire aveuglement ! Tous les jours dans ce pays la laïcité, la République et la démocratie sont piétinés ! Et cela va encore malheureusement empirer avec l'élection de Sarkozy...

matt 26/04/2007 18:30

Mais quelle républicain peut encore voter Sarkozy?????
Se déclaré républicain et pro sarkozy est un acte scizophrène.