Culture et mémoire républicaine

 

Recherche

A propos du site

24 mai 2007 4 24 /05 /mai /2007 22:01

"Pendant sa brève existence, 72 jours seulement, la Commune de Paris du printemps 1871  réalise une œuvre démocratique considérable. Elle donne l’exemple d’un gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple, d’une démocratie directe et participative.

A la suite de l’insurrection populaire du 18 mars 1871, le Comité central de  la Garde nationale invite les citoyens à élire, dès le 26 mars, un « Conseil de la Commune » qui entre dans l’histoire sous le nom de « Commune de Paris ». Deux jours avant le scrutin, les bataillons de la Garde nationale précisent leur conception de la démocratie : « Quand nous pourrons avoir les yeux partout où se traitent nos affaires, partout où se préparent nos destinées, alors, mais alors seulement, on ne pourra plus étrangler la liberté ».

Le Manifeste du Comité central des vingt arrondissements exige « la responsabilité des mandataires et, par conséquent, leur révocabilité permanente. Le mandat impératif, c’est à dire précisant et limitant le pouvoir et la mission du mandataire ». Pendant leur mandat, les élus de la Commune sont sans cesse placés sous le contrôle des citoyens notamment dans les réunions des clubs et de l’Union des Femmes.

Cet exemple de démocratie directe demeure unique dans l’histoire mondiale. Depuis 136 ans, il est un phare, un idéal pour les forces démocratiques qui agissent partout dans le monde contre toutes les tyrannies, les injustices et les inégalités... En cette année 2007, où nous sommes appelés à élire le président de la République et l’Assemblée nationale, l’œuvre, les idéaux, les pratiques démocratiques de la Commune de Paris, sont d’une brûlante actualité. Nous appelons les salariés, les retraités, les jeunes, les femmes, les immigrés, les sans papiers, sans droits, sans toit, sans travail, toutes les victimes d’une société qui les écrase, à se rassembler le 2 juin au Mur des Fédérés.


    Nous leur donnons rendez-vous le samedi 2 juin 2007 à 14 h 30 à l’entrée du cimetière du Père Lachaise, rue des Rondeaux, Paris 20e (Métro Gambetta)"


Signataires de cet appel (10 mai 2007) : Les Amis de la Commune de Paris 1871 ; ARAC ; Association Action ; Association Rouges vifs Ile de France ; Association des Libres Penseurs de France ; CAS Nanterre ;  CER-SNCF Normandie ; MRAP ; SAT Amikaro Esperanto Paris ; CGT Force ouvrière ; Union locale CGT Paris 10e ; Institut d’histoire sociale CGT-PTT ; FSU ; UNSA ; Mouvement Jeunes communistes ; Mouvement Jeunes socialistes ;  MRC ; PCF ; PRG ; PS.

Partager cet article

Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Actions & Soutiens
commenter cet article

commentaires

K-doudal 01/06/2007 19:00

Alors c'est quoi la République pour toi???

le Citoyen ThimÚle 01/06/2007 19:37

La République n'est République que lorsqu'elle est gouverné par des républicains, et qu'elle est respectueuse des principes républicains. Ni plus ni moins !Tout le monde sait que Thiers n'a jamais été un républicain convaincu, et que Mac-Mahon était ouvertement monarchiste.

Cadichon 28/05/2007 19:34

Justement la Commune a été assassinée par la République.

le Citoyen ThimÚle 28/05/2007 23:57

La "République" de Thiers (tout comme celle de Mac Mahon) n'a jamais été la République...

matt 25/05/2007 18:07

VIVE LA COMMUNE!!!! VIVE LA REPUBLIQUE!!!
RENDONS HOMMAGE A CES PARISIENS QUI N ONT PAS AXEPTé LA DEFAITE ET QUI VOUS VOULEZ UNE FRANCE PLUS SOCIALE.