Culture et mémoire républicaine

 

Recherche

A propos du site

7 juin 2007 4 07 /06 /juin /2007 22:44

Dimanche aura lieu le premier tour des élections législatives. Dans une démocratie qui se respecte, ce type d'élection est une élection primordiale. Dans les démocraties parlementaires bien sûr, mais aussi par exemple dans une démocratie que l'on qualifie à tort de "présidentielle", celle des Etats-Unis, où le Congrès a autant de pouvoir que le Président. Dans notre régime monarchique, où le Président a des prérogatives énormes, elle n'est qu'une élection de second plan.

Pire, avec le calendrier électoral décidé par Jospin en 2001 (le même Jospin qui prônait en 1997 la proportionnelle à l'Assemblée), les élections législatives sont totalement subordonnées à l'élection présidentielle, élection où l'intense personnalisation tronque totalement l'exercice démocratique.

Pire encore, il est assuré que plus d'un tiers des électeurs ne seront pas représentés au nouveau Parlement élu ! En effet, le scrutin uninominal à deux tours privent les "petits" partis qui refusent toute alliance avec les deux "grands" partis de la moindre représentation. Résultat : avec 40 % des suffrages, l'UMP et ses filiales pourrait empocher 80 % des sièges ! Pour les 60 % de suffrages restants, vous n'existez plus, même si vous avez des représentants à l'Assemblée...

En effet, si l'UMP a la majorité absolue à l'issue de ces élections, l'Assemblée Nationale, qui est pourtant censé être un lieu de débat, d'expression démocratique, ne sera plus, comme durant les cinq dernières années, qu'une chambre d'enregistrement. N'importe quel texte gouvernemental qui passera devant les députés sera approuvé mécaniquement par ceux de la majorité (qui ont dû, faut-il le souligner, prêter fidélité à l'Empereur au Président !) voire, s'il le faut, de manière autocratique, via le 49-3.

Si Sarkozy a une "large majorité", c'en sera donc fini de la démocratie pour cinq ans. Ce sera l'Etat-UMP-Sarkozy pendant cinq ans, qui prendra toutes les décisions qui l'enchantera, et face auxquels les citoyens n'auront aucun moyen de s'opposer. On va me dire que Sarkozy a été élu par une majorité de français. Soit. Mais cette majorité de français a-t-elle par cela dit oui à TOUS les projets qu'entend mener Nicolas Sarkozy ? Et aussi, la "minorité" (qui représente tout de même au minimum 47 % des français), qu'en fait-on ? Doit elle s'écraser sans broncher pendant 5 ans ?

En plus d'avoir le pouvoir exécutif, et de fait le pouvoir judiciaire, mais aussi le soutien des pouvoirs médiatiques et financiers, voilà que Sarkozy aurait le dernier pouvoir qui lui manque entièrement, le pouvoir législatif. Il aurait alors les PLEINS POUVOIRS pour agir et surtout démolir.

Si ce genre d'élections est à première vue une grande mascarade, il ne faut pas pour autant s'en désintéresser. L'avenir de nos cinq prochaines années est encore entre nos mains. Tous ceux qui le 6 mai ont refusés de livrer les clés de la Présidence de la République à Nicolas Sarkozy doivent se rendre aux urnes dimanche. La logique voudrait que cette élection lui profite... Mais qu'en avons-nous à faire ?! Si nous n'agissons pas, si nous n'allons pas voter, alors nous avons déjà perdu ! Si nous nous mobilisons tous, si nous leur montrons notre détermination à le vaincre, alors nous pourrons un tant soit peu endiguer cette vague "bleue" qui s'annonce. Mieux, et c'est peut-être le plus important, nous pourrons légitimer, par un nombre conséquent de vote hostile au Président actuel, nos luttes futures.

Oui, cela serait un miracle que nous fassions échec à Sarkozy. Mais nous sommes des citoyens, nous n'avons pas à nous incliner, à nous courber devant l'insurmontable, nous nous devons de nous faire entendre ! Montrons lui que nous sommes nombreux à refuser sa politique, même si cela n'a aucune traduction significative à l'Assemblée !

Il n'y a aucune honte dans le fait de perdre, surtout avec un tel système politique et électoral. Ce qui serait honteux, ce serait de déposer les armes avant la bataille. A ce moment, nous ne sommes mêmes plus des perdants, nous sommes tout simplement morts. On peut perdre, mais il faut rester debout ! Toujours !
Partager cet article
Repost0

commentaires

matt 08/06/2007 17:36

Oui dans plutot 10 ans alors...

E.M. 08/06/2007 14:59

Vivement la VIème République... dans 5 ou 10 ans... Putain fait chier !

le Citoyen ThimÚle 08/06/2007 15:45

Ouais c'est le cas de le dire !