Culture et mémoire républicaine

 

Recherche

A propos du site

1 août 2007 3 01 /08 /août /2007 23:53



La publicité est partout. Dans nos villes, à la télé, à la radio, dans les journaux, dans nos boîtes aux lettres, sur Internet. Plein les yeux, plein les oreilles, et même plein le nez parfois. Il est devenu impossible d’y échapper. Et pourtant il est de notre devoir de citoyen d’y résister. C’est une question de survie.

Quel est le but de la publicité ? Faire connaître et vanter un produit (ou un service) dans le but d’inciter à l’acheter. En définitive, il s’agit plutôt de « forcer », par un matraquage finement organisé, à consommer un certain produit. Tous les moyens de la propagande sont ainsi utilisés : la « communication » repose sur des slogans martelés à l’infini afin de les inscrire dans l’inconscient des gens. Il s’agit pour les publicitaires d’atteindre l’individu au plus profond de ses instincts, de toucher son affect pour susciter en lui des conduites réflexes. Il faut l’empêcher de raisonner, de penser, de réfléchir, d’avoir le moindre esprit critique. Il faut, en le gavant, en lui bourrant le crâne, flatter ses pulsions, ses désirs, qui l’amèneront à aller à l’encontre de toute lucidité, et d’obéir sans réserve au message envoyé, tel un automate, tel un lobotomisé.

D’ailleurs, le métier de publicitaire n’a jamais été inconciliable avec celui de maître en propagande politique. Du temps de l’URSS, les publicités pour les marchandises et la propagande pour le pouvoir étaient réalisées par les mêmes publicitaires. Plus récemment, Jacques Séguéla, célèbre publicitaire français, avait offert ses services au dictateur togolais Gnassingbé Eyadema pour sa propagande…

Etymologiquement parlant, ce qui différencie la propagande de la publicité, c’est sa visée. La propagande a une visée politique, d’encadrement des pensées. La publicité a, quant à elle, une simple visée commerciale. En réalité, réduire la publicité à une simple fonction commerciale serait minimiser son impact. La publicité est devenue au fil des années un système à elle toute seule. La publicité n’est plus un simple « dérivé » de la propagande, elle est propagande. Et la pire de tous. Elle est un système totalitaire, une entreprise totalitaire, amené à être l’avant-garde d’un ordre nouveau, celui du néo-libéralisme, celui de la loi du plus fort, de l’individualisme forcené, du piétinement de l’autre, de la perfidie, de la superficialité, de l’argent-roi et du tout-marchand, où l’animal-consommateur, aliéné, aura définitivement remplacé l’homme-citoyen, doué de libre-arbitre.

La publicité, instrument de guerre du néo-libéralisme forcené, est une machine à casser de la personne humaine. La publicité ne veut plus d’humains, de citoyens, qui agissent et qui pensent selon leur Raison. Ses seules « valeurs » sont guidés par l’argent. Elle ne veut plus que des moutons dociles, conditionnés dans un seul et même but : consommer. Elle réfute tout esprit de révolte, toute différence. Tout ce qui n’est pas vanté par le totalitarisme publicitaire est à jeter. Mutée en quasi-religion, la publicité impose l’idée que consommer, est, avec le travail, l’unique sens de notre vie. Hors de la consommation, point de bonheur, point de salut !

Danger pour la dignité humaine, la publicité l’est aussi pour son cadre de vie. La publicité, forçant les individus à consommer toujours plus, pousse la corde productive de plus en plus loin, nuisant ainsi toujours plus à l’équilibre environnemental de la planète.

Il est aujourd’hui plus que temps que tout un chacun nous entrions en résistance contre ce totalitarisme de la publicité, derrière lequel se cache un vaste retournement des valeurs de notre civilisation. D’une société de liberté, d’égalité, de fraternité, de démocratie, de justice et de laïcité, nous sommes en train, avec la complicité suicidaire de nos politiques, de replonger en pleine anarchie morale, où la dignité humaine et les fondements mêmes de la civilisation sont remis en cause par un système publicito-consumériste fou !

Partager cet article

Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Editoriaux
commenter cet article

commentaires

Emmanuel 02/08/2007 15:27

Félicitation pour cet article!
Effectivement, derrière la publicité se cache le totalitarisme de la consommation!