Culture et mémoire républicaine

 

Recherche

A propos du site

18 octobre 2009 7 18 /10 /octobre /2009 18:17


"Attendez vous à savoir" ........... le New Deal des parlementaires


Les députés, émus de l’état de déliquescence de la France,

sont décidés à « mettre la main à la poche….. » !

 

Il est au moins une institution politique de la France, souvent critiquée et brocardée, à tort ou a raison, qui a la fibre républicaine….., au point de s’émouvoir de la situation critique de la France et qui a décidé de lui venir en aide par un effort personnel louable et qui n’en doutons pas fera boule de neige auprès du Sénat et des structures politiques locales qui suivront un tel comportement

Je veux parler de l’Assemblée Nationale où siègent les « représentants du Peuple », élus par le Peuple, pour le guider sur les chemins (du progrès et de la Liberté) voulus par lui, le Peuple et mener à bien la politique souhaitée par le Peuple et non celle du Pouvoir.

Voyez comme quoi, il ne faut jamais désespérer…….


Quelle situation justifie un tel effort de la part de nos députés ?


La situation des finances de la France est telle, aujourd’hui que bientôt les agences de notation internationales vont revoir (à la baisse) la note de confiance à accorder à la signature de la France sur des emprunts internationaux ce qui pénalisera la France avec des taux d’emprunt plus élevés.


  • La dette de la France de 1 685 milliards d’euros (20 000 euro par Français, à aujourd’hui, soit plus de 25 SMIG) représente 73% du PIB (prévue à 85% en 2010, 90% en 2012 et 91% en 2013)
  • Le déficit public annuel est passé à 140 milliards d’euros (c’est à dire que le « Pouvoir dépense 140 milliards de plus que les recettes qu’il accumule – Impôts directs et indirects sur les sociétés et les particuliers, TVA, Amendes, Taxations diverses et variées toujours en plus, ….) soit 8,2% du PIB.


Pour tenter d’y remédier, on parle

  • d’emprunt National (voir http://www.marcfievet.com/article-35922791.html )
  • de hausses en tous genres (impôts, taxations, tarifs publics, forfait hospitalier,  essence, …….) à petites doses et par paliers répétitifs
  • de baisses en tous genres (déremboursement, retraites, ….) à petites doses et par paliers répétitifs


Est-ce cela la « culture du résultat » si chère à notre hôte élyséen ?


Les seuls moyens de juguler une dérive budgétaire sont au nombre de 3, séparés ou concomitants :

  • Augmenter les recettes (« imposer plus », « taxer plus », …..)
  • Diminuer les dépenses, et pas seulement en diminuant le nombre de fonctionnaires (« rembourser moins », « retarder le départ en retraite »,  « diminuer le montant des retraites » par des artifices, ……)
  • Faire un mixe des deux et surtout agir en progressivité dans un temps rapproché, jusqu’à ce que la somme des deux actions annule le montant à « réguler.


De l’argent, il y en a en France, sans obligatoirement aller chercher l’argent mis à l’abri en Suisse pour les vieux jours de certains et dont notre ministre du budget semble savoir à qui s’adresser pour obtenir des subsides de campagne, puis menace les généreux donateurs, en cas de non rapatriement de « leurs petits Suisses » (voir http://www.marcfievet.com/article-eric-woerth-ministre-des-transports-de-fonds-37455469.html )


  • Les autres « cumuls de revenus » (Députés européens, Sénat, collectivités locales, ….)
  • Les autres « cumuls d’indemnités » de secrétariat et d’assistanat
  • Il y a bien sur les niches fiscales
  • Le bouclier fiscal
  • Le financement des partis politiques avec les deniers du Peuple (près de 500 millions sur 5 ans….)
  • Le salaire augmenté d’un Président (160%)
  • Les frais de fonctionnement de l’Elysée augmentés alors que l’on prédit aux Français de se « serrer la ceinture ».

Tous ces items seront repris, par la suite, pour « remonter la trace » de la « fuite des capitaux dans des comptes mal destinés » et ainsi mieux comprendre le trou abyssal de la dette publique depuis sa genèse (ou presque) jusqu’aux 1 685 milliards d’euros de 2009!


Et c’est alors que la « proposition des députés » prend toute son importance.

Depuis 30 ans le fameux « cumul des mandats » est « l’auberge espagnole politique » où « le sœur Anne ne vois-tu rien venir ? » est au menu….. de façon récurrente….


Dans un souci de veiller au bien être du Peuple qu’ils ne font que représenter, les députés vont donc être régis par le remaniement de fonds de la politique salariale de leurs indemnités parlementaires.

Ce qui va quand même faire réaliser une économie de 56% au budget « assemblée Nationale – chapitre des indemnités versées » d’un montant de 21,250 millions d’euros auxquels il faut ajouter les 10,527 millions d’euros correspondant aux indemnités parlementaires versées aux 161 députés non réélus en 2007, au titre du «chômage des intermittents de la politique ».

Cette économie est réalisable grâce aux trois axes suivants :

  • volonté de garder le principe du « cumul des mandats » (démontrant ainsi la volonté des parlementaires d’être effectivement « au service de la Nation et du bien-être du Peuple » et non à celui de leurs intérêts personnels et égoïstes), mais de refuser le principe du « cumul des indemnités » y liées
  • volonté d’une rémunération intégrant la « culture du résultat », leitmotiv présidentiel depuis 2007
  • volonté de ne plus bénéficier de « passe-droit » et avantages divers et variés, devançant ainsi tout risque d’une « nuit du 04 Août 1789» (celle de la suppression des privilèges)


Merci mesdames, messieurs les députés de cet élan de générosité devant le constat des souffrances du petit Peuple, qui au moment où la Patrie est effectivement en danger économique, vous payez de votre personne pour monter en première ligne des coupes sombres dans les finances publiques.

La « Nation du Peuple » vous sera éternellement reconnaissante de ce courage que vous avez eu et du sens du sacrifice qui est le vôtre sur l’autel de la Raison.


Ainsi donc, vous verrez sur le tableau visible (en « les analyses de K.E.G »), le mode opératoire de la nouvelle indemnité parlementaire, intitulée « new Deal » selon le principe exposé sur ledit tableau.


Nous aurons l’occasion de revenir souvent, par ailleurs, sur les éléments de ce tableau qui reprend le cas de figure individuel de chacun des députés de l’Assemblée, afin de synthétiser le sens de l’effort de chaque parti composant l’Assemblée, et au regard de chaque mandat local concerné et selon les titres des fonctions exercées. Cela fera l’objet d’études différentes qui seront ici exposées.

L’ordre d’étude sera défini par les lecteurs, en fonction de leurs demandes de voir tel ou tel parti ou mandat abordé (par le biais des commentaires).


Invitation vous est donc faite de rejoindre l’adresse :


Bonnes découvertes et surtout, nous attendons vos demandes d’études spécifiques (pensez à nous communiquer une adresse mail où vous contacter pour peaufiner les éléments que vous pourriez souhaiter)


Gardez donc présent à l’esprit cet « effort de guerre économique », modèle du genre, des députés, en ces temps troublés.

Ce qui en amènera peut-être quelques uns, à démissionner du principe du « cumul des mandats » (puisque le « cumul de revenus » ne fonctionne plus), mais grâce au ciel, la majorité démontrera son attachement au bien être du pays et que le cumul des mandats est suffisant (n’y ajoutons pas l’indécence du « cumul des revenus » alors que les Français peinent!


Kelly-Eric Guillon

« sous-Pupille de la Nation de 4éme Catégorie de 39/45 », par décret, depuis 2000.

-----


Voir le tableau descriptif (via "les députés écomomiques - les explications" dans "les analyses de K.E/G"), député par député, de l’effort financier qui sera consenti pour chacun d’eux :


http://www.toofiles.com/fr/oip/documents/pdf/newlistedaputas.html

 


Plus élevés - Avez vous remarqué qu’il en est des états comme des simples ménages, lorsque la poisse s’y met, tout concourt à vous enfoncer (crédits plus rares et plus chers, ce qui vous amène au « crédit revolving » lequel vous oblige à présenter un dossier de surendettement….).

Fonctionnaires : D’autant que cela entraîne un surcroît de travail pour les autres, mais sans augmentation de revenus – on est loin du « travailler plus pour gagner plus » promis, juré, non tenu – et/ou un risque accru de suicides dus aux conditions de travail devenant inhumaines. Certes le nombre de suicide ne dépasse pas la trentaine, mais c’est autant de trop et dénonce un sérieux malaise dans la société.

Partager cet article

Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Vie politique
commenter cet article

commentaires