Culture et mémoire républicaine

 

Recherche

A propos du site

27 mai 2008 2 27 /05 /mai /2008 18:28

Les résultats du premier tour des législatives partielles de la 11ème circonscription du Rhône, où se présentait Simon Archipenko, sont pour le moins décevant. Aux vues de la droiture du candidat, de la solidité du projet républicain défendue, des efforts consentis, du courage et de l'énergie déployés par les acteurs de cette campagne, on pouvait espérer bien mieux que ces 0,5 % de voix obtenues. Mais le verdict des urnes est ainsi, et il faut évidemment l'accepter.

A l'issue de cette campagne, j'adresse à Simon Archipenko, et à tous ceux qui partagent sa légitime déception, tout mon soutien, et toute ma solidarité.

Quoiqu'il en soit, cette défaite électorale ne doit pas sonner, pour les républicains, comme un nouveau coup d'arrêt, comme une raison de plus de filer vers la résignation. Soyons, au contraire, plus que jamais déterminés à mener le combat républicain ! Rien ne doit jamais nous dévier d'une lutte que nous considérons comme juste. De surcroît, les défaites comme les victoires sont porteuses de leçons. Sachons en tenir compte.

Vive la République ! Vive la France !


Je reproduis ci-dessous les deux communiqués de Simon Archipenko publiés à l'issue du premier tour.

_____________

Madame, Monsieur,
Citoyens,
Chers amis,

Ainsi le verdict des urnes vient de trancher et, le moins que l'on puisse affirmer, c'est qu'il est loin de nous être favorable. En effet, à 0,5% nous sommes encore loin de crier victoire. On pourra faire l'analyse de tout ce qui a pu manquer à cette campagne. Il en ressort qu'il vaut mieux être labellisé par le système en place UMPSMODEMLNC que de partir sur un projet toujours porteur d'espoir mais sans être le Darty de la politique. La preuve en est le "classement" divers droite dont m'ont affublé  les médias; comme si, dans notre République ou ce qui en reste, être candidat républicain relevait de l'injure suprême, de l'infamie!

Je veux dire ici que je n'ai ni amertume, ni rancœur et que je ne renoncerai jamais à ce qui motive ma vie publique: la République. Je veux dire comme j'ai été fier de l'honneur qui m'a été confié de conduire ce combat avec une équipe de femmes et d'hommes qui, malgré leurs différences ont oeuvré pour un seul objectif: la République. J'en suis d'autant plus fier que tous sans exception m'ont assuré dès dimanche soir et ce lundi de leur entier soutien, leur solidarité et leur... Fraternité.

Je souhaite également remercier toutes celles et tous ceux qui, de loin, voire très loin, n'ont pas manqué de relayer cette expérience, des Alpes Maritimes au Nord, de la Lorraine à la Saintonge.

J'entends avec l'accord de tous dès la semaine prochaine, réunir le comité de campagne afin d'analyser cette élection. L'Arc républicain a été en capacité de rassembler autour d'un projet.

Il ne saurait y avoir d'interruption dans le combat républicain car, tout est possible à qui veut combattre.

Vive la France, Vive la République

Simon Archipenko
Candidat de l'Arc républicain
11ème circonscription du Rhône


________


Je remercie les électrices et les électeurs de la 11ème circonscription qui se sont portés sur le candidat de l’Arc républicain. A l’issue de ce scrutin, les deux candidats restant en lice ne sont que les deux versions de la politique des « du pareil au même » qui mène la France depuis 30 ans et que nous avons dénoncée dans cette campagne législatives. L’élection de l’un ou de l’autre ne résoudra en rien les problèmes économiques et sociaux de ce pays. Leur fédéralisme européen ne fera au contraire qu’exacerber les tensions en remettant en cause le contrat social et les acquis du Conseil National de la Résistance. En conséquence, je me refuse à appeler à voter pour l’un ou pour l’autre.

Simon Archipenko Candidat de l’Arc républicain.
Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Elections 2008
commenter cet article
25 mai 2008 7 25 /05 /mai /2008 12:55

"Quelques préhistoriens de mes amis, bibliophiles et mal-pensants, ont souhaité voir exhumer un opuscule enfoui dans les tréfonds et devenu trente ans après rareté bibliographique. Cela était paru chez Maspero au printemps 1978, sous un titre assez peu engageant : Modeste contribution aux discours et cérémonies officielles du dixième anniversaire. Sous-entendu : de Mai 68. Le coup de pistolet dans un concert d'autosatisfactions lyriques sombra illico dans un épais silence réprobateur. Car, c'est à repérer la contre-révolution dans la révolution que ce pamphlet, à contre-temps, s'était attaché. Aujourd'hui, cette contre-révolution apparaît à tous éclatante, rebaptisée depuis lors "néo-libérale". Ce livre, introuvable incongruité, a plutôt gagné que perdu en actualité, ce dont je suis bien le dernier à me rejouir."

Régis Debray, Mai 68. Une contre-révolution réussie, Editions Mille et Une Nuits, 1978 - 2008

Les éditions "Mille et Une Nuits" rééditent en ces semaines de commémorations démesurées de "Mai 68" le pamphlet écrit par Régis Debray il y a de ça déjà 30 ans. L'écrivain marxiste y dénonçaient vigoureusement l'héritage laissée par "Mai 68" - le "Mai" libertaire entendons-nous -, cette rébellion individualiste tous azimuts. Celle-ci, véritable point de départ d'un travail de sape contre l'autorité, la morale et l'Etat républicain, avait favorisé l'éclosion en France de la contre-révolution néo-libérale, bien heureux de pouvoir profiter de telles ruines. Au collectif se substituait l'individu. Le tout-liberté triomphant sonnait le glas de l'égalité et de la fraternité.

Force est de constater aujourd'hui que cette analyse s'est confirmé avec le temps, et qu'elle est toujours d'une brûlante actualité. A ceux qui sont atteints d'agacement par cette commémoration incensée et incroyablement autocongralutoire de "Mai 68", la lecture de ce livre ne peut que tomber à point nommé.
Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Livres à lire
commenter cet article