Culture et mémoire républicaine

 

Recherche

A propos du site

5 juillet 2008 6 05 /07 /juillet /2008 13:05
Nicolas Sarkozy est un grand farceur, un immense illusionniste. Certainement l'un des meilleurs qu'on n'ait jamais eu dans ce pays. La situation de l'Europe ne serait pas grave que cela en serait comique. C'est ainsi que depuis le début de son mandat de président de l'Union Européenne, l'occupant de l'Elysée n'a eu de cesse de jouer à l'eurosceptique, de critiquer l'Europe telle qu'elle est construite actuellement. Comme si, évidemment, il n'en était pas l'un des acteurs les plus farouches ! « Ça ne va pas, ça ne va pas du tout, l’Europe inquiète ! » a-t-il reconnu devant les téléspectateurs de France 3, lundi soir. Son souhait ? « Il faut une Europe qui protège ! » a-t-il scandé une bonne dizaine de fois.Voilà qui rappelle d'autres envolées, celles de sa campagne électorale de 2007. Depuis cette époque, il n'a de cesse de s'en prendre à l'indépendance de la BCE, et à sa politique de l'euro fort, et au credo libre-échangiste destructeur.

Plafonnement de la TVA, fiscalité, environnement, immigration, Nicolas Sarkozy a ainsi exposé les grands chantiers qui l’attendaient pendant ces six mois prochains mois. « Ce qui est important, c’est de faire bouger les choses, a-t-il prévenu. Je veux créer un choc salutaire. » Et d’ajouter, fier et grave : « Il faut changer profondément notre façon de faire l’Europe ».

Il y en aurait hélas beaucoup pour croire encore à ses discours, véritable tour d'illusionniste. Pas nous. Nicolas Sarkozy brasse du vent. Et joue en toute conscience l'idiot utile de l'européisme. Jamais, depuis ses critiques proférées à l'encontre de l'Europe de Bruxelles, il ne s'est donné les moyens pour donner une réalité à ses prétendues revendications.

En juin dernier, lors de la négociation du traité européen chargé de remplacer la Constitution européenne, le futur Traité de Lisbonne, il s'est tout bonnement couché devant l'idéologie européiste. Il a accepté sans le moindre rechignement un traité, véritable copie de la Constitution européenne, qui pérennisait le système qu'il avait tant combattu... verbalement. Un traité qui enterre donc ses revendications, ainsi même que la possibilité future de se battre pour. Un traité qui fait de lui un simple préfet docile de Bruxelles, chef d'un gouvernement de fantoches. Qui plus est, un traité qu'il a imposé à des Français cocus deux fois, en 2005 et en 2007.

Aujourd'hui, Sarkozy le clown, Sarkozy le comique-troupier que tous les européistes raffolent, nous refait le coup de l'eurosceptique en guerre contre les tenants de Bruxelles. Pures gesticulations donquichottiennes ! Pure tromperie ! Pure comédie nauséabonde ! Il sait très bien que les Français, et l'ensemble des peuples européens, n'en peuvent plus de cette Europe folle. Alors, au lieu de tenir un langage eurobéat qui fait fuire tout le monde, il surfe sur cette vague «eurosceptique »... pour mieux la manipuler et la faire taire.

Que les euro-intégristes de base de tous poils se rassurent, Nicolas Sarkozy est des leurs. Il n'est en rien un eurosceptique, un gaullo-souverainiste, un nationaliste ou que sais-je encore. Il est au contraire leur meilleur allié. Il est même sans aucun doute l'un des soldats les plus zélés et les plus habiles de la cause européiste totalitaire. Eurosceptique par devant, européiste par derrière, il en est absolument le meilleur gardien.

Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Editoriaux
commenter cet article
4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 12:04

Mardi 1er juillet, jour inaugural de la Présidence française de l'Union Européenne, une cérémonie de ravivage de la flamme sous l'Arc de Triomphe était organisée en présence "exceptionnelle" de Nicolas Sarkozy, du président de la Commission européenne José Manuel Barroso et du Président du Parlement européen Hans-Gert Pottering.

Arborants des drapeaux tricolores à croix de Lorraine, quatre militants souverainistes (de l'Union Gaulliste) avaient souhaité y manifester publiquement leur opposition à cette Europe illégitime.

Que leur est-il arrivé ? Ils ont été arrêtés par la police, placés en garde à vue pendant 24 heures, et menacés pour deux d'entre eux de poursuites judiciaires pour "troubles à l'ordre public et rébellion" ! Eh oui, c'est cela l'Europe, cet espace unique au monde de liberté, d'humanisme, de démocratie. Non content de bafouer en permanence la volonté des peuples, l'Europe de Bruxelles, et ses préfets dociles, entendent aussi museler la moindre opposition. Aujourd'hui, de simples manifestants. Demain, et c'est prévu (nous en reparlerons), les "hacktivistes", les bloggueurs, qui font de l'Internet le dernier véritable espace de liberté et d'insoumission à l'Europe totalitaire.

Aux armes, eurosceptiques !

Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Libertés - Sécurité & Justice
commenter cet article