Culture et mémoire républicaine

 

Recherche

A propos du site

26 mars 2007 1 26 /03 /mars /2007 18:38
Il est sans précédent depuis les années 40, qu’un haut fonctionnaire, nommé en conseil des ministres, soit mis au rebut à quelques jours d’une élection nationale, sous le prétexte qu’il a déplu à une camarilla d’intégristes.

Tel a été le sort de Monsieur Alain MORVAN, recteur de l’académie de LYON, lors du conseil des ministres du 21 mars 2007.

On relèvera le fait, également sans antécédent, que le recteur de LYON avait été auparavant convoqué par Monsieur SARKOZY, au ministère de l’Intérieur, pour recevoir « des instructions » de complaisance à l’égard d’un projet de lycée musulman à DECINES, dans la banlieue de LYON.

Il a été annoncé par la presse régionale*, la venue du Ministre de l’Intérieur-candidat à la présidence de la République, pour l’inauguration de ce lycée musulman, le 5 avril 2007.

Par son intervention pour sanctionner Monsieur MORVAN, Monsieur SARKOZY remet ainsi en cause les fondements de la République française, une, indivisible, laïque et démocratique *.

Après avoir livré un haut fonctionnaire en pâture aux intégristes musulmans, Monsieur SARKOZY donne de nouveaux gages aux communautarismes et cléricalismes.

Les républicains et laïques, signataires de cette pétition, disent NON à la domestication de la République, au système des dépouilles jeté aux intégristes et, à l’abaissement de l’Etat républicain.





Liste des premiers signataires :

Simon ARCHIPENKO, Président de Voltaire République, André VIANES, avocat et enseignant des universités, Thierry ROCHEFORT, Sociologue, MORNAND Claude, Fonctionnaire des impôts,



* Le Progrès de Lyon 23 mars 2007 « Sarkozy au lycée musulman de Décines »
* Article 1er de la Constitution
Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Actions & Soutiens
commenter cet article
28 novembre 2006 2 28 /11 /novembre /2006 23:21

BOMBES A SOUS-MUNITIONS : APPEL SOLENNEL AU GOUVERNEMENT FRANÇAIS !

Les bombes à sous-munitions sont des armes composées d’un conteneur regroupant des mini-bombes appelées sous-munitions. Déversées par millions sur le Kosovo, l’Afghanistan et l’Irak, elles ont provoqué une véritable hécatombe parmi les populations. En effet, conçues pour être dispersées sur de larges surfaces, les sous-munitions atteignent inévitablement des zones civiles. De plus, 5 à 30 % d’entre elles n’explosent pas à l’impact. Comme les mines antipersonnel, elles peuvent être déclenchées au moindre contact, tuant et mutilant pendant et après les conflits. En n’opérant aucune distinction entre civils et militaires, les bombes à sous-munitions violent les Conventions de Genève.
Le 16 février 2006, la Belgique a été le premier pays à interdire ces armes. La France doit à son tour renoncer aux bombes à sous-munitions et rejoindre les Etats qui demandent leur interdiction pure et simple.

C'est pourquoi nous exigeons :
  • L'interdiction de la production, de l'utilisation, de la commercialisation et du transfert des bombes à sous-munitions et un engagement de la France en faveur d'un accord international d'interdiction.
  • La destruction des stocks existants de bombes à sous-munitions.
Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Actions & Soutiens
commenter cet article