Culture et mémoire républicaine

 

Recherche

A propos du site

27 avril 2009 1 27 /04 /avril /2009 22:36

Par Jean-Noël Amadei


« Si aujourd'hui, le Conseil admettait l'existence de quotas en matière de sexe, pourrait-il interdire demain les quotas pour d'autres catégories » disait en 1982 un membre du Conseil Constitutionnel, insistant ensuite « Le Conseil constitutionnel ne peut accepter qu'il existe des quotas à l'intérieur de l'ensemble des citoyens français ».

C'était au moment où une loi, censurée par le dit Conseil, voulait instituer un quota de 25% de femmes aux élections municipales. Qui donc a osé ainsi s'insurger contre les quotas ? Un vil réactionnaire pensera-t-on naturellement, membre d'une majorité confortable lui évitant de se poser la question de la représentation des minorités ? Pas le moins du monde, il s'agit de Gaston Monnerville.

À l'heure où la Obamamania s'est un peu apaisée, on peut sans doute sans trop risquer d'être traité de franchouillard, à travers Gaston Monnerville, à travers ses déclarations, saluer une certaine idée de l'éducation à la française, de l'école de la République, qui peut permettre à chacun de faire valoir ses talents.

Gaston Monnerville avait la peau noire, était né en Guyane, descendant d'esclaves martiniquais.

À l'heure où aux Etats-Unis les noirs ne peuvent pas exercer leur droit de vote, Gaston Monnerville est Président du Sénat, deuxième personnage de l'Etat ! S'il n'avait décidé en 1968, jeune encore pour ce poste, de laisser la place, permettant à Alain Poher de présider le Sénat, il aurait été en 1969 Président de la république par interim, il y a quarante ans !

Président de la haute assemblée, il l'était depuis 1947, élu à cinquante ans par ce qui s'appelait alors le Conseil de la République qui se dotait d'un président jeune pour ce poste (le plus jeune de l'histoire de l'institution) et noir ! Voilà de quoi tordre le cou à bien des idées reçues sur le conservatisme de cette assemblée et relativiser l'obligation du recours à une discrimination positive pour accéder aux plus hauts postes !

Il avait aussi été ministre, avant guerre, ce qui déchaînait les passions de certains médias français ou étrangers parlant du « Juif Blum » et du « noir Monnerville », le temps n'était pas particulièrement à la tolérance dans certains milieux, et pas seulement dans les dictatures européennes de l'époque ! Ajoutons pour troubler ceux qui pensent que notre pays est à la traîne, que dans le gouvernement auquel il appartenait, Gaston Monnerville était chargé des colonies ! On ne peut que faire le lien avec Félix Éboué, autre petit fils d'esclaves, autre Guyanais, gouverneur général de l'AOF peu de temps après. Certes, ce ne sont que deux hommes, ce ne sont que deux cas particuliers, mais ô combien significatifs de la capacité de la France à promouvoir les meilleurs de ses fils.

C'était il y a un demi siècle me direz-vous, certes, et les circonstances ont changé. Mais pourquoi ce qu'alors permettaient nos institutions ne serait-il plus possible ? Pourquoi de nos écoles ne pourrait-il plus sortir un brillant avocat ou un brillant haut fonctionnaire noir tous deux promis aux plus hautes fonctions ? Pourquoi le suffrage universel ne les consacrerait-il plus ?

Sans prendre les exemples du gouvernement actuel où les représentants de la « diversité » remplissent admirablement leur rôle ministériel, peut-on passer sous silence un Roger Bambuk, un Hamlaoui Mekachera, un Kofi Yamgnane, qui eux aussi ont rempli leur rôle éminent qui n'était nullement un rôle de représentation de telle ou telle catégorie.

« Diversité », le grand mot est lancé.

Ce n'est pas au nom de ce concept à la mode que Félix Éboué ou Gaston Monnerville ont accédé aux plus hautes fonctions, pas plus que ce n'est en son nom que Senghor est entré à l'École Normale Supérieure, pas plus que ce ne fut pour respecter un quota quelconque que Simone Weil fut Présidente du Parlement Européen, ou Mendes-France Président du Conseil.

Dans les années soixante-dix, un responsable de parti politique préconisa, pour représenter les  « minorités » au sein de son parti de faire entrer dans ses instances dirigeantes « une jeune noire », résolvant ainsi d'un coup en terme de représentativité le problème du sexe, de la jeunesse et de la couleur de peau ! Est-ce à cela que l'on veut aboutir ? À avoir le beur, le noir, le juif, l'asiatique, le handicapé, le natif des banlieues, le corse, l'homosexuel ... dans toute liste, dans tout état major d'entreprise, dans toute école ? Mais pourquoi s'arrêter en si bon chemin, et les arabes et les kabyles, et les noirs d'afrique centrale et d'afrique occidentale, et les homosexuels masculins et féminins, et les juifs séfarades et ashkénazes, ne méritent-ils pas aussi que l'on respecte leur « diversité » ? jusqu'où ira-t-on dans ce découpage de la société ?

C'est en parlant sans cesse de la différence des autres qu'on pousse ces autres à se sentir différents, et du sentiment de différence au sentiment d'exclusion, il n'y a pas si loin. Il ne faut pas que la diversité soit une excuse facile pour ceux qui refusent d'intégrer ceux qui sont différents, ou a contrario pour ceux qui ne veulent pas s'intégrer dans notre société. Le génie de notre société, de notre Nation, c'est de rassembler ceux qui sont différents, de les fondre dans une histoire et une culture commune. C'est de cette histoire et de cette culture commune, construites ensemble peu à peu, qu'ont jailli et continueront de jaillir des gens d'exception, de la trempe d'un Monnerville !



Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Combat Républicain
commenter cet article
12 avril 2009 7 12 /04 /avril /2009 16:36


Qui ne dit mot consentant, n'hésitez pas à laisser votre sentiment à cette adresse-ci sur ce déni de justice à l'égard des morts pour la France de 39/45 et de leurs enfants :
http://www.marcfievet.com/article-29248917-6.html#anchorComment


 

« sur quoi peut déboucher une commission qui siége sans participants, hormis les représentants du Pouvoir ? ».


Avec des dés pipés, le 3éme décret discriminatoire ;

vis à vis de 95% [1]des « Pupilles de la Nation de 39/45 » qui seront à nouveau oubliés ;

(déjà) décrété, ne peut qu’être pipé

 

 

 

Par Kelly-Eric Guillon



Les dés sont pipés parce que :

  • « la promesse[2] » électorale l’était
  • Le rapport « finalisé[3] » Audouin l’est
  • La commission, de par sa composition[4], l’est
  • Le résultat final[5] sera lui aussi plombé….. Il faut être naïf pour croire et faire croire, à ses adhérents, le contraire !

 

Le point le plus scandaleux à mettre au crédit du Pouvoir, est la dénégation, contre toute attentes, du « Principe même de l’idée du Maquis et de la Résistance ».                                                               

En prévoyant une aberration telle qu’elle apparaît en page 29 du rapport « finalisé » Audouin, ce dernier, ne se permettrait pas de sortir une telle énormité, inconcevable, si telle n’était pas la position officielle du Pouvoir. Son passé professionnel l’a trop mis au service du Pouvoir….

 

la création d’une nouvelle catégorie (parmi les 3 nouvelles, ce qui porte à 13 le nombre de catégories oubliées) de « Pupilles de la Nation de 39/45 » dont la raison d’être est d’exclure d’office les « enfants de maquisards, morts au maquis, éventuellement les armes à la main pour reprendre une formule chère à J.Y Audouin -  alors qu’ils avaient la possibilité d’échapper à la mort au cours du combat et qu’ils n’ont pas exploité cette possibilité !»

 

 

les seules possibilités d’échapper à la mort au maquis, en ce temps là, étaient :

:

  • ne pas appartenir au maquis et faire comme les 40 millions de collaborateurs (dixit Amouroux).
  • déserter le combat en cours d’engagement….. (belle glorification de l’héroïsme et de l’abnégation du combattant)
  • dénoncer son propre maquis pour avoir la vie sauve (comme aujourd’hui Eric Besson – lui même « Pupille de la Nation » - invite à dénoncer ceux qui aident, par simple, « humanité » les « sans-papiers », comme en 39/45, certains, au risque de leur vie, aidaient des enfants juifs,eux aussi « clandestins sans papiers », qui deviendront 50 ans après, bénéficiaires pour certains du décret de 2000).
  • la bonne fortune des combats et des armes qui permettait d’en sortir indemne ou presque.

 

Parmi les quelques 50 bonnes raisons possibles de refuser la comédie qui se joue, cet état d ‘esprit vis à vis du monde du maquis et ce qui suit, dont :

 

  • la restriction du nombre de dossiers qui seront reconnus au titre de la souffrance (nombre qui est par trop dérisoire au regard des 120 000 dossiers de « Pupilles de la Nation de 39/45 » et dont le règlement était capable, à moindre frais, de supprimer l’injustice créée depuis 2000 et renforcée en 2004)
  • la valeur et montant de reconnaissance moindres (différence avec 2000 et 2004)
  • selon les revenus (différence avec 2000 et 2004)

suffisent à elles seules à justifier notre refus de siéger en commission.

Et quand, après coup, il sera demandé des comptes au Pouvoir, ce dernier pourra dire à juste titre, en ce qui concerne les associations (« Pupilles » et anciens combattants) : « pensez vous que s’il y avait eu une quelconque suspicion de discrimination, ces associations auraient participé ? ».

Parce que bien entendu les associations participatives à cette discrimination sont persuadées qu’elles vont pouvoir « agir » et influer sur le sort du décret qui est déjà établi et fixé !

Mais il se gardera bien de dire « une association a osé refuser de siéger au sein de la commission qui a décidé ce décret inique».

 

Un fil directeur pour mieux comprendre la partie en cours, mais dont le résultat est connu :

 

 

Que vont faire de toutes ces informations, les :

 

  • premiers concernés, les « Pupilles de la nation de 39/45 ».

Ne seront-ils que de simples éternels quémandeurs d’indemnités ou au contraire seront-ils des défenseurs

des mêmes valeurs que leur parent « Mort pour la France ».

L’age n’excuse et ne justifie pas tout, au contraire.

  • les simples citoyens pour qui les mots « Honneurs », « maquis », « Résistance » ont encore un sens
  • Les associations et les citoyens qui se battent aujourd’hui pour certaines valeurs, mais qui, à y bien regarder, sont les mêmes que celles du combat mené par les « Pupilles » contre les « dérives » et abus du Pouvoir (exemple du combat pour la dignité des « clandestins »,  contre les atteintes à la liberté d’expression, ….).

Il faudra bien un jour sortir de nos ghettos spécifiques et communautaristes de combat et découvrir que

celui que l’on sait solliciter pour nous soutenir dans nos démarches (et dont parfois on apprécie l’aide et

l’efficacité), a aussi besoin d’être soutenu dans ses combats, autres simples volets des nôtres et ne pas le

renvoyer avec des excuses «  mais ce n’est pas le même combat…. » (mais à bien y regarder, c’est le

même),  « je n’ai pas le temps de m’occuper de tout » (il se pourrait bien que l’Autre soit dans le même

cas…).

Cessons de croire que notre combat a plus de valeur qu’un autre.  

Autre moyen de réaffirmer que nous sommes « supérieurs », parce que nos combats le sont.

D’où obligation, alors, « d’inférieurs » et c’est reparti pour un tour.

Ils ne sont en réalité que la même facette, avec d’autres noms de la réaction face à l’abus…

Et tant que nous n’aurons pas conscience de cela nous continuerons à simplement quémander égoïstement sans avoir à l’esprit l’universalité des engagements de nous mêmes et de nos voisins de combat.

Je n’ai rien inventé « …. de tous pays, unissez vous !».

Avez vous déjà vu des manifestations et/ou défilés « unitaires » où chaque slogan de groupe est différent de celui du groupe voisin.

Voilà les combats que nous menons… réducteurs mais avec un vernis « unitariste ».

  •  les associations d’anciens combattants de la résistance et du maquis de 39/45
  • les associations spécifiques de la mémoire du maquis et de la résistance
  • les partis qui se revendiquent de certaines idées de la France….
  • les partis politiques

 

Il se peut que personne ne bouge et ne dise son écoeurement (cela se passait il y a 65 ans, de plus cela ne concerne que 120 000 personnes, et puis qu’ont à réclamer des gens de 65 ans, ……).

Mais accepterez vous, personnellement, de vous taire et d’oublier votre « obligation morale et Mémorielle » vis à vis de ceux qui ont eu la malencontreuse idée, un jour, de se sacrifier pour vous.

L’auraient-ils fait pour que vous les oubliez et que vous désintéressiez du sort pénible qu’a été la vie de leurs enfants, « Pupilles de la Nation » dont au moins un des parents est « Mort pour la France de 39/45 ».

Réfléchissez à votre dette vis à vis d’eux avant que de conclure que …..

Et souvenez vous que «  Celui qui veut trouve les moyens, celui qui ne veut pas trouve les excuses ».

De quel côté êtes vous : Excuses ou moyens ?

 

Kelly-Eric Guillon

« sous-Pupille de la Nation de 4éme Catégorie de 39/45 »

------



[1] Il n’y aura que 3 à 5 000 dossiers retenus, y compris les quelques 100 – 200 voir 1000 dossiers que les associations de « Pupilles » qui se prêtent à cette comédie du simulacre de Commission, arriveront à « sauver » comme prix de leur compromission avec le Pouvoir.

Il restera environ 115 000 dossiers DEFINITIVEMENT oubliés sur les 120 000 pour lesquels « Pupilles de la Nation – Homega » se bat depuis 2004 (date de la découverte accidentelle de la discrimination créée par le décret issu de la Commission – Dechartre – Commission à laquelle déjà, « les fils de tués » et « l’anpnogd de lefebvre » avaient été complices pour le résultat que l’on connaît. Cela n’empêche ces mêmes associations de récidiver dans leur trahison, pour les mêmes résultats à venir. Excepté que cette fois – ci il n’y aura plus de prochaine fois)

[2] En effet, le flou de « la promesse » permettait de laisser espérer entre 30 à 45 000 dossiers retenus (P4 et P5). C’était sans compter la création de 3 nouvelles catégories de « Pupilles de la Nation de 39/45 », nouvelles catégories ne servant qu’à exclure ceux qui ont le malheur d’en faire partie (ou le bonheur, version Pouvoir).

[3] Finalisé. Depuis Juin 2008, le Ministère des Anciens Combattants nous répondait invariablement « le rapport déposé fin Juin 2008, par J.Yves Audouin (donc dont l’écriture était terminée et les conclusions déposées), était en cours de finalisation…. » La seule finalisation possible était de faire coïncider les conclusions Audouin avec l’attendu de la promesse, c’est à dire minimiser les possibilités du nombre de dossiers, dont la souffrance pouvait être reconnue. Si le Pouvoir était « généreux » cela se saurait !

[4] En effet il y a confusion des genres. Il reste

·         deux associations généralistes qui se font complices, quoiqu’il advienne, de la 3éme discrimination (ce sont « les fils de tués » et « l’anpnogd de lefebvre », laquelle dernière est capable d’engager ses quelques adhérents dans sa folie de trahison, sans que ces derniers soient informés du rapport « finalisé » Audouin)

·         Se souvenir que « Pupilles de la Nation – Homega » a signalé officiellement sa volonté de ne pas se faire complice de la 3éme discrimination, dans la mesure où les 120 000 « Pupilles de la Nation de 39/45 » ne sont pas reconnus de la même façon que ceux des décrets de 2000 et 2004. Ce qui nous vaut d’être traités de « lâches » par les 2 associations généralistes qui se font complices en connaissance de cause. Nous avons donc refusé le siège qui nous était accordé.

·         Trois associations minimalistes, qui sont dans cette commission pour « sauver » les quelques milliers de dossiers de leurs adhérents (enfants de déportés, fusillés pour faits de résistance)  qui n’avaient pas été pris en compte dans le décret de 2004. Décret pour lequel, elles s’étaient déjà faites complices d’une démarche égoïste en 2004, en excluant d’office les 10 catégories de « Pupilles de 39/45 » qui ne relevaient pas de leur spécificité. Elles firent aussi partie, pour l’essentiel de la « Commission Dechartre »

·         Les 8 associations d’anciens combattants dont on se demande de quelle souffrance il vont bien pouvoir parler en ce qui concerne les « Pupilles de la Nation de 39/45 ». Ils ne peuvent parler valablement et surtout objectivement de ce qu’ils ignorent, n’ayant pas vécu eux-mêmes cette souffrance. Ils vont donc intellectualiser notre souffrance…. Bigre, ils sont forts ces anciens combattants…. Quelle chance que nous les ayons pour défendre notre point de vue…..

Que peut bien avoir à dire une association représentative de la Guerre d’Algérie, dans une commission qui va parler de la souffrance de quelques 5 000 « Pupilles de la Nation » de « 39/45 ». Cela risque d’être intéressant.

Le miracle est au bout de la Commission dont la composition incite à l’espérance de ce que certains qualifie « d’avancées » et de points « positifs ».

Où a-t-on vu qu’une « reculade » (pour ne pas dire plus) qui abandonne entre 95 et 99,5 % des dossiers concernés au bénéfice de quelques centaines de dossiers était une « avancée ». Et dans ce cas posons nous la question : Avancée pour qui ? si ce n’est pour les patrons associatifs qui se mettent encore mieux en cour, mais certainement pas pour leurs mandants (leurs adhérents).

[5] quel résultat est à attendre :

·         Nous espérions selon la « véracité » des diverses approximations des chiffres de « Pupilles », catégorie par catégorie, 30 à 40 000 dossiers, tels que semblés énoncés dans « la promesse »

·         Le rapport « finalisé » Audouin laisse transpirer quelques 8 à 9 000 dossiers et en créant 3 nouvelles catégories, dont la finalité n’est que d’exclure et non d’inclure, peut-être arriverons nous (ou du moins les associations complices de la commission maintenant installée et qui va siéger jusque fin Juin 2009) à 3 à 5 000 dossiers retenus, parmi lesquels les quelques 500 ou 1000 dossiers « sauvés » in extremis par ces associations alors que ce ne seront que les 30 deniers des Juda de service…..  lesquels passeront, corps et âmes aux soupirail-oubliettes de la « branche Mémorielle ».

·         Et que deviendrons les 115 000 « Pupilles de la Nation de 39/45 » oubliés à nouveau, les 39 000 « Pupilles des autres conflits » défendus par les « fils de tués » et «l’anpnogd de lefebvre », les 214 000  « orphelins du Devoir » et « orphelins civils de 39/45 » ,défendus par l’anpnogd de lefebvre. Nul doute qu’ils apprécieront l’avancée…..

Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Combat Républicain
commenter cet article