Culture et mémoire républicaine

 

Recherche

A propos du site

10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 16:54


Par E. Aperaude


« Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. » disait E. de la Boétie. Le 26 mars 2009, le Parlement européen (PE) a approuvé par 503 voix pour, 51 voix contre et 10 abstentions, une résolution sur « l'état des relations transatlantiques après les élections qui ont eu lieu aux États-Unis ». Certes, une résolution du PE n’a pas de pouvoir contraignant dans la législation européenne, mais elle indique l’état d’esprit des eurodéputés et exprime la vision qu’a cette institution  du projet européen.


La marche à suivre jusqu'en 2015

Ce document (A6-0114/2009) d'une dizaine de pages rédigées par la droite européenne (groupe PPE-DE) et voté avec le soutien massif de la gauche, trace les perspectives des relations entre l'Europe et les États-Unis d'ici à 2015, soit une période qui couvrira l'actuel mandat, et le second mandat potentiel du président étasunien, Barack Obama. C'est donc une référence importante pour comprendre ce qu'attendent les États-Unis et ce que projette la Commission Barroso, l'actuelle et la prochaine puisqu'à en croire les oracles, nous n'avons pas encore voté qu'elle serait déjà reconduite.


Considérant que  « le partenariat transatlantique doit demeurer une pierre angulaire de l'action extérieure de l'Union », le but de cette résolution est affirmé sans détour : il s’agit de construire « un véritable marché transatlantique intégré », qui devra être établi « d'ici à 2015 », fruit du travail du Conseil économique transatlantique (CET). Le CET, conseillé entre autres par « des représentants du monde de l'entreprise », veillera notamment à l'harmonisation des législations pour faciliter « l'approfondissement du marché transatlantique ». On imagine sans mal les choix qui seront opérés entre place de l'État et rôle du marché.


L'accord de partenariat, à négocier une fois le traite de Lisbonne ratifié, devra être conclu d'ici à 2012. Il devrait comprendre la création d'un Conseil politique transatlantique (CPT) de haut niveau, chargé de coordonner « systématiquement » la politique étrangère et de sécurité. Au cas où quelque chose échapperait à l'OTAN, « pierre angulaire de la sécurité transatlantique » dont le rôle est déjà gravé dans le marbre du traité de Lisbonne (en son article 42), le CPT serait ainsi chargé de rectifier « systématiquement » des positions « coordonnés ». Ce qu'en d'autres termes on appelle l'alignement. 


Les Européens sont d'ailleurs sommés d'augmenter leur effort de défense.

La lecture de cette résolution est édifiante. Ce texte s’inscrit pleinement dans la reprise des cadres économiques structurels néolibéraux et dans une soumission à la puissance étasunienne : encouragement au lobbying (article 16) ; demande de conclusion du cycle de libéralisation de Doha de l’OMC qui pourtant a bien du plomb dans l'aile (article 22) ; coopération énergétique et donc soumission aux buts de guerre des EU (article 24) ; félicitations prématurées aux envoyés spéciaux étasuniens au Proche-Orient et en Afghanistan (articles 26 et 29) et aux troupes étasuniennes présentes en Irak (article 31) ; échanges de données personnelles ; demande d’intégration des marchés financiers avec convergence des cadres réglementaires actuels et suppression de toutes entraves aux échanges ; libéralisation des investissements étrangers grâce à une « législation ayant une incidence territoriale sans consultation ni accord préalable » (sic, article 52 et 53) ; etc. Le document vaut la peine d'être lu dans son entier.


Cette feuille de route confirme, pour les plus sceptiques, que la stratégie étasunienne de la « Triple couronne », définie par l'administration Clinton à la fin du XXème siècle, est toujours d'actualité : à l'OTAN la défense; à l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) le dialogue politique et le respect des droits de l'Homme - armes douces pour les régions sensibles des frontières de l'Empire, comme les Balkans ou la Géorgie - à l'UE le grand marché unifié et libéralisé, de Dublin jusqu'à la Syrie. Il faudra bien, en effet, comme l'a dit Obama à Prague, inclure la Turquie dans l'UE d'autant plus que, ironie des concepts de la Maison blanche, l'intégration de cet État laïc serait un signal positif envers les... musulmans.


Cet inquiétant discours de la servitude volontaire de l'Europe est, dans la perspective des élections de juin prochain, un vrai sujet de débat. Ce projet, certes public mais discret, est noyé dans la masse de la production du Parlement ou de la Commission et appuyé par l'énorme majorité des eurodéputés. Il engage pourtant de manière déterminante notre continent, nos États et nos populations sur une voie délicate.


Qu’en disent les forces politiques, notamment à gauche, qui solliciteront nos suffrages le 7 juin ?


_____


> (Re)Voir à ce sujet, l'article du Canard Républicain : "La création de l'Union atlantique se précise"

Repost 0
1 mars 2009 7 01 /03 /mars /2009 22:28

En osant comparer les méthodes de l'Union européenne avec celles de l'URSS, comme l'avait déjà fait avant lui l'ancien dissident soviétique Vladimir Boukovsky, le président tchèque Vaclav Klaus a essuyé les insultes et les huées d'eurodéputés majoritairement hostiles.

Pourtant, la comparaison n'est pas idiote. Bien au contraire, si elle suscite l'agacement, c'est qu'elle est cruellement vraie.
Dans leur façon de faire face aux difficultés, qui confine au déni de réalité, les dirigeants de l'Europe de Bruxelles empruntent en effet de plus en plus à leurs homologues de l'ex-Union soviétique.

Si le communisme ne marche pas, c'est qu'il n'y a pas assez de communisme, disait-on hier.
Si l'Europe ne marche pas, c'est qu'il n'y a pas assez d'Europe, dit-on aujourd'hui avec la même conviction.

Suivant ce raisonnement, l'échec de l'euro ne doit pas amener à réfléchir à l'opportunité de conserver une monnaie unique, mais s'explique forcément par le manque d'Europe.
Que la zone euro soit la première du monde à être entrée en récession, avant les pays européens hors euro, qu'elle connaisse la dépression la plus forte du monde, avant même les Etats-Unis, et qu'elle sorte de 10 ans de croissance la plus faible du monde tient forcément au MANQUE d'Europe.

Même réponse aux objections pourtant construites d'un Prix Nobel d'économie Paul Krugman.

Le premier ministre luxembourgeois, l'inénarrable Jean-Claude Junker, excelle dans cette fuite en avant. Il a une solution à l'échec de la monnaie unique : la mise en commun d'une partie des dettes des Etats membres de la zone euro, gérées par une nouvelle agence, qui émettrait des "eurobligations"...
L'Allemagne ajoute une couche en affirmant la main sur le coeur qu'elle "se montrerait en capacité d'agir pour stabiliser les pays de la zone euro qui rencontreraient des difficultés avec leurs dettes".
Embrassons-nous, Folleville ! L'Allemagne n'a plus un sou en poche, son commerce extérieur plonge lui-aussi, ses entreprises s'effondrent (25 000 suppressions de postes viennent d'être annoncées chez Opel), ses banques sont exsangues, mais tout est préférable, même les promesses les plus intenables, à l'idée qu'on aurait pu se tromper.

Et si la solution raisonnable était plutôt de revenir au réel, de détricoter le tricot européen, mal fichu, percé de toutes parts, qui gratte et qui est plutôt vilain ?
Pourquoi toujours chercher à aller plus loin quand tout indique qu'on se trouve sur la mauvaise direction ?
Si le problème numéro 1 de l'euro, c'était l'euro ? Des Prix Nobel le disent, des économistes de plus en plus nombreux l'écrivent, à l'instar de Jacques Sapir ou de Jean-Luc Gréau, une monnaie unique pour tant de pays si différents n'est pas viable. Paul Krugman a encore tout récemment prévenu : en restant dans l'euro, les pays qui souffrent le plus n'auront pas d'autres choix que de réduire fortement les salaires pour éviter une explosion du chômage.

Mais non, tout cela ne compte pas. La seule faiblesse de l'Europe, c'est le manque d'Europe.
Demain ça ira mieux, promis. Et si ça ne va pas mieux, c'est qu'on ne sera pas encore allé assez loin. Après-demain alors, promis, ça ira mieux. Enfin, normalement...


Repost 0