Culture et mémoire républicaine

 

Recherche

A propos du site

30 mars 2006 4 30 /03 /mars /2006 23:51
Le CPE n'est qu'un aspect de loi "égalité des chances" qui comporte plus de 50 articles sur l'emploi, l'éducation, les banlieues, la police, la famille ou encore les discriminations. Ce texte multiplie les agressions sociales en pénalisant et en culpabilisant les plus modestes. Voici les huit régressions contenues dans cette loi:

- L'apprentissage à 14 ans (articles 2 et 3) : La fin de la scolarité obligatoire à 16 ans. Un véritable mépris de l'Education nationale et un abandon consentie des jeunes en difficultés scolaire!

- Le travail de nuit et le dimanche dès 15 ans : un retour au XIXe siècle! La première loi interdisant le travail de nuit des enfants date en effet de 1874!

-De nouveaux cadeaux sans contrepartie pour les patrons (article 4) : renforcement des exonérations d'impôts pour les entreprises qui prendront des "apprentis juniors", tout ça sans aucune contrepartie!

-Le CPE (article 8) (nous n'y reviendrons pas...)

-Des aides aux entreprises plutôt au'aux habitants des quartiers populaires (articles 26 à 37) : la loi renforce les Zones Franches Urbaines (ZFU) qui permettent aux entreprises de payer moins d'impôt quand elles s'implantent en banlieue. Mais rien n'est prévu pour s'assurer qu'elles embauchent ceux qui y habitent, principe qui permettrait dès lors le développement véritable de la vie économique des cités!

-L'intégration et la lutte contre les discriminations sous la coupe de Sarkozy (articles 38 à 40): les politiques dintégration sont désormais diluée dans les politiques de sécurité ce qui suppose la criminalisation de tous les étrangers!

-La pénalisation des familles en difficulté (article 48 et 49) : la loi prévoit de pénaliser les familles dont un enfant serait trop souvent absent à l'école ou pour toute autre "carence parentale". Ainsi cette mesure n'aura que comme effet d'enfoncer un peu plus dans la précarité les familles qui ont déjà des problèmes!

-La transformation des maires en shérifs des cités (articles 50 et 51) : la loi permet un renforcement du pouvoir des polices municipales et la délégation au maire de pouvoirs judicaires!  Cette mesure achève de détruire l'égalité des citoyens devant la justice et la loi pénale, puisque la politique sécuritaire dépendra ainsi de chaque maire!  Le risque de dérapages des communes sera alors très important!

Il est donc clair qu'un retrait du CPE doit obligatoirement s'accompagner de celui de toute la loi!
Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Economie & Social
commenter cet article