Culture et mémoire républicaine

 

Recherche

A propos du site

14 décembre 2008 7 14 /12 /décembre /2008 21:00


C'est désormais acquis. A la faveur d'un "compromis" entre les dirigeants européens et irlandais, un nouveau référendum sera organisé en Irlande l'année prochaine sur la question du traité de Lisbonne.

Ainsi, les Irlandais sont appelés à renier leur vote souverain de juin dernier par lequel ils rejetaient très clairement les bases dudit Traité.

Bien évidemment, nous dit-on, il y a des contreparties. Lesquelles ? Tout d'abord, l'Irlande, comme tous les autres pays de l'UE, pourra conserver son commissaire européen. Néanmoins, on renvoie à plus tard les modalités de cette décision, le temps de trouver un illusoire - voire fort impossible - tour de passe-passe juridique qui permettrait de formaliser une règle si explicitement contraire au Traité.

D'autre part, de prétendues garanties seront données aux Irlandais sur les questions de défense, de politique fiscale, familiale et de biothèque, via des "déclarations" annexées au traité. Des "déclarations" qui, par principe, n'engagent véritablement à rien.

En somme, les Irlandais ont ici affaire à un "compromis" totalement fumeux, qui ne touchera jamais en rien au fondement du Traité, et qui n'a d'autre but que d'amadouer les Irlandais pour qu'ils infléchissent leur vote. Drôle de manière de "respecter" le vote des Irlandais ! Au fait, qui a dit que la pire des dictatures était celle qui revêtait l'apparence d'une démocratie ?


Cet acharnement des tenants de l'Europe totalitaire à faire entrer en vigueur le Traité de Lisbonne est  sans conteste un crime contre la démocratie. Il est aussi un crime contre le bon sens. Alors que la crise a sonné le glas du libéralisme  le plus débridé, alors même que les dirigeants européens semblent publiquement en convenir, on s'apprête de manière totalement irresponsable à vouloir appliquer un Traité animé par ces principes libéraux qui nous ont conduit à une telle catastrophe !

Culte de la "concurrence libre et non faussée", dérégulation à outrance, déreglementation des services publics, interdiction des aides de l'Etat, libre échange intégral, indépendance de la banque centrale, politique monétaire au seul service des marchés financiers, etc... Tout ce qui ne marche pas, tout ce qui nous a conduit à cette crise est inscrit dans les fondements de ce Traité de Lisbonne.

On aurait pu espéré qu'après leurs volontarismes affichées ces dernières semaines pour faire face à la crise, les dirigeants européens se raviseraient sur ce Traité de Lisbonne, véritable règle commune de l'UE en matière économique. Que nenni ! Aucune leçon n'a été tiré de la crise. Aucune. Les dirigeants européens persistent et signent à vouloir nous faire vivre sous la coupe de ces règles barbares. On constate donc bel et bien que la soustraction opérée à ces règles pendant ces dernières semaines n'avaient d'autres buts, non de transformer, mais - paradoxalement - de sauver un système abject en train de couler.

Qui nous sortira donc de cette impasse ? Qui nous sortira de ce totalitarisme ?


Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Editoriaux
commenter cet article
21 septembre 2008 7 21 /09 /septembre /2008 22:47

Le 22 septembre 1792, la Convention nationale décréta que tous les actes publics seraient désormais datés à partir de l'an I de la République. Elle fixe ainsi traditionnellement à cette date le premier jour de la République française, le commencement de l"ère républicaine". Le 22 septembre marque aussi, par convention, le premier jour de l'année du calendrier républicain.

C'est ainsi que nous entrons aujourd'hui dans l'an 217 de la République. Bien plus que du simple folklore, se rappeler de ce 22 septembre, c'est se rappeler au bon souvenir de la République. C'est se remémorer le sacrifice de ses fondateurs - et de tous leurs continuateurs -, mais aussi et surtout rappeler à qui veut l'entendre l'actualité de son idéal, idéal souillée et trahie aujourd'hui par ceux qui prétendent incarner la République.

Chaque jour qui passe dans ce pays est un recul pour la République. Et pourtant, chaque jour qui passe montre la faillite des idéologies libérales et mondialistes. La semaine dernière même, le nouvel effondrement des marchés financiers a bien montré toute l'inefficacité et toute la dangerosité du moins d'Etat, du laisser-faire libéral. Qu'on se le dise, il n'y a pas ici que des banques qui ont fait faillite, il y a aussi et surtout le libéralisme. Ce libéralisme dont les élites mondiales nous vantaient pourtant les vertus depuis des décennies. Et que l'Europe du Traité de Lisbonne entend faire perdurer, sourd à la démocratie comme à la réalité économique.

Il y a un là un boulevard pour tous ceux qui veulent pour la France et la planète un autre modèle de développement. Un modèle de développement refusant le dogmatisme en matière économique, la loi de la jungle et la primauté des intérêts particuliers. Un modèle de développement où l'Etat tient une grande place, garantissant le bien commun, la justice, et donnant à chacun les moyens de son existence et de son élévation dans la société.

En somme, un modèle de développement républicain. Un modèle républicain qui est plus que jamais à même d'apparaître comme l'alternative crédible à ce libéralisme sans foi ni loi.


Il ne tient qu'aux républicains et à tous les véritables progressistes d'accomplir cette révolution nécessaire.

Leur union est indispensable. Tout autant que l'engagement de ces forces dans la bataille idéologique, bataille sans laquelle celles des urnes est perdue d'avance.

C'est dans cette bataille pour le réveil des consciences citoyennes et de l'esprit républicain que ce journal entend s'engager le plus fermement possible.

Porter haut et fort l'esprit républicain, voilà mon but. Voilà ce qui doit être notre but.

"L'esprit républicain", ainsi sera le nouveau titre de ce journal. J'ai jugé qu'il était le plus simple,  le plus fédérateur et le meilleur reflet de la philosophie et de l'engagement de ce journal. Voilà qui n'était guère simple à trouver... Qui plus est, c'était celui qui apparemment emporter le plus vos suffrages.
Encore une fois un grand merci à tous ceux qui m'ont soutenu dans cette
mésaventure et aidé dans la recherche d'un nouveau titre !
Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Editoriaux
commenter cet article