Culture et mémoire républicaine

 

Recherche

A propos du site

8 mars 2008 6 08 /03 /mars /2008 14:16

undefined
Dimanche, les français seront appelés aux urnes pour élire leurs conseillers municipaux et, dans certains cas, leurs conseillers généraux. Si ces élections revêtent une indiénable dimension locale, leur dimension nationale est tout autant pertinente. A travers le maire que nous élisons, ce n'est pas qu'un simple choix local que nous faisons, c'est aussi et avant tout sur une vision de la société que nous nous prononçons. A travers le maire que nous élisons, se joue aussi la vitalité des valeurs républicaines dans notre pays. De la capitale à la plus petite commune, tous les élus sont agents et acteurs de la République. 

Au-delà de ces considérations générales, ces élections auront un incontestable enjeu politique national. Sarkozy l’a lui-même reconnu : le résultat des élections municipales et cantonales des 9 et 16 mars prochain constituera le premier verdict des Français sur sa politique.

Ce premier verdict risque et se doit d'être très sévère. Plébiscité il y a encore six mois, voilà aujourd'hui Sarkozy face à la colère des Français qui peu à peu se rendent compte de la réalité de sa personne et de sa politique, totalement opposée à ce qu'il leur avait laissé croire pendant la campagne présidentielle. Il promettait de régler le problème du "pouvoir d'achat" des Français. Il a complètement ignoré la question, hormis pour les plus aisés. Il promettait une politique volontariste, rompant avec l'immobilisme d'alors. Il a tout fait pour ratifier dans le dos du peuple le Traité de Lisbonne, qui lie les mains des dirigeants français. Il promettait une "République irréprochable", "fraternelle". Il a démantelé la sécurité sociale, poursuivi la casse du service public, et porte atteinte à notre laïcité républicaine et à notre politique étrangère indépendante de celle des Etats-Unis.

Face à ce déferlement de dangereuses et illégitimes "ruptures", les Français ont l'occasion avec ces élections d'envoyer un signal fort à Sarkozy et à la majorité en place. Un succès des listes UMP et affiliés encouragerait  ces derniers à poursuivre et aggraver cette politique perfide. Un camouflet ne réglerait pas tout, mais casserait à coup sûr la dynamique construite pendant la présidentielle, obligeant la majorité à faire des concessions.

Cela étant dit, la sanction à infliger à la majorité en place actuellement ne doit pas faire oublier la complicité d'une très grande partie du Parti Socialiste et du Modem, partis qui osent prétendre au statut d'"opposant" au pouvoir, dans le passage en force du Traité de Lisbonne, véritable atteinte à la démocratie et à la République. Les municipales et les cantonales doivent être l'occasion de sanctionner durement tous les acteurs de cette forfaiture, des parlementaires-traîtres de Versailles aux partis et personnalités complices, qui forment véritablement un seul et même camp politique, celui de l'européisme totalitaire.

Dimanche, que l'honneur, le bon sens et la fermeté guide donc votre vote !

Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Editoriaux
commenter cet article
9 février 2008 6 09 /02 /février /2008 20:55
undefined
C'est fait. Après la révision constitutionnelle préalable, les parlementaires se sont prononcés à une très large majorité pour la ratification du Traité de Lisbonne, pérennisant une Europe libérale et anti-démocratique, dont les français avaient pourtant rejeté les bases le 29 mai 2005.

Après les députés jeudi, qui ont adopté le projet de loi de ratification par 326 voix contre 52, les sénateurs ont bouclé le processus ce vendredi, à deux heures et quart du matin, en se prononcant à leur tour favorablement à la ratification par 265 voix contre 42. Le projet de loi de ratification va maintenant être envoyé à Nicolas Sarkozy, qui devrait le signer rapidement.

Les politiciens traîtres et les médias dominants se félicitent sans sobréité aucune de cette grande nouvelle. L'Europe, paraît-il, va enfin pouvoir reprendre sa glorieuse marche humaniste, après que ces salauds de français l'aient bloqués honteusement en votant il y a deux ans contre la divine recommandation des élites, ces gens qui pensent bien, contrairement au petit peuple bête et stupide.

Les plus heureux - et les plus naïfs - sont sans conteste les parlementaires socialistes qui ont légitimé ce déni de démocratie, et qui pensent que l'affaire est aujourd'hui close, et qu'ils pourront enfin savourer tranquille - sans ces citoyens couillons un peu trop scrupuleux sur l'éthique démocratique et républicaine - leur soi-disante "victoire" annoncée aux municipales. Que ces messieurs et mesdames sachent qu'on ne les lâchera pas de sitôt, tout comme l'ensemble des traîtres et leurs complices.

Nous ne les lâcherons pas, et nous n'oublierons rien du coup sans précédent et irresponsable qu'ils auront porté à la République et à la France.

En ratifiant le Traité de Lisbonne, les parlementaires ont remis en selle tout l'esprit de la Constitution Giscard rejetée :
sacralisation des politiques libérales, absence réelle de démocratie dans les prises de décisions, élargissement des compétences exclusives de l’Union européenne, élargissement des décisions prises à la majorité qualifiée, etc.

En acceptant ces dispositifs, il en est désormais fini du droit du peuple français à disposer de lui-même. Sommé d'obéir à toutes les décisions d'un super-Etat européen, qui plus est gouverné par des bureaucrates non élus, il en sera fini à terme du modèle social, laïque et républicain français, minoritaire dans l'Union. Il en sera également fini de notre politique étrangère indépendante, à laquelle nombre de pays européens préfère de loin un atlantisme borné.

En clair, le Traité de Lisbonne abat la République et fait aujourd'hui de la France une province docile de l'Empire.

Et ceux qui se prétendent être l''opposition" dans ce pays, la gauche pseudo-socialiste des messieurs Hollande et Moscovici, ainsi que le Mouvement pseudo-Démocrate de Bayrou, cautionnent totalement cet état de fait. Chez eux aussi, en dehors de cette Europe folle, point de salut ! Pas la moindre critique sérieuse, ni sur le fond ni sur la forme. Que des belles paroles sans lendemain. Voyez donc à quel point ils forment une alternative crédible à la politique sarkozyste !

La dictature qui se met en marche aujourd'hui paraît si forte, si rusé qu'elle ne laisserait plus de vie à la moindre opposition, ni à la moindre alternative crédible. Cette opposition, cette résistance à l'inacceptable est pourtant au coeur même du peuple français. Il ne tient qu'à un réveil du peuple - que l'on a minutieusement endormi - pour qu'elle puisse se reformer, recouvrer notre liberté et restaurer la République. Loin de tout extrêmisme et de toute intransigeance partisane, les militants républicains, patriotes et progressistes de ce pays - à condition
qu'ils mettent de côté leurs dissenssions et regroupent enfin leurs efforts - peuvent sonner le début de l'insurrection générale. Seule une opposition unie, forte et populaire, en France comme ailleurs en Europe, sera en effet à même de faire tomber ce Leviathan, cet Empire sacralisé.
Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Editoriaux
commenter cet article