Culture et mémoire républicaine

 

Recherche

A propos du site

6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 19:10

Par François Cocq


Fin de l'histoire-géographie obligatoire en Terminale S soit pour plus de la moitié des lycéens des filières générales. Vagues questions d'actualité pour ceux des terminales S et ES. Epreuve anticipée pour tous en fin de première après des programmes menés au pas de charge afin de ne pas laisser la place à la discussion et au débat durant les cours. Pas de doute, la réforme du lycée version Luc Chatel a soigneusement pris soin d'écarter de ses priorités la formation de futurs citoyens.

Pire, force est de constater qu'il s'agit bien d'une volonté délibérée d'éloigner les élèves de la compréhension du monde : analyser le présent et mieux appréhender le futur par la connaissance de notre passé ou encore comprendre les grands équilibres qui sont ceux de notre époque contemporaine. Sans doute le monde tel qui va, l'ordre globalitaire qui résulte du capitalisme financiarisé est-il à ce point indéfendable qu'il vaut mieux le cacher aux yeux des élèves, futurs salariés, futurs électeurs, futurs citoyens.

« Science sans conscience n'est que ruine de l'âme » disait Rabelais. Ce sont pourtant les futurs savants de la nation que l'on veut dépourvoir d'esprit critique pour en faire des outils plus aisément manipulables par le capital et ses tenants politiques. C'est là un retour en arrière de plusieurs siècles d'autant plus dangereux qu'il s'accompagne d'une conception patrimoniale de l'éducation artistique, qui tourne le dos à toute culture par-dessus les frontières et les nations (« Notre lycée doit donner enfin à la culture la place centrale qui lui revient. La culture française est l'identité de notre pays. Nous devons faire partager ce trésor aux lycéens. (...) Le devoir de l'école est de transmettre à chacun notre patrimoine commun, qui est fondamentalement culturel. (...) Il est urgent de développer leur regard critique et d'ancrer leur rapport à l'image dans une culture patrimoniale » Sarkozy le 14 octobre 2009).

A l'inverse, le Parti de Gauche met au cœur de son projet l'émancipation pour le progrès humain. C'est pourquoi le Parti de Gauche souhaite assigner à l'Ecole notamment la mission que Condorcet résumait en son temps par la formule : construire « des citoyens qui ne s'en laissent pas conter mais qui entendent qu'on leur rende des comptes ». Repousser la réforme du lycée, ensemble cohérent qui nie cet objectif, promeut l'autonomie des établissements et s'attaque au caractère national du baccalauréat, est donc désormais une priorité.

Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Education
commenter cet article
23 avril 2009 4 23 /04 /avril /2009 18:21

Le conflit qui oppose le monde universitaire au gouvernement entre maintenant dans sa dixième semaine. Sourde à toute revendication, Valérie Pécresse a lâché du lest sur d’infimes éléments du projet de loi pour paraître plus ouverte au dialogue et mettre la balle du côté des enseignants-chercheurs. Mais plus qu’une simple réforme des universités, l’acharnement de la ministre de l’enseignement supérieur en dit long sur les dessous de ce projet. Cette nouvelle réforme n’est qu’une étape supplémentaire dans la stratégie générale qui vise à développer la commercialisation de l’enseignement.

Les prémices d’une destruction


C’est au cours des années 90 que l’enseignement supérieur a subi ses premières attaques. En intégrant l’éducation dans les services ouverts à la libéralisation, l’O.M.C. (Organisation Mondiale du Commerce) a conduit l’ensemble des systèmes éducatifs des pays membres dans la voie à la déréglementation. Actuellement, l’O.M.C. régit les échanges de marchandises (A.G.T.D.C.(1)), de services (A.G.C.S.) et la propriété intellectuelle (A.D.P.I.C.(2)). L’A.G.C.S. (Accord Général sur le Commerce des Services) qui vise à commercialiser, privatiser et mettre en concurrence l’ensemble des services à l’échelle de la planète en se débarrassant des règlementations en vigueurs dans chaque pays, a été mis en place sur demande de la Commission Européenne. La Commission, soutenue par plusieurs groupes de pression d’industriels européens a également œuvré activement pour introduire l’éducation dans cet accord. L’enseignement, la recherche et le savoir sont ainsi devenus des biens économiques. Ce tournant idéologique historique a marqué le début des grandes réformes universitaires.

Le processus de Bologne

Afin d’organiser la mise en concurrence mondiale et la libéralisation de l’enseignement supérieur, la Commission Européenne et plusieurs organisations en Europe ont repris en 2001 le processus de Bologne, projet initialement préparé par quatre ministres de l’éducation (France, Allemagne Italie, Royaume-Uni). Officiellement, l’objectif du processus de Bologne est d’harmoniser les systèmes de recherches nationaux au niveau européen pour permettre une plus grande mobilité des étudiants et des enseignants-chercheurs et faciliter les échanges inter-culturels. Mais derrière ces grandes phrases et ces beaux discours volontairement utilisés pour donner une dimension humaniste et universelle au processus, se cache en réalité un projet bien plus sombre puisque loin de l’harmonisation annoncée, le processus dicte un certain nombre d’objectifs économiques et financiers et ouvre l’enseignement supérieur à la globalisation.

La stratégie de Lisbonne

Toujours dans le même contexte, la stratégie de Lisbonne mise en place en 2000 par le Conseil Européen est censée répondre aux inquiétudes concernant la productivité économique en Europe. Fortement concurrencée par le dynamisme de l’économie américaine, l’Union Européenne se donne alors pour objectif de mettre en place « l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde d'ici à 2010, capable d’une croissance économique durable accompagnée d’une amélioration quantitative et qualitative de l’emploi et d’une plus grande cohésion sociale ». Les dirigeants européens réaffirment ainsi leur volonté de transformer le savoir et la connaissance en bien économique et de mettre les universités au service des grandes entreprises disqualifiant ainsi la recherche non rentable. La propriété intellectuelle sera également visée par la stratégie de Lisbonne à travers la réforme des brevets européens(3).

Liberté et Responsabilité des Universités


La loi L.R.U est la suite logique des effets du processus de Bologne et de la stratégie de Lisbonne puisqu’elle vise à libéraliser les universités françaises en leur donnant une entière autonomie budgétaire et la libre gestion de leur personnel. Les universités pourront également amplifier la collecte de ressources financières par l’intermédiaire de partenaires extérieurs (entreprises, fondations…). Il est évident que cette pseudo autonomie engendrera une dépendance financière mais également une dépendance en matière de recherche puisqu’une entreprise privée qui financera à coup de milliers d’euros une université exigera inévitablement un retour sur investissement. Lorsque chaque université aura sa multinationale de référence, nous pourrons définitivement oublier ce à quoi était destiné le service public de l’enseignement supérieur. A la suite des socialistes qui ont initié ce projet destructeur il y a dix ans, Valérie Pécresse poursuit la liquidation de l’université et la recherche fondamentale dans notre pays. Il est loin le temps où nos dirigeants gouvernaient au service de la France et des citoyens français dans le respect des valeurs de notre République. La nouvelle élite au pouvoir est bien décidée à imposer sa « modernité » en se libérant d’un Etat « contraignant » et « réglementaire » pour passer à une globalisation et une uniformatisation aliénante. Si elle est appliquée, cette réforme enterrera définitivement la mission essentielle de l’Etat qui est de préserver l’héritage culturel de notre pays et l’indépendance de la recherche.



VB, Debout les Jeunes - Haute-Normandie


________

(1) A.G.T.D.C. Accord Général sur les Tarifs Douaniers et le Commerce
(2) A.D.P.I.C. Aspects des Droits de Propriété Intellectuelle qui touchent au Commerce
(3) Le Protocole de Londres sur la réforme linguistique des brevets européens. Sources : - AGCS et processus de Bologne. Des modalités différentes d’un même projet de commercialisation de l’enseignement supérieur ; Sarah Croché - Jean-Émile Charlier. Publié dans Distances et savoirs, Volume 6 n°1/2008, pp.13-41 - Du processus de Bologne à la L.R.U, une catastrophe annoncée, Conférence donnée par Geneviève Azam, Enseignante-Chercheure, Université de Toulouse 2 le Mirail - 23 mars 2009. - L'AGCS : Quand les Etats abdiquent face aux multinationales par Raoul Marc Jennar et Laurence Kalafatides - 14 juin 2007
Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Education
commenter cet article