Culture et mémoire républicaine

 

Recherche

A propos du site

27 mai 2008 2 27 /05 /mai /2008 18:28

Les résultats du premier tour des législatives partielles de la 11ème circonscription du Rhône, où se présentait Simon Archipenko, sont pour le moins décevant. Aux vues de la droiture du candidat, de la solidité du projet républicain défendue, des efforts consentis, du courage et de l'énergie déployés par les acteurs de cette campagne, on pouvait espérer bien mieux que ces 0,5 % de voix obtenues. Mais le verdict des urnes est ainsi, et il faut évidemment l'accepter.

A l'issue de cette campagne, j'adresse à Simon Archipenko, et à tous ceux qui partagent sa légitime déception, tout mon soutien, et toute ma solidarité.

Quoiqu'il en soit, cette défaite électorale ne doit pas sonner, pour les républicains, comme un nouveau coup d'arrêt, comme une raison de plus de filer vers la résignation. Soyons, au contraire, plus que jamais déterminés à mener le combat républicain ! Rien ne doit jamais nous dévier d'une lutte que nous considérons comme juste. De surcroît, les défaites comme les victoires sont porteuses de leçons. Sachons en tenir compte.

Vive la République ! Vive la France !


Je reproduis ci-dessous les deux communiqués de Simon Archipenko publiés à l'issue du premier tour.

_____________

Madame, Monsieur,
Citoyens,
Chers amis,

Ainsi le verdict des urnes vient de trancher et, le moins que l'on puisse affirmer, c'est qu'il est loin de nous être favorable. En effet, à 0,5% nous sommes encore loin de crier victoire. On pourra faire l'analyse de tout ce qui a pu manquer à cette campagne. Il en ressort qu'il vaut mieux être labellisé par le système en place UMPSMODEMLNC que de partir sur un projet toujours porteur d'espoir mais sans être le Darty de la politique. La preuve en est le "classement" divers droite dont m'ont affublé  les médias; comme si, dans notre République ou ce qui en reste, être candidat républicain relevait de l'injure suprême, de l'infamie!

Je veux dire ici que je n'ai ni amertume, ni rancœur et que je ne renoncerai jamais à ce qui motive ma vie publique: la République. Je veux dire comme j'ai été fier de l'honneur qui m'a été confié de conduire ce combat avec une équipe de femmes et d'hommes qui, malgré leurs différences ont oeuvré pour un seul objectif: la République. J'en suis d'autant plus fier que tous sans exception m'ont assuré dès dimanche soir et ce lundi de leur entier soutien, leur solidarité et leur... Fraternité.

Je souhaite également remercier toutes celles et tous ceux qui, de loin, voire très loin, n'ont pas manqué de relayer cette expérience, des Alpes Maritimes au Nord, de la Lorraine à la Saintonge.

J'entends avec l'accord de tous dès la semaine prochaine, réunir le comité de campagne afin d'analyser cette élection. L'Arc républicain a été en capacité de rassembler autour d'un projet.

Il ne saurait y avoir d'interruption dans le combat républicain car, tout est possible à qui veut combattre.

Vive la France, Vive la République

Simon Archipenko
Candidat de l'Arc républicain
11ème circonscription du Rhône


________


Je remercie les électrices et les électeurs de la 11ème circonscription qui se sont portés sur le candidat de l’Arc républicain. A l’issue de ce scrutin, les deux candidats restant en lice ne sont que les deux versions de la politique des « du pareil au même » qui mène la France depuis 30 ans et que nous avons dénoncée dans cette campagne législatives. L’élection de l’un ou de l’autre ne résoudra en rien les problèmes économiques et sociaux de ce pays. Leur fédéralisme européen ne fera au contraire qu’exacerber les tensions en remettant en cause le contrat social et les acquis du Conseil National de la Résistance. En conséquence, je me refuse à appeler à voter pour l’un ou pour l’autre.

Simon Archipenko Candidat de l’Arc républicain.
Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Elections 2008
commenter cet article
29 avril 2008 2 29 /04 /avril /2008 17:47

 

Le citoyen Simon Archipenko, président de Voltaire République et militant républicain de longue date, a décidé de se présenter à la députation dans la 11ème circonscription du Rhône, siège laissé vacant après l'invalidation de l'élection du député UMP Georges Fenech.

Derrière lui, et c'est déjà une victoire, sont déjà rassemblés de nombreux républicains et mouvements républicains, de toutes sensibilités, dont l'Union du Peuple Français et Debout la République, tous décidés à faire de cette législative partielle un véritable combat de reconquête républicaine et de rupture avec le système UMPSMODEM. Cette législative sera ainsi l'occasion pour les républicains de montrer qu'ils sont la seule alternative crédible et mesurée dont la France a besoin.

Le combat pour le redressement de la République sera long. Mais nul doute qu'il passera cette année par le Rhône, quelque soit l'issue du vote. C'est en tout cas tout le mal que l'on peut souhaiter à Simon Archipenko et à tous les militants dévoués de sa campagne.

Sa candidature a naturellement tout mon soutien, et je ne peux que lui faire confiance pour porter haut et fort les couleurs de la République !

Ci-dessous vous pouvez lire un long extrait de sa profession de foi.

 

 



Madame, Monsieur,

Chers concitoyens,

 

Le député UMP de la 11ème circonscription du Rhône Georges Fenech a été invalidé par le Conseil constitutionnel et est inéligible. Nous sommes donc appelés aux urnes pour pourvoir à son remplacement le 25 mai et le 2 juin 2008.

 

Un an après les élections présidentielles et législatives le constat une fois de plus est amer, la déception est visible dans la population qui s’était fortement mobilisée pour ces scrutins. Au fur et à mesure des votes et des annonces gouvernementales, se dessinent le démantèlement pièce par pièce des acquis sociaux issus du rassemblement patriotique et républicain du Conseil National de la Résistance. La souveraineté populaire et nationale vient d’être bafouée par la forfaiture du vote parlementaire du Traité de Lisbonne (copie conforme de ce même traité que le peuple avait rejeté il y a trois ans). Le Président de la République, en expédiant des troupes en Afghanistan sans vote préalable du parlement, entérine le retour de la France dans le commandement militaire intégré de l’OTAN. Il met fin à une politique d’indépendance nationale initiée il y a 42 ans par le général de Gaulle.

 

Sur le plan économique et social, la grave crise des subprimes qui sévit aux Etats-Unis, percute de plein fouet notre pays. La spéculation financière, la dérégulation des marchés, l’augmentation des prix des matières premières dont le pétrole et la spéculation sur les produits de base de l’alimentation affectent tous nos concitoyens. L’inflation est à son plus haut niveau depuis seize ans et pénalise le pouvoir d’achat. Le gouvernement semble plus préoccupé de tenter de résoudre la cacophonie venant de ses propres rangs (carte familles nombreuses, non remboursement des lunettes ou des prestations dentaires) que d’apporter une réponse réelle à la crise. En tout état de cause, ce n’est pas en diminuant les allocations familiales que le gouvernement va favoriser la politique de la famille. Encore une fois se sont les plus démunis qui vont en subir les conséquences. Cette mesure confirme ainsi la rupture du pacte social. En convoquant les journalistes des télévisions pendant 1h30 le 24 avril, le président de la République ne nous a pas rassuré bien au contraire.

 

Le vote d’avertissement des français lors des élections municipales semble ne pas avoir été entendu par le gouvernement. Le parti socialiste dès le lendemain de sa victoire renouait avec son sujet principal de débat : lui-même ! Le bal des prétendants à couteaux tirés pour son prochain congrès ne fait que commencer. Son projet social est d’autant plus inaudible, qu’est forte la cacophonie qui règne en son sein concernant les orientations de l’actuel gouvernement. Ce ne sont pas les revirements de ses multiples dirigeants qui vont rassurer les français.

 

C’est pour cela que je reste convaincu que seuls les Républicains sont en capacité de répondre à la désespérance où nous conduit le système des faux semblants de clivage. Pour sortir du marasme où nous conduisent nos gouvernements successifs, notamment celui-ci, il ne s’agit pas de prendre « ce qui pourrait être bien » un peu à gauche un peu à droite comme fait le MODEM, mais bel et bien de proposer un projet alternatif concret. Et les combinaisons électorales des élections municipales comme celle de l’absence de candidat du parti socialiste dans le 5ème canton de Lyon lors de ces élections partielles, donnent une vision claire si besoin était du système des partis institutionnalisés. Quant au Nouveau Centre dont se réclame un des candidats à cette élection, il n’est que le faux nez de l’UMP.

 

Je suis donc candidat à la députation dans la 11ème circonscription du Rhône. Celle-ci sera placée sous le signe de l’« Arc républicain ». Chaque jour je reçois le soutien d’organisations et de personnalités comme de simples citoyens de la 11ème circonscription. Qu’ils soient gaullistes historiques ou de cœur, venus de la droite ou de la gauche républicaine, des milieux économiques et industriels, agricoles, associatifs et syndicaux, tous m’encouragent dans cette démarche réellement républicaine car rassembleuse des forces vives. Ceci est la preuve que ma candidature n’est pas seulement celle d’un citoyen et de son suppléant. Ce n’est pas ma personne qui est un enjeu c’est la volonté républicaine, souveraine et populaire que j’ai l’honneur d’incarner. Au-delà des clivages devenus obsolètes, seule la République doit prévaloir. 

 

(...)

 

La tâche est rude mais tout est possible à qui veut combattre. C’est mon ambition pour la circonscription. Ce combat ne peut et ne doit être celui d’un homme et de son suppléant. Ce combat je le mènerai, nous le mènerons au service de la population de la circonscription, de Toussieu à Sainte Catherine sur Riverie, de Soucieu en Jarrest à Condrieu, dans les quatre cantons sans exclusive, Mornant, Givors, Condrieu, Saint Symphorien d’Ozon. Je le mènerai aussi en le replaçant dans la perspective du défi républicain national que nous lançons aux forces du renoncement qui se partagent alternativement le pouvoir depuis 30 ans. Il est temps de mettre un terme au règne des « du pareil au même », l’UMPSMODEM.

 

Vive la France, Vive la République.

 

Tout est possible à qui veut combattre

 

 

Simon Archipenko.

Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Elections 2008
commenter cet article