Culture et mémoire républicaine

 

Recherche

A propos du site

21 octobre 2007 7 21 /10 /octobre /2007 13:24

ayaan_hirsi_ali_5.jpgCette femme est dangereuse. Cette femme est en danger. Ayaan Hirsi Ali, devenue un peu malgré elle le symbole d’une liberté de pensée menacée par l’intolérance, pourrait devenir, selon la formule des écrivains Sam Harris et Salman Rushdie, "la première réfugiée d’Europe occidentale depuis l’Holocauste".

Ayaan Hirsi Ali, réfugiée de Somalie, ancienne députée néerlandais, exilée un temps aux Etats-Unis, est aujourd’hui "en lieu sûr" aux Pays-Bas, sous protection, en attendant de trouver un point de chute permanent et sécurisé. Le Danemark s’est proposé, la France serait approchée...

La semaine dernière, le parlement néerlandais a choisi, dans une stupéfiante volte-face, de lui retirer la protection rapprochée qui lui avait été offerte lorsqu’elle a commencé à se trouver en butte à l’hostilité des milieux intégristes islamiques les plus violents.

De nouvelles menaces de mort il y a deux semaines

Elle était sous protection officielle depuis l’assassinat de Théo Van Gogh, le cinéaste tué en 2004 par un intégriste marocain. La jeune femme, considérée par les intégristes comme un apostat, avait collaboré avec Van Gogh à un film controversé. Le risque n’a pas disparu : selon nos informations, elle a reçu de nouvelles menaces de mort il y a deux semaines.

L’histoire d’Ayaan Hirsi Ali, qu’elle a raconté dans un livre paru l’an dernier, ressemble à un long combat pour se libérer de toutes les oppressions. Originaire de Somalie, élevée dans un strict respect de la religion, elle se réfugie aux Pays-Bas pour échapper à un mariage forcé. Elle devient néerlandaise, députée libérale, avant de démissionner à la suite d’un scandale lié à un mensonge qui lui avait permis d’obtenir l’asile politique. Elle s’est ensuite exilée un temps aux Etats-Unis, devenue chercheuse dans une fondation conservatrice à Washington, toujours protégée aux frais du contribuable néerlandais.

La "lâcheté" européenne dénoncée dans une tribune

Aux Pays-Bas, pays de consensus, en proie aux contradictions de son multiculturalisme, Ayaan Hirsi Ali est un personnage dérangeant. Et le débat parlementaire qui a privé l’ex-députée de sa sécurité rapprochée a révélé que bon nombre de ses anciens collègues seraient soulagés de la savoir outre-Atlantique, ou en tout cas ailleurs...

D’où le titre d’une tribune -"Quand l’Europe est lâche"- diffusée par Global Viewpoint et publiée lundi dans Le Monde par Sam Harris et par Salman Rushdie, qui, en matière de menaces et de lâchetés, a tout connu depuis ses fameux "Versets sataniques" de 1988 qui lui valurent une "fatwa" de l’imam Khomeiny. Les signataires expliquent :

"[Ayaan Hirsi Ali] illustre la force et faiblesse de l’Occident : la splendeur d’une société ouverte et l’énergie sans limite de ses ennemis.

"Elle connaît bien les défis auxquels nous sommes confrontés dans notre lutte contre la misogynie et le fanatisme religieux du monde musulman, et elle vit chaque jour les conséquences de notre échec.

"Personne n’est mieux placé qu’elle pour nous rappeler que tolérer l’intolérance n’est rien d’autre que de la lâcheté".

De fait, Ayaan Hirsi Ali, une grande femme agée de 38 ans, a été conduite par son origine et par son histoire à adopter une attitude de rupture violente, radicale, par rapport à sa culture, et à l’islam.

Le débat sur la liberté d’expression relancé

L’an dernier, je l’avais interviewée dans un café parisien, avec deux gardes du corps surveillant chaque issue. Elle avait fait l’éloge de la laïcité et de l’intégration à la française, par opposition au communautarisme britannique ou néerlandais, avant d’ajouter, avec un sourire : "Quel dommage que vous ne les mettiez pas vraiment en oeuvre !" Depuis, elle a poursuivi aux Etats-Unis des recherches sur les "Lumières" et l’islam, se consacrant principalement à l’écriture.

Sur un continent européen confronté ces dernières années à des crises à répétition (les caricatures danoises ou l’affaire Redeker), Ayaan Hirsi Ali vient relancer un débat de principe : doit-on, au nom de la liberté de pensée, accepter des prises de positions jugées provocatrices par une partie des communautés musulmanes en Europe et ailleurs ?

La tradition européenne incite naturellement à répondre positivement, et à se solidariser d’elle, même sans adhérer à toutes ses prises de position. Mais les Pays-Bas montrent que la tentation est forte de détourner le regard.

Pierre Haski, Rue89

Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans International
commenter cet article
30 septembre 2007 7 30 /09 /septembre /2007 18:30
swisstxt20070922-8242961-3.jpg
Ces derniers jours, les médias et politiques portent une très grande attention à ce qui se passe en Birmanie, où une révolte populaire est en train d'être maté dans le sang.

Beaucoup - médiacratie oblige - font ainsi semblant de découvrir la situation du pays, alors qu'une dictature les plus dures au monde y sévit depuis des décennies. Les atteintes aux droits de l'homme sont ainsi le pain quotidien des habitants de ce pays.

Si peu d'entreprises françaises s'y sont installées, à la fois par prudence et par signe de protestation envers le régime dictatorial, il en est une qui y fait exception. Il s'agit de Total.

Avant de s'y installer, Total avait demandé un rapport sur la situation du pays à un expert. Lequel expert a estimé dans son rapport qu'il n'y avait pas de problème de non-respect des droits de l'homme en Birmanie...

Qui était donc cet expert ?

Il s'agit d'un "humanitaire" français, proclamé "socialiste", connu pourtant pour ses élucubrations néo-libérales, néo-colonialistes, bellicistes et atlantistes.

Infatiguable donneur de leçons, docteur en anti-France, il est aujourd'hui le ministre des affaires étrangères le plus agenouilliste qu'est connu notre pays, devançant l'annexion programmée de notre politique étrangère par l'adoption de la Constitution européenne bis et la réintrégration complète dans l'OTAN.

Il s'agit évidemment de... Bernard Kouchner.

Lequel devrait revoir d'ici peu sa conception des droits de l'homme au lieu de lécher aveuglement les bottes des néo-conservateurs américains.

Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans International
commenter cet article