Culture et mémoire républicaine

 

Recherche

A propos du site

27 juin 2007 3 27 /06 /juin /2007 00:59

Evénement historique. La crise aux Echos et La Tribune a provoqué une réunion extraordinaire du Forum permanent de la Société des journalistes. Les journalistes de 27 médias demandent à rencontrer au plus vite Nicolas Sarkozy et l'interpellent sur l'indépendance des médias.



Une « annus horribilis », c'est ce que dénonce François Malye, journaliste au Point et membre du Forum permanent des Sociétés de journalistes. La crise provoquée par la tentative de rachat des Echos par Bernard Arnault, déjà propriétaire de La Tribune, a mis le feu aux poudres. Pour la première fois, les journalistes de vingt-sept titres de presse écrite et de stations de radios tirent la sonnette d'alarme et se proposent d'agir ensemble. Lors d'une conférence au Press club, ils ont interpellé directement le président de la République sur les atteintes à l'indépendance de l'information.

« Ca a été un année terrible pour les journalistes », a expliqué François Malye, citant à l'appui le licenciement d'Alain Genestar de Paris-Match pour crime de lèse-Cécilia Sarkozy, l'article censuré au Journal du dimanche mentionnant le fait que la même Cécilia n'ait pas voté au second tour, ou encore la tentative de perquisition au Canard enchaîné. Contre cette « accumulation insupportable », les journalistes demandent à rencontrer « le plus rapidement possible » le président de la République pour inscrire dans les textes de loi des propositions destinées à garantir l'indépendance des médias. Au menu : la reconnaissance juridique des sociétés de journalistes, contre-pouvoirs internes des rédactions souvent consultatifs, et le droit de veto sur la nomination d'un directeur de la rédaction. « Si Nicolas Sarkozy ne répond pas, ce silence sera déjà une réponse », explique une journaliste des Echos.

La proposition de rachat des deux plus grands titres de presse économique par Bernard Arnault, et les menaces que cela fait peser sur l'information dans ce domaine, a joué le rôle de déclencheur. Très remontés, alors qu'on assiste, parallèlement, à la suppression d'émissions de critique des médias comme « Arrêt sur images », les journalistes mettent en avant leur détermination. « Cela peut paraître normal de nous voir réunis à la même table. Mais ça ne l'est pas. C'est exceptionnel puisque nous sommes tous concurrents », explique François Maily. Or pour la première fois, ces concurrents qui travaillent dans 27 organes de presse différents sont prêts à s'entendre sur un point. L'indépendance des médias doit être garantie. Le Forum des Sociétés de journalistes a fait parvenir un courrier au président. La balle est dans son camp.

Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Liberté de la presse
commenter cet article
10 novembre 2006 5 10 /11 /novembre /2006 23:06

Interdiction professionnelle de Raphaëlle Picard : Communiqué du SYNDICAT AUTONOME DES JOURNALISTES



Notre consœur Raphaëlle Picard, pigiste permanente de l’AFP dans le département des Yvelines, est frappée depuis trois semaines d’ « interdiction professionnelle » par la police et la justice du département, après la diffusion de son reportage sur l’opération de police, le 4 octobre, dans le quartier des Musiciens aux Mureaux. Dans cette dépêche, Raphaëlle, jeune journaliste de l’AFP depuis 2004, a décrit - en se conformant avec la plus parfaite rigueur et honnêteté aux règles déontologiques de la profession - « La colère des "perquisitionnés par erreur" dans une cité des Mureaux ». Ce reportage a valu à l’AFP de très importantes reprises dans la presse nationale et régionale, écrite et audiovisuelle. Ce témoignage rigoureux, parfaitement sourcé et ponctué de nombreuses citations incontestables, est évidemment exempt de tout commentaire de l’auteure, comme l’exigent les règles rédactionnelles de l’AFP. Il a jeté un éclairage nécessaire sur les coulisses des opérations de police à grand spectacle, mises en scène par le locataire de la place Beauvau, par ailleurs candidat à la présidence de la République.

Mais « l’arroseur arrosé », qui ne tolère, semble-t-il, qu’une presse aux ordres et à sa bottine, a violemment réagi par l’intermédiaire de ses services départementaux : Ce fut d’abord le directeur adjoint de la police départementale qui à la sortie d’une conférence de presse, a étrillé notre consœur, l’accusant de « malhonnêteté intellectuelle ». Ce fut ensuite le directeur de la sécurité publique, à qui Raphaëlle avait demandé un entretien, qui l’a accusée d’avoir « produit des faux témoignages qu’elle n’avait pas pris soin de vérifier... auprès de la police » (sic). « Notre collaboration va s’arrêter là », lui a-t-il signifié. Ce fut encore (côté Justice), le procureur adjoint du parquet de Versailles qui lui a également signifié que sa porte était désormais fermée et qu’il « ne voulait plus jamais collaborer » avec elle. « On a toute la direction sur le dos... », a-t-il avoué. Enfin, last but not least, le directeur de la police judiciaire des Yvelines est monté d’un cran : « On va porter plainte... ». Menace gratuite, fanfaronne et vide de sens, puisque, à ce jour, aucune espèce de plainte n’a été déposée devant une quelconque juridiction.

Raphaëlle et par voie de conséquence l’AFP, se trouve désormais coupée de toutes les sources « officielles et institutionnelles », indispensables pour couvrir de façon rigoureuse, honnête et complète, l’actualité dans ce département. Le but poursuivi par le ministère de l’Intérieur est limpide : interdire à Raphaëlle Picard de faire son travail de journaliste et pousser la direction de l’AFP, au pire, à mettre fin à sa collaboration, au mieux, à procéder à sa mutation. L’AFP avait obtenu il y a une quinzaine de jours, du procureur adjoint du parquet de Versailles, un rendez-vous à déjeuner, prévu le mercredi 25 octobre. Mais au dernier moment, le mercredi matin, d’une façon pour le moins cavalière et méprisante, le magistrat a signifié à l’Agence, par la voix de son assistante ou secrétaire, que le rendez-vous était annulé « pour raisons d’agenda ».

Cette affaire est très grave et ne doit pas en rester là. La carrière professionnelle de Raphaëlle est objectivement menacée par un tenant de l’exécutif qui bafoue, avec le plus intolérable aplomb, les règles élémentaires de la République et de la démocratie et piétine la liberté de la presse. Ce chantage pèse aussi sur l’ensemble des journalistes de l’Agence dans l’exercice de leur activité professionnelle et plus particulièrement dans les domaines police-justice et politique, en cette période très sensible d’échéances électorales et alors que la situation dans les banlieues est de plus en plus instable. Le SAJ-UNSA demande avec instance à la Direction Générale, d’affirmer publiquement sa défense de notre consœur et de condamner fermement les menaces et l’ostracisme dont elle est injustement victime. Il lui demande également de saisir le Premier ministre -voire plus haut si nécessaire- de cette affaire qui constitue une grave entorse à la liberté de la presse, l’un des piliers de notre démocratie républicaine.

Le SAJ-UNSA appelle l’ensemble des syndicats et le personnel de l’AFP à soutenir Raphaëlle Picard et à envisager toutes modalités d’action - et elles sont nombreuses - pour faire cesser cette invraisemblable atteinte au droit d’informer. Ce communiqué d’information, tant sur le fond que dans sa forme, et notamment en ce qui concerne les sources qui ont permis sa rédaction, est de l’entière et unique responsabilité du Syndicat Autonome des Journalistes de l’Agence France-Presse.

PARIS, 27 octobre 2006 SYNDICAT AUTONOME DES JOURNALISTES (SAJ-UNSA)


Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Liberté de la presse
commenter cet article