Culture et mémoire républicaine

 

Recherche

A propos du site

13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 00:34
HADOPI - Le Net en France : black-out

Loi « Création et internet » : les réactionnaires veulent arrêter le temps


Par Nicolas Dupont-Aignan


L’ouverture du débat sur la loi « Création et Internet » nous ramène trois ans en arrière, au temps des débats sur la loi DADVSI , ancêtre du projet « Création et internet » : le même dialogue de sourds a lieu entre les internautes, souvent des jeunes, qui refusent à juste titre une criminalisation injuste et infâmante, et des artistes qui, légitimement, craignent pour l’avenir de leurs revenus.

Malheureusement plutôt que de tirer les enseignements du précédent débat et du caractère inapplicable de la loi votée il y a trois ans, le gouvernement, pressé par les majors du disque, se précipite à nouveau dans un mur.

Les artistes dans cette affaire ne sont que l’alibi d’entreprises qui voient s’effondrer leur modèle économique (faut-il dire leur « rente » ?) car elles n’ont pas su ou voulu comprendre la révolution technologique du numérique.

Souvenons-nous des moines copistes qui, pour préserver leur travail, voulaient pendre Gutenberg et lutter contre le développement de l’imprimerie. Souvenons-nous de ces orchestres qui voulaient faire interdire le disque ou des producteurs de musique qui pensaient pouvoir interdire la diffusion de leurs artistes à la radio.

En vérité, on ne peut pas arrêter le temps et la loi que veut faire voter le gouvernement est promise à l’échec : soit elle sera finalement efficace mais tellement liberticide qu’elle finira par être abrogée. Soit, comme il est plus probable, elle sera contournée par une fraction grandissante des internautes et tombera elle-même en désuétude.

Quand comprendra-t-on qu’il n’y a qu’une solution, rendre légal le téléchargement illimité pour faire bénéficier ainsi les Français d’un accès à la culture sans précédent, celui que permet cette extraordinaire invention qu’est internet ?

En contrepartie, bien évidemment, pour rémunérer les auteurs et les artistes, la seule solution viable est de mettre en œuvre ce qui a été appelé la licence globale. Chaque abonnement ADSL comporterait un prélèvement financier alimentant un fond réparti entre les artistes.

Et que l’on ne nous dise pas que la chose est techniquement impossible alors même que l’on s’apprête à doter chaque ordinateur particulier pourvu d’une connexion ADSL d’un "mouchard filtrant" répertoriant l’ensemble des sites visités vers un serveur central ! A cet égard, l’usine à gaz « riposte graduée » prévue par la loi « Création et internet » coûterait cher à chaque internaute français pour se faire espionner par une sorte de petit Big Brother électronique (en tout état de cause fourni par une multinationale informatique bien connue), tandis que la licence globale permettrait d’avoir accès à l’ensemble des richesses de l’internet…

On mesure combien cette loi liberticide et dispendieuse a peu à voir avec la défense des artistes-créateurs et avec le simple sens de l’histoire.

Dans un cas comme dans l’autre, elle fait penser à une digue de sable érigée face à l’océan. Comme toujours, les réactionnaires veulent arrêter l’histoire mais sont finalement, tôt ou tard, balayés par elle.




Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Libertés - Sécurité & Justice
commenter cet article
17 février 2009 2 17 /02 /février /2009 15:15

Collectif du Pont Mistral à Crest (26) : Acte II – scène 2,5

En Juillet 2008, nous vous alertions d’une manœuvre « politico - policière » qui se mettait en place en vue de casser  le principe de la Liberté d’expression citoyenne (pourtant prévue par la Constitution et  la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen), à l’encontre d’un collectif de citoyens qui osait dénoncer les dérives du système depuis un certain avènement.

En quelques mots, le 19/06/08, à la demande « expresse » d’un député-Maire de Crest -26 (Hervé Mariton – parfois Millonniste, parfois FN, parfois Villepéniste, et présentement UMP, selon les caprices de ses ambitions personnelles de carriérisme - qui voyait d’un mauvais œil la dénonciation du rôle principal, qu’il jouait, dans le fichage de vos enfants et petits enfants dans la « base élèves »), il fut dressé un PV « irrecevable » dans les termes et le principe.
PV pour lequel il fallut plus d’une heure et demie, de recherche dans les tablettes des infractions pour tenter de trouver un motif « plausible », ce qui dénote une difficulté à justifier la recevabilité d’un amande irrecevable.
Des courriers étaient alors adressés aux acteurs de cette comédie, aux médias et aux blogs et sites, dont :
•    Lettre du Parti Ouvrier Européen
•    Lettre de Kelley-Eric Guillon, « sous-Pupille de la Nation de 39/45 » (Poste de Police – Maire de Crest, qui fit répondre par un de ses sbires – Préfecture – procureur de la république – Ligue des droits de l’Homme, ……)
L’affaire en était restée là.

Sauf que l’un des responsables du Collectif est traduit en justice pour avoir refusé de laisser faire cet abus de pouvoir et avoir refusé de payer le PV.
Il passera donc devant les juges le 16 Mars 2009 à 09H45 au tribunal de Die (26).

Ci jointe la photo de l’une des « pancartes » incriminées posées contre et au pied d’un panneau de signalisation routière (Coût du PV = 69 € - décidément tout est bon pour renflouer les caisses réputées vides, pour les citoyens, mais pleines de milliards pour les banques et les grands groupes industriels)

Rappelons nous la chasse, actuellement, menée contre tous ceux qui veulent dire, à leur façon, leur refus des dérives UMPS et qui osent encore dire, dénoncer, manifester leur désaccord.
•    le « casse-toi, pov’con » à double effet (celui qui peut le dire et celui à qui on interdit de le dire). Hervé Eon nous sommes de tout cœur avec toi
•    les poupées vaudoues
•    les poursuites et condamnation des gens de St Lo qui « agaçaient » les grandes oreilles du petit
Seront-ils le dernier rempart avant l’asservissement absolu, consenti et consentant, à un ordre nouveau qui ne sera pas le leur, mais auquel ils devront se plier ? La réponse est entre vos mains !
« Maréchal nous voilà…. », résonne à mon esprit et en mon cœur.

Il nous faut soutenir le droit à l’expression de nos mécontentements, pour ceux qui sont Drômois-Ardéchois (ou d’ailleurs)  par notre présence effective et nombreuse, dans la salle du tribunal et sur la place dudit tribunal.
Il nous faut le soutenir, à distance, en diffusant ce message à vos contacts mail, en leur demandant de diffuser à leur tour….
Il nous faut soutenir cette volonté de se réapproprier notre droit légitime en faisant paraître ce message sur les blogs/sites et accessoirement sur les médias……
Il nous faut le soutenir en lui adressant, par le biais de mon mail, des messages de soutien.
Il nous faut soutenir la Liberté d’Expression
Il nous faut soutenir la volonté de voir le dictateur et ses esclaves (politiques et autres) se « casser », tant qu’il est encore temps de le faire dans l’honneur et la dignité avant que le Peuple ne les y poussent vivement (le fameux « se soumette ou se démettre » pour incompétences)

Kelly-Eric Guillon,
« sous-Pupille de la Nation de 39/45 »
Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Libertés - Sécurité & Justice
commenter cet article