Culture et mémoire républicaine

 

Recherche

A propos du site

8 juin 2008 7 08 /06 /juin /2008 05:57

Pour la première fois de son histoire, le Conseil national de l'Ordre des médecins vient de s'associer publiquement aux quatre grands syndicats de médecins libéraux français (CSMF, MG-France, SML, FMF) dans un texte commun titré "Maintenir des services de santé de proximité et protéger le secteur de la Santé des appétits des financiers ". Ce communiqué sans précédent historique dénonce le " diktat de la Commission Européenne exigeant de la France qu'elle laisse des capitaux, de toute nature, prendre la maîtrise des sociétés d'exercice (SEL) constituées entre professionnels de santé libéraux." 


Interrogé par l'AFP, le Dr Martial Olivier-Koehret, président du syndicat MG-France, a déclaré que "pour qu'on ait une position commune il faut qu'on soit très inquiets: ça n'est jamais arrivé ".

Dogmatisme européen

Avec son dogmatisme habituel, la Commission européenne considère la santé comme un service comme les autres. Elle exige donc qu'il soit ouvert à la concurrence et elle impose à la France de modifier sa loi sur les "sociétés d'exercice libéral" (SEL) pour ouvrir leur capital aux financiers qui veulent les acquérir.

Actuellement, les SEL doivent être possédées en majorité (75 à 100%) par des professionnels, afin de préserver l'indépendance et la qualité de leur exercice. Ce que veut Bruxelles, c'est faire sauter ce verrou qui interdit à des non-professionnels de la santé de dépasser 25% du capital. Et c'est ce qui provoque la réprobation unanime des médecins, pharmaciens, dentistes, mais aussi sages-femmes et kinésithérapeutes français.

La tactique du salami

Comme à l'accoutumée, Bruxelles utilise également la "tactique du salami" pour parvenir à ses fins. Comment ? En pratiquant des coups de force sournois et petit à petit, pour imposer de façon progressive et peu visible une politique rejetée par une écrasante majorité de Français.

C'est ainsi que, dans un premier temps, les exigences de la Commission européenne ne concernent que les laboratoires d'analyses constitués en SEL, qui se voient donc sommés d'ouvrir leurs capitaux à des non professionnels de la santé.

Mais les autres professions de la santé ne perdent rien pour attendre : ce qui est en train d'arriver aux biologistes va arriver aux pharmaciens. Puis ce sera le tour des médecins en SEL. Enfin, cela s'étendra à l'activité de l'ensemble des médecins français.

Mise en garde solennelle

Dans leur communiqué du 3 juin 2008, le Conseil de l'Ordre des médecins et les syndicats de médecins libéraux " demandent au Gouvernement et au Parlement de maintenir la réglementation qui, jusqu'à présent, a garanti la qualité des soins et l'indépendance professionnelle. "

L'ensemble des représentants du corps médical assortit cette demande d'une mise en garde solennelle : "La santé ne doit pas devenir une marchandise livrée aux spéculations financières avec des processus de concentration et une recherche de rentabilité immédiate incompatibles avec la proximité que les médecins offrent aujourd'hui aux patients. [...] La position de la Commission européenne met aujourd'hui brutalement en cause la reconnaissance de la spécificité du secteur de la santé " .

La logique de l'Europe : ponctionner notre production de richesses pour mieux servir les fonds de pension anglo-saxons.

Ce que ne dit pas le communiqué conjoint de tous les organismes représentatifs du monde médical, c'est que l'ouverture du capital des SEL à des non-professionnels de la santé se fera pour l'essentiel au bénéfice des fonds de pension anglo-saxons et notamment américains.

En d'autres termes, la logique qui découle de la politique de l'Europe, sur cette question des métiers de la santé comme sur bien d'autres sujets, c'est d'exiger toujours plus de rentabilité en France, pour pouvoir servir des dividendes toujours plus élevés aux actionnaires et aux retraités…américains. Il ne s'agit rien moins que d'un pillage organisé et déguisé de façon présentable.

Rappelons ici que, si les fonds d'investissement américains sont à ce point pléthoriques qu'ils peuvent virtuellement tout acheter, c'est parce que l'ensemble de la société américaine est fondée sur un hyper-endettement à côté duquel l'endettement de la France est dérisoire.

Conclusion : pour la santé comme pour tout le reste, une seule solution : sortir de l'Union européenne au plus vite

Naturellement, le prétendu " gouvernement français " a fait savoir, sur ce sujet de la santé comme sur tous les autres, qu'il obéirait à Bruxelles. C'est logique puisque notre " gouvernement " ne gouverne plus rien du tout. Il n'est que l'exécuteur des directives européennes.

Interrogé sur le communiqué historique de l'Ordre des Médecins et de tous les syndicats de médecins libéraux, le ministère de la Santé a donc botté en touche, en indiquant seulement avoir quémandé à la Commission européenne un " délai supplémentaire pour finaliser avec les professionnels la réforme déjà en cours. La France a pris l'engagement de répondre aux griefs de la Commission, en adoptant une loi d'ici fin 2008-début 2009".

Dans l'ensemble du secteur de la santé, comme dans celui de l'industrie, de l'agriculture, des pêches, des professions libérales, des hôteliers-restaurateurs, et l'on en passe, les esprits ont commencé à évoluer. Toutes les catégories sociales commencent à comprendre que la prétendue " construction européenne ", c'est la destruction de la France, de notre démocratie, de notre modèle social et même de notre modèle de santé. Il est désormais grand temps d'arrêter les frais et de sortir de l'Union européenne, conformément à l'article 49A du nouveau traité de Lisbonne.

Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Protection Sociale et Santé
commenter cet article
13 janvier 2007 6 13 /01 /janvier /2007 00:49

Par Jacques Nikonoff


L'initiative de l'association les Enfants de Don Quichotte pour le logement des Sans domiciles fixes, largement relayée par les médias, a mis sur le devant de la scène la notion de " droit opposable " au logement. La période des fêtes de Noël, comme lors du tsunami en 2005, est favorable aux élans du coeur, à la solidarité et à la compassion. Comment rester indifférent au spectacle navrant et révoltant de centaines d'être humains réduits à se terrer dans des habitats de fortune dans les rues décorées de nos villes ? Précisément au moment où 2006 est présentée comme une " année en or " pour la finance mondiale.


Il serait donc question de mettre en oeuvre un droit " opposable " au logement ; de quoi s'agit-il ?

En France le droit au logement, comme d'autres droits, existe depuis longtemps. Sur le papier. Car il est nécessaire d'opérer une distinction entre les droits sociaux. Certains ne sont que de l'encre sur du papier. Ils peuvent certes figurer dans des textes de loi (par exemple le droit à l'emploi qui figure même dans la Constitution), mais ils sont considérés comme des droits indicatifs ou " programmatiques ". Ils ne sont qu'une simple orientation, un cap que se donne l'Etat. Ils ne sont associés à aucune obligation de résultat de la part de l'Etat et n'accordent aucune garantie aux citoyens.

D'autres droits sociaux sont dits " opposables ". Le droit " opposable " permet en effet à tout citoyen de faire condamner par la justice toute autorité politique qui ne respecte pas la loi, et d'obtenir réparation quand un droit n'est pas respecté.

Le droit " opposable ", pour se matérialiser, repose sur trois conditions

  • Désigner une autorité politique responsable . Ce doit être en général l'Etat. C'est ce dernier en effet, pour reprendre une expression tombée en désuétude, qui est en charge de la " bienfaisance nationale ". Pour ne prendre qu'un exemple, voici l'appel du 22 mai 1794 de la Convention en faveur d'une pension de retraite universelle : " Là où le coeur des citoyens palpite pour une patrie, les vagissements de l'enfant abandonné appellent cette même patrie à son secours ; homme, il sollicite du travail ; infirme, il implore la bienfaisance nationale ; vieux, il a droit au repos, aux égards et aux secours publics ; ils doivent embrasser les générations qui commencent et celles qui finissent. (...) Eh bien ! Que la République française donne la première le grand exemple de cette justice. (...) Dans une démocratie qui s'organise, tout doit tendre à élever chaque citoyen au-dessus du premier besoin, par le travail, s'il est valide ; par l'éducation, s'il est enfant ; et par le secours s'il est invalide ou dans la vieillesse. "
  • Doter cette autorité des moyens et prérogatives nécessaires . Pour être effectif, le droit au logement par exemple induit un " devoir de loger ". Pour le droit à l'emploi, l'Etat aurait l'obligation de proposer des emplois ; pour le droit aux soins, il doit organiser l'accès aux soins pour tous, etc. Le droit n'est plus un simple objectif indicatif pour les politiques publiques, la puissance publique est contrainte par une obligation de résultat sous peine de sanction. Tout citoyen en difficulté pour accéder ou se maintenir dans le logement bénéficiera par conséquent d'une aide qui lui permettra effectivement d'être logé ou relogé.
  • Ouvrir des voies de recours pour le citoyen . Le droit est garantit par des voies de recours auprès d'une autorité politique responsable. Elles sont d'abord amiables puis en dernier ressort juridictionnelles.

Aujourd'hui seuls deux droits fondamentaux sont déjà opposables : le droit à la scolarité et celui à la protection de la santé

Une éducation doit être garantie aux enfants jusqu'à l'âge de 16 ans, les responsabilités respectives de l'Etat et des collectivités territoriales étant clairement établies. Si l'inscription scolaire d'un enfant pose un problème, il existe des voies de recours, y compris devant le tribunal administratif. En clair si vos enfants ne sont pas pris à l'école, vous pouvez porter plainte et vous êtes sûr de gagner...

Le droit à la protection de la santé ne permet pas d'imaginer un refus d'accorder des soins de la part d'un hôpital. D'autant qu'il existe l'obligation d'assistance à personnes en danger, appliquée notamment grâce au " caractère universel, obligatoire et solidaire de l'assurance maladie " (article L. 111-2-1 du Code de la Sécurité sociale).


Qu'adviendrait-il si le droit à la scolarité et celui à la protection de la santé n'étaient pas opposables ?

Tous les enfants de moins de seize ans seraient-ils scolarisés ? On peut en douter car certains d'entre eux, selon des critères opaques, feraient l'objet d'un refus d'inscription sous des prétextes variés : nombre insuffisants d'écoles ou de classes construites ; manques d'enseignants ; budgets trop faibles... En vérité, c'est l'établissement de l'instruction publique laïque, gratuite et obligatoire qui a contribué à la construction des écoles, et non l'inverse. De même, c'est le droit au logement opposable qui contribuera à la construction suffisante de logements sociaux.

En matière de santé, le schéma américain se mettrait vite en place : sur le brancard et aux urgences, la première démarche de l'hôpital faite auprès des patients serait de leur demander leur carte de crédit...


Quels sont les autres droits qui devraient devenir " opposables " ?

Il paraitrait logique et conforme à l'esprit des Lumières, poursuivi dans le programme du Conseil national de la Résistance, de commencer par les droits établis dans le préambule de la Constitution de 1946, partie intégrante de la Constitution de 1958 actuellement en vigueur :

Le droit à l'égalité entre les hommes et les femmes : " La loi garantit à la femme, dans tous les domaines, des droits égaux à ceux de l'homme. "

Le droit à l'emploi : " Chacun a le devoir de travailler et le droit d'obtenir un emploi. "

Le droit au respect : " Nul ne peut être lésé, dans son travail ou son emploi, en raison de ses origines, de ses opinions ou de ses croyances. "

Le droit de participation à la gestion des entreprises : "Tout travailleur participe, par l'intermédiaire de ses délégués, à la détermination collective des conditions de travail ainsi qu'à la gestion des entreprises."

Le droit au service public : "Tout bien, toute entreprise, dont l'exploitation a ou acquiert les caractères d'un service public national ou d'un monopole de fait, doit devenir la propriété de la collectivité."

Le droit au revenu : "Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l'incapacité de travailler a le droit d'obtenir de la collectivité des moyens convenables d'existence."

Le droit à la formation professionnelle et à la culture : "La Nation garantit l'égal accès de l'enfant et de l'adulte à l'instruction, à la formation professionnelle et à la culture."


Le fanatisme de marché contre les droits opposables

Malgré le grand nombre de droits inscrits dans les textes juridiques, pourquoi si peu sont opposables et restent lettre morte ? Les obstacles sont d'ordre idéologique, politique et culturel, et liés à une certaine conception de la propriété et de la concurrence.

Le logement, pour reprendre cet exemple, est aujourd'hui un marché. Pour les libéraux la catastrophe guette car un droit opposable au logement reviendrait à permettre à toute personne dépourvue d'un logement d'en occuper un, même si elle se trouve dans l'incapacité d'en payer le prix de marché. La charge du logement serait alors transférée sur les contribuables, comme tout financement de droits opposables. Toute tentative de faire appliquer le droit au logement ne pourrait donc qu'encourager la construction massive de logements sociaux par la puissance publique, augmentant les dépenses sociales de la nation et provoquant une concurrence déloyale avec le secteur privé. Le logement social, en outre, en proposant des loyers inférieurs à ceux résultant de la confrontation de l'offre et de la demande sur un marché " libre ", engendrera mécaniquement une baisse du prix des loyers dans le secteur privé. Horreur ! La sphère publique dominera la sphère privée.


De beaux débats en perspective lors de la campagne électorale

C'est certainement sur le terrain des droits opposables que la campagne électorale qui débute sera la plus intéressante. Car le droit opposable condense à lui seul toute la question libérale. Il pose d'abord le problème de la finalité de l'économie. Avec des droits opposables qu'il faut financer, l'économie est remise à sa place qui est de produire des richesses permettant de répondre aux besoins de la population. On produira biens et services pour permettre l'application du droit au logement, aux soins, à l'éducation, etc. C'est l'orientation générale de l'économie qui est changée, les activités productives seront par nature économes en énergie et en pollutions.

Ensuite, l'autre mérite du droit opposable est d'entrer dans le détail. Nulle vague promesse électorale n'est possible. Il faut être concret et débattre des moyens de réaliser le droit. C'est le retour de la politique contre la marche au hasard de l'économie de casino.

Cette perspective a été esquissée dans la Charte antilibérale et dans le Manifeste d'Attac. Il faut maintenant lui donner l'ampleur et le souffle requis par la situation.

www.avenirdattac.net

Repost 0
Published by le Citoyen Thimèle - dans Protection Sociale et Santé
commenter cet article